Raikkonen recordman : Les grands moments de sa carrière - 1ère partie

Raikkonen recordman : Les grands moments de sa carrière - 1ère partie

Kimi Raikkonen va devenir ce dimanche au Nürburgring le pilote avec le plus de départs en Formule 1. Dossier spécial "Iceman" sur la première partie de sa carrière F1, entre 2001 et 2009 !

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Formula 1 - Kimi Räikkönen est toujours le dernier champion du monde des pilotes pour Ferrari !
© Formula 1 - Kimi Räikkönen est toujours le dernier champion du monde des pilotes pour Ferrari !
Né le 17 octobre 1979 dans la ville d’Espoo, à côté d’Helsinki, Kimi Räikkönen est devenu immédiatement un personnage atypique de la Formule 1.
Le Finlandais a couru son premier Grand Prix... sans avoir obtenu au préalable sa super-licence définitive. Agé de 21 ans au moment de s’élancer pour les Essais Libres 1 du Grand Prix d’Australie 2001, Räikkönen n’avait à l’époque que deux saisons de Formule Renault dans les jambes, en plus de ses années karting.

Des débuts prometteurs chez Sauber


Malgré son inexpérience, Sauber décide de l’engager dans son équipe pour la saison 2001 afin d’épauler Nick Heidfeld. Ce dernier, pilote de la filière Mercedes, est promis à un bel avenir chez Mclaren.

Pour son premier Grand Prix, le placide Räikkönen décroche une 13e place sur la grille de départ. Il marque directement son premier point au championnat, avec une 6ème place (ndlr : les points étaient seulement donnés aux 6 premiers). Fin 2001, le Finlandais boucle sa première saison en Formule 1 à une belle 10ème place chez les pilotes, en marquant 9 points, grâce notamment à deux 4e place.

Räikkönen termine sa première année derrière Heidfeld au général, mais ses performances ne passent pas inaperçues. Si bien que Ron Dennis n’hésite pas à l’engager chez McLaren pour 2002, en remplacement de son leader Mika Hakkinen, le double champion du monde parti à la retraite fin 2001.

Räikkönen le débutant en 2001, comme un certain Fernando Alonso chez Minardi. Une vidéo à retrouver sur le compte Youtube officiel de la F1 !



La performance, mais pas de titre chez Mclaren


Pour 2002, Kimi Räikkönen est donc chargé d’épauler David Coulthard. Malgré une auto moyenne, il prend la mesure de son expérimenté équipier. Räikkönen était d’ailleurs proche de remporter sa première course à Magny-Cours, lors du Grand Prix de France. Alors leader, il se fait piéger à 5 tours de la fin par une flaque d’huile. Une petite erreur sur le freinage de l’épingle d’Adélaïde : “Iceman” cède la victoire à Michael Schumacher et termine deuxième.

En 2003, la monoplace qui lui est confiée n’est qu’une évolution de l’année précédente. Mais la McLaren a gagné en fiabilité ! Simplement parti 7e en Malaisie, Räikkönen bénéficie de plusieurs abandons de ses rivaux. Une stratégie bien sentie à deux arrêts et une course maitrisée lui permettent de décrocher sa première victoire en Grand Prix, à seulement 23 ans, 5 mois et 6 jours !

La suite de la saison 2003 est également une réussite : Räikkönen monte 10 fois sur le podium. Il se bat aussi pour le titre ! Son adversaire : Michael Schumacher, jusqu’au terme du championnat à Suzuka. Iceman échoue finalement à 3 points de la couronne.

Räikkönen décroche sa première victoire au Grand Prix de Malaisie 2003, à seulement 23 ans !


Mais entre Kimi et Mclaren, la performance n’est présente qu’une année sur deux… En 2004, la MP4-19 est d’une fiabilité désastreuse ! Après une longue série d’abandons, la déclinaison MP4-19B est présentée pour le Grand Prix de France. Plus endurante, cette auto lui permet de briller pour la seconde fois de sa carrière, avec un succès à Spa-Francorchamps, qui va devenir ensuite son circuit fétiche (4 victoires sur toute sa carrière). Räikkönen termine 7ème de la campagne 2004.

En 2005, il connaît une saison particulière, avec un équipier fougueux : Juan-Pablo Montoya. Räikkönen pilote encore une Mclaren chaotique. De quoi lui faire perdre un titre, qui lui était pourtant promis, tellement le Finlandais maitrisait son sujet.

Illustration avec le Grand Prix du Japon. Parti 17e, Räikkönen gagne la course dans le dernier tour, avec un dépassement sur la Renault de Giancarlo Fisichella. Si vous avez suivi la course, vous vous rappelez certainement de la joie (inhabituellement communicative) du pilote McLaren dans le parc fermé !

Cette année-là, Räikkönen termine une nouvelle fois deuxième du championnat, derrière le champion du monde, Fernando Alonso.

Le résumé du Grand Prix du Japon 2005, une de ses plus belles courses :



L’année 2006 est une nouvelle fois une année sans. Mclaren n’ayant pu lui fournir une monoplace capable de gagner, Räikkönen termine 5e au général, sans victoire.
L’un de ses moments forts cette année-là reste finalement un moment hors-piste, qui a contribué à la légende du pilote. Lâché par son moteur à Monaco, Räikkönen abandonne. Mais au lieu de rentrer à son garage, il s’arrête à son yacht pour se reposer !

“Iceman” était-il déjà lassé de McLaren à ce moment-là ? Quelques mois plus tard, il cède aux sirènes de la Scuderia Ferrari et signe un contrat pour 2007 L’équipe italienne l’engage en remplacement du Baron Rouge… Michael Schumacher, gentiment poussé à la retraite par Ferrari.

La concrétisation chez Ferrari


Le premier Grand Prix de Räikkönen chez Ferrari est tonitruant ! Pole position, meilleur tour en course et victoire au Grand Prix d’Australie. C’est tout simplement son premier hat-trick !

Tous les voyants sont au vert à bord d’une voiture compétitive. Mais jusqu’à mi-2007, son équipier, Felipe Massa, et le champion espagnol sortant, Fernando Alonso (chez McLaren), vont se montrer plus constants. Un petit nouveau vient également se mêler à la bataille : Lewis Hamilton, remplaçant de Räikkönen chez McLaren. La réaction d’orgueil du Finlandais viendra à partir du Grand Prix de France, qu’il remporte, ainsi que le suivant à Silverstone. L’ascendant est pris sur Massa.

En 2007, un évènement joue aussi en faveur de Räikkönen : la mésentente totale entre Lewis Hamilton et Fernando Alonso chez McLaren, l’un obsédant sans cesse l’autre. Leurs querelles régulières permettent à Räikkönen de revenir au championnat et d’envisager le titre au départ de la dernière manche au Brésil.

Cette course reste dans les mémoires, avec une bataille à trois, remportée in-extremis par Räikkönen après son succès à Interlagos. C’est sa 15ème victoire en Grand Prix, la 5ème en 2007. Elle aura pour toujours une saveur particulière, celle de la consécration ! Grâce notamment à la crevaison d’Hamilton en début de course, le pilote Ferrari prend la première place sur le fil au classement général : pour un point d’écart, Räikkönen décroche le titre de champion du monde !

Un titre particulier : Räikkönen a seulement mené le championnat à la fin du premier… et du dernier Grand Prix. Une couronne des pilotes également historique pour Ferrari, toujours la dernière de son histoire !

Un titre 2007 particulier : Räikkönen a seulement mené le championnat à la fin du premier… et du dernier Grand Prix !



Retour sur le Grand Prix du Brésil 2007, bataille à trois pour le titre mondial :



Le déclin et une fin de contrat avant la pause


Avec le numéro 1 sur la Ferrari, 2008 démarre sous les meilleurs auspices pour Räikkönen. En Espagne il signe sa seconde victoire en quatre courses et pointe en tête du championnat avec neuf points d’avance sur le deuxième, Lewis Hamilton. Mais cette seconde victoire est en fait la dernière de sa saison ! Pire : Räikkönen semble démotivé. Le Finlandais est contesté. Son altercation avec le photographe Paul-Henri Cahier sur la grille de départ du Grand Prix de Grande-Bretagne prouve qu’il n’est pas serein.

Deux mois plus tard, le Grand Prix de Belgique marque un tournant dans sa carrière. Il pleut à Spa-Francorchamps, la bataille est intense entre lui et Lewis Hamilton. Mais Räikkönen part à la faute à la sortie de Blanchimont, dans l’avant-dernier tour. Il termine sa course dans le mur alors que le Britannique gagne sur la piste, avant d’être pénalisé au profit de Massa. Le Finlandais a perdu des gros points et ses espoirs de titre : 3e au classement des pilotes fin 2008, à 23 points de la couronne, il assiste en spectateur à l’épilogue fou d’Interlagos et le premier sacre d’Hamilton.

Grand Prix de Belgique 2008 : à la bataille avec Hamilton, Räikkönen termine sa course dans le mur... et perd ses espoirs de titre


Pour l’année 2009, les cartes sont redistribuées. La Ferrari n’est pas performante ! Ni Räikkönen, ni Massa n’arrivent à en tirer la quintessence. Le talent de Räikkönen lui permet de quand même remporter la seule victoire des Rouges, en Belgique bien sûr. Le “King of Spa” termine la saison à la sixième place du championnat, sans pole position ni meilleur tour en course. Il avait un contrat pour 2010, mais Ferrari a préféré lui indiquer le chemin de la sortie, en le remplaçant par Fernando Alonso.

Las des contraintes imposées par le grand cirque de la F1, Räikkönen bascule provisoirement vers le rallye, avec un engagement pour Citroën en rallye sur une C4 WRC de leur Junior Team.

Retrouvez dans un deuxième article la suite de notre dossier spécial consacré à Kimi Raikkonen !

Avec Alexandre Lepère


    Sur Grand Prix de l'Eifel

    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    Icon For Arrow-up