Hamilton : « le sommet de ma vie mais il y a encore une plus grande victoire à obtenir »

Hamilton : « le sommet de ma vie mais il y a encore une plus grande victoire à obtenir »

Lewis Hamilton voit plus loin, au-delà de son septième titre des pilotes obtenu en Turquie ce dimanche.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Mercedes - Lewis Hamilton est officiellement septuple champion du monde de Formule 1
© Mercedes - Lewis Hamilton est officiellement septuple champion du monde de Formule 1
Il y a eu finalement la manière dans un triomphe attendu : Lewis Hamilton est devenu sur la piste de l’Istanbul Park l’égal de Michael Schumacher avec un septième titre des pilotes. Le Britannique a décroché une victoire de prestige, la 94e de sa carrière, dans des conditions pluvieuses, dantesques, à lire en détails dans le résumé de la course.

Touché, Hamilton semblait sincère au moment de parler dans sa radio à Peter Bonnington son ingénieur piste et Toto Wolff, son team Principal. Ses premiers mots étaient bien sûr des cris de joie, mais il y a eu aussi ce message : « à tous les enfants qui nous regardent, ne laissez personne vous dire que c’est impossible. »



Une victoire vers l'égalité



Un message important (à lire aussi ici), qu’a porté le pilote en visio-conférence de presse d’après-course. Face aux journalistes, Hamilton a remercié ses parents, d’origine modeste, qui ont fait des sacrifices pour sa réussite. « Nous avons obtenu le respect » s’est félicité le leader Mercedes.

Tout en soulignant : « C’est un championnat du monde et c’est le sommet de ma vie jusque là. Mais il y a plus à faire. Il y a une plus grande victoire que nous avons besoin d’obtenir ensemble. »

Cette victoire à obtenir, c’est celle de l’égalité, qu’Hamilton érige en combat notamment depuis le début de la saison en portant des T-shirts et en s’agenouillant sur la grille pour le Black Lives Matter. Ce dimanche après la course, le principal intéressé parlait surtout aux jeunes, en déclarant que « nous devons lutter pour l’égalité de tous les enfants dans le monde, pour leur créer un futur meilleur. »

Message martelé aux journalistes du monde entier :

« Ce n’est bien sûr pas un secret que je suis ici (en Formule 1) la seule personne de couleur. J’espère que j’ai envoyé un message aux enfants qui regardent. Créez votre propre chemin. Parce que c’est ce que j’ai réussi à faire. Ça a été dur. Mais j’ai vraiment ce message important : de rêver aussi fort que possible et de ne jamais abandonner ! »

« Il y a une plus grande victoire que nous avons besoin d’obtenir ensemble »


Derrière le message, des émotions (quand même)



Toujours très philosophe au moment d’aborder ses victoires, Hamilton a admis avoir eu des émotions dans les derniers tours de la course en Turquie, alors qu’il roulait en tête. Se demandant avec son équipe si il fallait rentrer pour changer de gommes, le Britannique a rembobiné le fil de sa carrière. Notamment en songeant à son père Anthony, à sa demi-mère Linda, ou à son petit frère handicapé, Nicholas.

« Je ne voulais pas que les gens voient que j’avais des larmes qui commençaient à couler derrière mon casque. J’ai toujours dis que je ne voulais pas que les gens me voient pleurer ! »

Emu mais gourmand, Lewis Hamilton a aussi indiqué qu’il voulait encore plus de week-ends similaires à la Turquie. Plus de conditions piégeuses.

L’ancien rival de Nico Rosberg estime d’ailleurs avoir appris de ses expériences passées, en faisant référence à son année de rookie et son abandon dans un bac à graviers du Grand Prix de Chine 2007, sous la pluie. Mais cette fois le Britannique a constamment surveillé ses gommes. « J’ai essayé de sauver mes pneus jusque dans les virages à haute vitesse. La clé était de garder de la température. »

Ce dimanche en Turquie, Hamilton a fait le bon choix de rester en piste, avec un seul arrêt, comme Pérez.

« J’ai toujours dis que je ne voulais pas que les gens me voient pleurer ! »


Quid du nouveau contrat ?



Voici donc Hamilton septuple champion du monde au sommet de la F1 avec Michael Schumacher. Toujours en négociations pour son contrat 2021 avec Mercedes, il était impossible d’éviter la question de son avenir.

« Je ne pense pas que je serai là à 40 ans, mais vous savez, j’ai seulement 35 ans. Je me sens jeune et frais. Il y a encore beaucoup de travail à faire dans ce sport » a glissé Hamilton, qui se fait encore désirer avant de rempiler… sauf surprise de dernière minute !



Grand Prix de Turquie

Plus d'actualités
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon