Styrie - accrochage des deux pilotes Ferrari, Leclerc : “j'ai fait le con, tout simplement !”

Styrie - accrochage des deux pilotes Ferrari, Leclerc : “j'ai fait le con, tout simplement !”

L’espoir de la Scuderia Ferrari a livré une analyse très franche de son Grand Prix de Styrie, terminé prématurément, après un accrochage dans le premier tour avec Sebastian Vettel, son propre équipier !

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Ferrari - Charles Leclerc n'y va pas par quatre chemins : il prend la responsabilité de son accrochage avec son équipier Vettel au départ !
© Ferrari - Charles Leclerc n'y va pas par quatre chemins : il prend la responsabilité de son accrochage avec son équipier Vettel au départ !
Bien avant la fin du Grand Prix de Styrie et la victoire sans contestation de Lewis Hamilton, la course a été marquée par l’accrochage au départ des deux pilotes de la Scuderia Ferrari !

Parti 14e, après une mauvaise qualification et une pénalité de trois places pour avoir gêné l'Alpha Tauri de Kvyat en Q2, Leclerc a tenté tout de suite de rattraper son retard. Bien parti, le Monégasque a cru bon de se jeter à l’intérieur du troisième virage en plein milieu du trafic. Mal lui en a pris : en sur-vitesse, Leclerc est venu harponner l’autre Ferrari, celle de Vettel, parti 10e, à sa gauche dans le troisième virage. Résultat : un abandon de Vettel dés la fin du premier tour, aileron arraché.

De son côté, Charles Leclerc a réparé sa voiture et a tenté de poursuivre l'aventure. Mais les dégâts sur sa SF1000 étaient trop importants, lui aussi a dû se retirer, dés la fin du 4e tour de course !



Charles Leclerc : “aujourd’hui, j’ai tout foiré !”



« Il n’y a pas de discussion sur ça. Aujourd’hui, j’ai fait le con tout simplement, je ne trouve pas d’autre mots ! Il faut l’avouer quand ça se passe.

En plus de ça, ce n’est pas le moment ! Comme j’ai dis la semaine dernière, il faut prendre les opportunités que l’on a, aujourd’hui ça pouvait en être une. Après je ne suis pas sûr que l’on avait la performance pour aller chercher de gros points. Mais bon tous les points sont importants… j’ai tout foiré !

Je n’ai pas mis le team où il fallait avec l’abandon des deux voitures. Je prends la responsabilité, j’ai vu une opportunité, qui n’en était pas une… J’ai quand même essayé. Je me suis dis si ça passait, on gagnait 4 ou 5 places... mais ce n’est clairement pas passé. J’ai été stupide et j’apprendrai. »


Juste avant son interview au micro de Canal+, le pilote monégasque a eu l’occasion de discuter avec Vettel dans le parc fermé. Le pilote allemand a accepté les excuses de Leclerc, qui rajoute :

« La bagarre était un peu compliquée. Il m’a vu au début mais il n’avait pas d’endroit où aller. Il comprends aussi... mais bon d’un côté ce n’est pas facile pour tout le team. Les excuses ne feront pas assez. Les points sont partis maintenant, j’essaierai de me rattraper la prochaine fois. »

Sebastian Vettel : “j’ai été très surpris”



Mieux qualifié cette fois que Leclerc, et pas fautif, une semaine après son accrochage avec Sainz, le quadruple champion du monde (parti 10e) semblait un peu dépité dans le paddock, au moment de livrer ses impressions.

« J’ai été très surpris. J’avais l’intérieur et je ne m’attendais pas à ce que Charles tente quelque chose. J’allais prendre le virage facilement, il y avait beaucoup de monde autour de moi.

La voiture se comportait nettement mieux, c’est dommage, nous n’avons pas eu l’opportunité de tester le rythme de course et les évolutions. »


Mattia Binotto : "c’est le genre d’accident qui peut se passer lors d’un départ"



Sept mois et demi après le Grand Prix du Brésil 2019, c’est donc une nouvelle course qui se solde par un accrochage pour les deux pilotes Ferrari. Un accrochage cette fois en plein milieu du peloton, en début de course, mais aux conséquences tout aussi néfastes.

Mais pour Mattia Binotto, team principal de la Scuderia, « la situation est très différente » pour ce Grand Prix de Styrie.

« C’est le genre d’accident qui peut se passer lors d’un départ » a-t-il souligné au micro de Canal+ dans le paddock.

« Il ne faut pas chercher une responsabilité aujourd’hui : c’est juste très dommage de voir deux Ferrari s’accrocher au premier tour.

C’est la conclusion d’un week-end très difficile pour nous de toute façon. Il faut que l’on regarde de façon honnête et sincère la voiture. Il faut que la voiture progresse. Il ne s’agit pas de trouver des responsables : il faut travailler à la maison, de manière transparente et essayer de développer la voiture au plus vite. »


Déjà en difficulté avec sa voiture, l’écurie italienne reste le compteur bloqué à 19 points, ceux décrochés par Leclerc et Vettel la semaine dernière lors du Grand Prix d'Autriche. Loin déjà des 80 points de Mercedes, solide leader au classement des constructeurs !



Grand Prix de StyrieLeclercFerrari
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    Icon For Arrow-up