Grand Prix de l'Eifel : Le top/flop de la rédaction

Grand Prix de l'Eifel : Le top/flop de la rédaction

Retour sur les 3 satisfactions et les 3 déceptions de ce dixième Grand Prix de la saison 2020, disputé en Allemagne (ou plutôt dans la région de l'Eifel), sur le tracé du Nürburgring !

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Racing Point - Toujours pas de podium pour Hulkenberg mais une belle performance
© Racing Point - Toujours pas de podium pour Hulkenberg mais une belle performance

LE TOP 3



1. Nico Hülkenberg - le super remplaçant de la F1 :



On ne peut pas faire plus "Juste à temps" que Nico Hülkenberg ce week-end. Alors que le samedi à 11h, il était en train de prendre un café à Cologne, il se retrouvait dans le baquet de la Racing Point moins de quatre plus tard, pour s'aligner en qualifications !

Oui, il n'y eut pas de miracle en qualifications et il ne put pas faire mieux que dernier. Mais comment pouvait-il en être différemment alors qu'il n'avait pas du tout roulé depuis Silverstone et surtout qu'il n'avait jamais roulé en F1 au Nürburgring ? N'être qu'à une seconde de son coéquipier dans ces conditions était déjà très honorable.

En course, il eut le mérite de ne faire aucune erreur et de saisir les opportunités. Ainsi après l'intervention de la voiture de sécurité, il se montrait opportuniste en chipant la huitième place à Romain Grosjean. S'il a bien entendu bénéficier des cinq abandons, sa course n'en reste pas moins remarquable et les points qu'il a ramené pourront se révéler précieux en fin de saison, pour le gain (ou non) de la troisième place du championnat Constructeurs. Ainsi grâce à lui, seule Racing Point a pu marquer des points avec ses deux voitures hier.

2. Pierre Gasly - toujours aussi régulier et solide :



On le sentait presque soulagé de ne pas s'être hissé en Q3 et de ne pas s'élancer du top 10. La raison ? Il allait pouvoir être libre de sa stratégie pneumatiques. Celle-ci s'est révélée payante le dimanche puisque Pierre Gasly est remonté de la douzième place sur la grille jusqu'à la sixième place finale. Il n'a commis aucune erreur pendant toute la course et a su réaliser de beaux dépassements, notamment sur son ami d'enfance Charles Leclerc.

D'un point de vue comptable, il se retrouve en dixième place au championnat, avec quasiment quatre fois plus de points que son coéquipier. Il ne pointe ainsi qu'à onze longueurs d'Alex Albon, pourtant chez Red Bull.

3. Lewis Hamilton - toujours plus dans la légende de la F1 :



Certes Lewis Hamilton n'a pas réalisé la course la plus folle ou la plus mémorable de sa carrière. Il n'empêche qu'elle rentre tout de même dans les livres d'histoire en lui permettant d'égaler le record jugé inaccessible de Michael Schumacher, avec 91 victoires.

Il l'a obtenu avec la manière, en ne réalisant aucune faute. S'il fut nettement dominé par son coéquipier en qualifications (plus de deux dixièmes), il s'est montré offensif au départ, sans pour autant prendre la tête. Ensuite, il a su profiter de l'erreur de pilotage de Valtteri Bottas pour récupérer la première place, sans jamais être ensuite inquiété par Max Verstappen.

LE FLOP 3



1. Kimi Raikkonen - brouillon et bougon :



Ce week-end, Kimi Raikkonen est devenu le pilote avec le plus grand nombre de départs en F1. Le moins que l'on puisse dire est que cela n'a pas réchauffé le cœur d'Iceman, qui n'a même pas daigné répondre à son ingénieur qui lui rappelait à l'issue de la course.

Il faut dire que son week-end n'a pas été des plus simples puisqu'il pointait en 19ème position sur la grille, après n'avoir devancé que Nico Hülkenberg, appelé en catastrophe le jour même... En course, ce fut guère plus brillant puisqu'il envoyait George Russel quasiment en tonneau après avoir complètement manqué son freinage lors d'une passe d'armes à trois avec Sebastian Vettel et le pilote Williams, ce qui lui valu une pénalité.

Dominé le samedi et le dimanche par son coéquipier, Antonio Giovinazzi, annoncé sur le départ, le Finlandais n'a pas affiché haut et fort ses intentions de poursuivre en F1 la saison prochaine.

2. Alex Albon - toujours loin du compte :



Dire que la saison 2020 d'Alex Albon est compliquée est un doux euphémisme. Une nouvelle fois, Max Verstappen l'a relégué à plus d'une demi-seconde en qualifications. Un gouffre à l'échelle de la F1.

En course, ce ne fut guère plus brillant puisqu'il se faisait devancer par Daniel Ricciardo et a préféré opté pour un arrêt très précoce plutôt que de tenter de reprendre son bien sur la piste alors que l'Australien tentait désespérément de passer Charles Leclerc.

Mais le risque de se retrouver dans le coeur du peloton est que l'on s'expose à des luttes en piste. Ainsi il se plaignait que la défense de Pierre Gasly était trop dure pour lui alors que le Français ne faisait que défendre sa place, dans les règles de l'art. Puis lorsqu'il a dépassé Daniil Kvyat, il fit comme si le Russe n'était plus du tout présent et s'est sèchement rabattu devant le pilote Alpha Tauri, cassant au passage l'aileron avant de ce dernier. Finalement, son problème de fiabilité aura eu raison de ses derniers espoirs et mis un terme à une course une nouvelle fois décevante.

3. La météo - des promesses non tenues :



Avec la planification d'une course début octobre dans les monts de l'Eifel, on pouvait s'attendre à voir une course perturbée par la météo, voire avec une alternance piste mouillé/sèche, capable de rebattre toutes les cartes comme l'an dernier à Hockenheim. Le vendredi s'annonçait prometteur avec les deux séances annulées à cause d'un brouillard persistant.

Mais dès le samedi, le soleil repointait son bout de rayon et ne quittait plus le Nüburgring. Dame Nature a perdu une occasion de faire parler d'elle et c'est bien dommage !


    Sur Grand Prix de l'Eifel

    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    Icon For Arrow-up