La preuve par 9 avec le Canada

La preuve par 9 avec le Canada

Cela fait 9 : à son tour, le Canada a annoncé le report de son Grand Prix de F1. Le prochain Grand Prix est donc celui de France, au Castellet.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© F1 - Peu de chance d'une revanche pour Sebastian Vettel au Canada en 2020
© F1 - Peu de chance d'une revanche pour Sebastian Vettel au Canada en 2020
Il n'y avait pas de raison que la liste ne se prolonge pas. Alors que les huit premières épreuves de la saison avaient été annulées ou reportées, il y avait de fortes probabilités que le Canada suive la même tendance. C'est désormais le cas, avec l'annonce faite par les organisateurs d'un report de l'épreuve, initialement prévue le 14 juin prochain.

François Dumontier, le président du Grand Prix du Canada a ainsi déclaré : « Je suis fier de voir toutes les initiatives et les avancements technologiques qui émanent de la Formule 1 durant cette période de crise. En ce moment, il est primordial de concentrer tous nos efforts pour contrer la COVID-19. Nous serons prêts à vous accueillir à bras ouverts au circuit Gilles-Villeneuve dès que la situation le permettra. »

Cependant, la volonté commune de replanifier va certainement s'heurter à des contraintes d'ordre logistiques. Le plus logique et économique serait de prévoir un créneau lors de la tournée nord américaine, qui voit s’enchaîner Austin et Mexico. Or le calendrier actuel prévoit que ces épreuves aient lieu le 25 octobre et le 1er novembre, soit une période où les rigueurs hivernales au bord du Saint-Laurent ont de fortes chances de rendre impossible la tenue d'une course.

Liberty Media et la FIA ont obtenu des équipes la possibilité de modifier le calendrier et l'ordre des épreuves sans obtenir l’unanimité des équipes. Mais dans le cas présent, cela reviendrait à revoir l'intégralité de l'enchaînement des épreuves. Il y a donc peu de chances que l'épreuve ait bien lieu en 2020.

Cette nouvelle défection fait donc du Grand Prix de France le prochain candidat à l'épreuve-hôte de l'ouverture de la saison. Mais le contexte actuel dans l'Hexagone ne prête pas à l'optimisme. Preuve que toutes les hypothèses sont bien sur la table, le site officiel de la F1 n'affiche désormais plus aucun calendrier pour la saison actuelle, se bornant de dire que le paddock sera prêt à se rassembler quand la situation sanitaire le permettra.

Dans ce contexte, il a décidé d'étendre une nouvelle fois la période de trêve estivale, qui avait porté à 21 jours. Or ce délai aurait signifié que Ferrari aurait dû reprendre ces opérations dès aujourd'hui, 8 avril, ce que la situation en Italie ne permet évidemment pas. C'est pourquoi il a décidé par l'ensemble des parties de porter cette période de fermeture de 21 à 35 jours et peut également être prise sur le mois de mai.

Avec la participation de www.racingbusiness.fr


    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon