Quels sont les enjeux du Grand Prix de Turquie ce dimanche ?

Quels sont les enjeux du Grand Prix de Turquie ce dimanche ?

Le retour de la piste turque au calendrier de la F1 a enchanté tout le monde, à commencer par les pilotes mais le resurfaçage de dernière minute laisse un goût amer étant donné la difficulté à trouver du grip. Pourtant pour nous, spectateurs, le suspens promet d'être au rendez-vous et nous risquons bien demain de voir l'un des plus beaux GP de ces dernières années.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Racing Point - Un des enjeux de cette course, la bataille pour la 3ème place constructeur entre Renault, McLaren et Racing Point
© Racing Point - Un des enjeux de cette course, la bataille pour la 3ème place constructeur entre Renault, McLaren et Racing Point
La folle séance qualificative a rendu son verdict et les deux Mercedes ont échoué, malgré leur DAS, à truster la première ligne. Lance Stroll a épaté son monde en s'emparant du meilleur tour, au nez et à la barbe d'un néerlandais frustré de sa deuxième place. Les deux Alfa Roméo ont réussi à rentrer en Q3 et confirment que tout peut se passer demain. Etant donné les résultats des séances d'essais libres, la bataille promet d'être très ouverte, surtout si la pluie s'en mêle. Quels sont donc les enjeux de la course, ce dimanche ?

La météo, première inconnue


Les prévisions annonces de la pluie pour demain en fin de matinée sur Istanbul. Le tracé étant déjà très glissant, si la piste est humide comme c'était le cas ces derniers jours, ce sera un vrai calvaire avec 20 pilotes dans les premiers virages. Les éclaircies sont prévues à partir de la course, mais tout peu encore évoluer.

Lewis Hamilton, un peu plus dans la légende dès ce week-end Turc ?


Ce n'est qu'une question de jours avant que Lewis Hamilton rejoigne Michaël Schumacher au nombre de titres mondiaux acquis dans cette discipline. Nous vous présentons d'ailleurs tous les scenarios possible pour que cette option se concrétise dès demain.
Il est donc certain que les caméras seront rivées sur l'évolution des deux flèches d'argent, notamment celle portant le numéro 44.

Lance Stroll peut-il gagner la course ?


Le pilote canadien a réussi l'exploit de se qualifier en pole position. Ce n'était plus arrivé à un pilote canadien depuis Jacques Villeneuve et sa dernière pole lors du grand prix d'Europe (tenu à Jerez) le 26/10/1997, soit la veille de son sacre. Les conditions étaient dantesques, mais il a su rester concentré jusqu'au bout pour arracher la pole à son équipier (qui s'est loupé dans le dernier tour) et à Max Verstappen. Pour demain, la donne sera différente. L'incertitude météo pourrait bien venir consacrer un autre pilote. Dans tous les cas, il faudra surveiller avec attention les "Mercedes roses", car au contraire des flèches d'argent, elles sont en forme. Le premier virage sera primordial pour bien débuter le Grand Prix.

Qui de Racing Point, Renault ou McLaren marquera le plus de points ?


La course à la 3ème place des constructeurs est plus sérrée que jamais à 4 Grand Prix de la fin de saison. Renault devance McLaren pour 1 point et Racing Point pour 2 points. L'avantage après les qualification est clairement à Racing Point pour l'heure, McLaren n'ayant aucun pilote dans le Top 10. Affaire à suivre.

Alex Albon va-t-il réussir à relancer sa carrière chez Red-Bull ?


Il a été dans l'ombre de son équipier tout au long des séances d'essais. Il semble malgré tout à l'aise et sa Red-Bull également. Il se doit de prouver qu'on peut compter sur lui l'an prochain, il n'a donc pas le droit à l'erreur en course. Le pilote thaïlandais devra se surpasser s'il veut conserver un volant en F1. De son propre aveu, il n'acceptera pas de retourner chez Alpha Tauri, il doit donc se montrer persuasif en piste.

Une course pour opportunistes


Les deux Alfa Roméo ont trouvé les bons réglages in-extremis. De l'aveu de Kimi Räikkönen, ce setup a été trouvé en fin d'essais libre 3, samedi matin : « Nous avons lutté comme des fous tout le matin mais heureusement, les changement opérés en fin de séance ont été confirmés par quelques tours rapides qui nous ont bien aidé pour la qualification. »

3ème des Q2, les deux Alfa rejoignent Q3 pour se qualifier 8ème et 10ème. Une première pour l'équipe de Fred Vasseur en 2020 alors que les deux pilotes se battent d'habitude pour entrer en Q2. Tous les espoirs sont donc permis pour l'écurie Suisse et globalement pour tous les outsiders. Les plus calmes et les plus opportunistes sauront tirer leur épingle du jeu dans ces conditions difficiles.

Des tracés abandonnés, mais qui font le spectacle en 2020


Comme pour Imola, Portimao, le Nürbürgring ou encore le Mugello , nombreux seront les pilotes à découvrir cette piste turque. Véritable tracé à sensations, nous devrions y retrouver du spectacle.

Par ailleurs, la piste a été resurfacée il y a dix jours et le fournisseur de pneus Pirelli n'était pas informé de ce changement, ce qui pose d'énormes soucis d'adhérence.

Sergio Perez : « C'était comme conduire dans ma cuisine. »


Les températures plutôt fraiches (12 degrès dans l'air) cumulées à la mise en œuvre de ce nouvel enrobé ont fait vivre un vendredi studieux à nos vingt pilotes de F1, chacun y commentant son étonnement :

Sergio Pérez indique que « lors de la reconnaissance à pieds, c'est comme si nous marchions sur du marbre. Ainsi, c'est comme conduire dans cuisine. C'est vraiment difficile, très glissant. La piste devrait s'améliorer, mais je n'attends pas grand chose de plus pour la course. »

La course justement, elle nous promet donc du suspens avec cette nouvelle équation à deux inconnues que sont la qualité de la piste et l'efficacité des gommes. Il faut également souligner le fait que ce tracé atypique, que les pilotes adorent, devrait permettre aux attaquants, aux opportunistes de faire un bon coup.

Pierre Gasly confirme d'ailleurs que « cette piste permet des opportunités de dépassement ».

Un format de course encadré


Afin d'éviter des courses à rallonge comme nous avons pu vivre ces dernières années, notamment l'historique course du Canda en 2011 qui dura cinq heures, la FIA a précisé des règles strictes. La course ne pourra se courir sur plus de deux heures et l'évènement ne pourra pas dépasser les quatre heures au total. Si jamais la distance totale n'est pas accomplie et que les pilotes n'ont pas réalisé à minima 75% de la distance règlementaire, alors ils ne marqueront que la moitié des points prévus initialement (comme en Malaisie en 2009).


Grand Prix de Turquie

Plus d'actualités
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon