Double d'audience pour les 24 heures du Mans face à la F1

Double d'audience pour les 24 heures du Mans face à la F1

Toutes les disciplines ont tenté de meubler l'absence d'événements. La F1 et les 24 heures du Mans ont ainsi créé leurs propres courses en ligne. Au jeu des audiences, l'épreuve mancelle sort haut la main de la comparaison.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© rFactor2 - Des 24 heures du Mans plus vraies que nature
© rFactor2 - Des 24 heures du Mans plus vraies que nature
Le grand sujet de discussions ces derniers mois a tourné autour de l'eSport, qui a pris une dimension beaucoup plus importante en raison du confinement qui a touché tous les continents. La F1 avait ainsi créé sa propre sa série de courses, intitulée Virtual Grand Prix, mais également des  courses de gala avec d'anciens pilotes ainsi qu'une course dédiée aux pilotes d'eSport des équipes. Toutes ces courses reposaient ainsi sur la plateforme de F1 2019 et a permis d'avoir un total de 10 courses, dont 8 Virtual Grand Prix.

Mais de nombreuses limites ont limité le potentiel d'audience de ces courses. Le premier est que F1 2019 n'est pas personnalisable et ne permet pas de s'adapter aux livrées 2020. Cela posait ainsi des problèmes à certaines équipes, qui ont notamment changé de sponsors pendant l'intersaison. La seconde contrainte est que le jeu ne dispose que des seuls circuits de la saison 2019, ce qui exclut donc d'éventuelles épreuves à Hanoi ou Zandvoort, les nouveaux venus de 2020. Le second Virtual Grand Prix était donc officiellement nommé la course du Vietnam mais s'est tenu sur le circuit de Melbourne...

Mais les fans suivent avant tout les pilotes et force est de constater que le niveau d'implication a été très variable. Si des pilotes comme Charles Leclerc, George Russell, Lando Norris ou Alex Albon se sont pris au jeu, d'autres ont été aux abonnés absents. Ainsi aucune trace de Max Verstappen, Lewis Hamilton ou Sebastian Vettel. Au total, seuls 11 pilotes sur 20 ont disputé au moins une course.

Si la F1 s'est vantée d'avoir rassembler près de 30 millions de spectateurs pour ces épreuves, la comparaison avec les 24 heures du Mans virtuelles n'est pas flatteuse pour la discipline qui se veut le pinacle du sport automobile mondial. Ainsi le double tour d'horloge a rassemblé pas moins de 63 millions de spectateurs, soit plus du double !

Il faut dire que l'approche prise par l'ACO a été radicalement différente. Déjà, l'épreuve s'est tenue sur le même créneau que les vraies 24 heures, qui devaient avoir lieu le 13 et 14 juin, avant d'être décalées au mois de septembre.

Ensuite, il a été décidé d'utiliser le jeu rFactor2, qui permet un large niveau de personnalisation des voitures. Par souci de simplicité, il n'y avait que deux catégories, Prototypes (base LMP2) et GT. Une équipe comme Toyota a ainsi accepté d'adopter son identité visuelle à un prototype radicalement différent de son prototype hybride de la vie réelle et d'aligner des pilotes de son équipe habituelle.

C'est là une autre différence de taille est que le nombre de sim racers était limité à deux par équipage de quatre pilotes, ce qui obligeait donc d'avoir des pilotes et la notoriété qui va avec. Toutes les grandes marques présentes en WEC ont ainsi joué le jeu et le plateau disposait de 50 équipages et de 200 pilotes. 

France Télévisions, le diffuseur historique de la course, a également mis les moyens pour apporter une couverture médiatique complète. D'autres chaines de télévision, Eurosport, ESPN, Sky Sports et J-Sports, ont également contribué à rassembler 14,2 millions de téléspectateurs tandis que les réseaux sociaux ont attiré 49 millions de fans, ce qui porte donc le total à 63 millions. Le total des 26 millions revendiqués par la F1 se décompose ainsi de 5 millions de téléspectateurs et 21 millions sur les plateformes en ligne. Le delta pour atteindre les 30 millions est à aller chercher du côté de la course de gala avec David Coulthard et Nico Rosberg ainsi que la course dédiée aux sim racers officiels.

Si le format du championnat de F1 contre l'événement unique que constituent les 24 heures du Mans tord nécessairement la comparaison, il n'empêche pas de constater que la performance atteinte par l'ACO est remarquable, comme le souligne Dmitry Kozko, le directeur général de Motorsport Games, qui soutenait l'épreuve : « Les 24 Heures du Mans Virtuelles illustrent parfaitement ce qu’il est possible d’accomplir quand le monde du Sport Automobile et celui de l’Esports œuvrent en parfaite synergie. La coopération, l’engagement et la collaboration de chacun, impliqué dans ce projet, nous ont permis de projeter la course esports vers de nouveaux horizons. Les équipes et pilotes du Sport Automobile et du esports ont très rapidement mesuré le potentiel de cet événement et ces exceptionnels résultats en témoignent. »

Avec la participation de www.racingbusiness.fr


    Sur Le Mans

    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    Icon For Arrow-up