Après son 7e titre, Hamilton change-t-il encore de dimension ?

Après son 7e titre, Hamilton change-t-il encore de dimension ?

Le septième titre des pilotes officiellement dans la poche, Lewis Hamilton a-t-il franchi un nouveau cap dans l’histoire de la Formule 1 ?

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Mercedes - Hamilton avec son équipe pour fêter le titre pilote
© Mercedes - Hamilton avec son équipe pour fêter le titre pilote
Une semaine après, le paddock de la F1 et tous les suiveurs ont eu le temps de digérer la 94e victoire de Lewis Hamilton . Un triomphe épique, que nous vous avons raconté, et qui figure certainement parmi les 15 plus beaux succès du Britannique (les 5 grandes victoires dans cet article et cet article !). La cerise sur un gâteau digne d’une pièce montée, pour valider le 7e titre de champion du monde des pilotes. Aujourd’hui, Lewis Hamilton est au même niveau que Michael Schumacher, en haut du panthéon de la Formule 1. A-t-il franchi un palier supplémentaire ?

Toujours plus haut dans le sportif



Même avec la voiture la plus performante du plateau, Lewis Hamilton arrive à nous étonner. Naturellement rapide en qualifications, fiable, sur une série de 47 courses dans les points depuis une 2e place acquise à Silverstone en juillet 2018, le Britannique a aussi maximisé au fil des années une intelligence de course hors-pair, et une gestion parfaite du pneumatique. Nouvel exemple au plus fort de la tempête turque : sur une piste gras-mouillé, neuve et arrosée par la pluie, le pilote #44 ne s’est pas arrêté pour un nouveau changement de gommes. Il a eu le flair de rester en piste, alors que l’écurie Racing Point, pourtant en position de force s’est écroulée avec Lance Stroll.

Hamilton l’a rappelé lui-même en conférence de presse post-course à l’Istanbul Park : il a pensé à ses vieux démons, restés dans un bac à graviers en Chine en 2007, lui coûtant un premier titre de champion du monde. Sans cette péripétie de rookie, il aurait déjà dépassé Schumacher avec un 8e titre.

Mais depuis, qui peut lui imputer une erreur fatale dans la course au titre ? La perte de la couronne en 2016 ? On pense d’abord à cette casse moteur à Sepang, indépendante de sa volonté. 4 ans plus tard, Hamilton aurait pu trébucher, dans une saison 2020 pourtant particulière, resserrée avec l’épidémie de coronavirus.

Le leader Mercedes a juste tergiversé sur la première course de la saison en Autriche (4e), en s’excusant après avoir forcé la trajectoire contre Alex Albon à l’extérieur, dans le virage n°4. Victorieux dans la foulée en Styrie, récidivant en Hongrie et en Grande-Bretagne, il gagne aussi à Silverstone avec une crevaison et un dernier tour sur 3 roues. Fin août, Hamilton avait ramassé 5 victoires en 7 courses, avec une 2e place pour le Grand Prix du 70e anniversaire, derrière Verstappen.

Passé au travers à Monza pour une pénalité étonnante début septembre, l’ex-pilote McLaren a repris sa marche en avant, succès en Toscane, en Allemagne (Grand Prix de l’Eifel), au Portugal ( 92e victoire, record de Michael Schumacher dépassé) et une nouvelle 1ère place opportuniste en Emilie-Romagne sur le circuit d’Imola. En définitive, sur 14 courses, avant la triplette dans le Moyen-Orient, Hamilton s’est déjà imposé… 10 fois, soit le 3e meilleur ratio de l’histoire, derrière Alberto Ascari en 1952 (6/8 : 75%), Michael Schumacher en 2004 (13/18 : 72.22%) !

Et les mauvaises langues continueront de parler qu’il gagne parce qu’il a la meilleure voiture. Mais en Turquie, la Mercedes W11 avait clairement du mal à faire chauffer ses pneumatiques. Valtteri Bottas peut témoigner !

Hamilton s’est déjà imposé 10 fois en 2020, soit le 3e meilleur ratio de l’histoire, derrière Alberto Ascari en 1952 et Michael Schumacher en 2004 !


La F1 emmenée sur un nouveau terrain



Le 7e titre de champion du monde des pilotes de Lewis Hamilton dépasse le simple cadre de la performance sportive de la Formule 1. 7 titres, le record de Schumacher égalé, le pilote Mercedes a magnifié la performance, en gagnant 6 saisons sur 7 !

Naturellement, les autres pilotes ont salué le sacre, avec un hommage significatif de Sebastian Vettel, attaché à l’histoire de sa discipline :

« Je pense que Lewis est bien évidemment le meilleur pilote de notre génération. Comment voulez-vous comparer Juan Manuel Fangio ou Stirling Moss à notre génération ? C’est impossible et même inutile. Peut-être que l’on serait mauvais et que l’on se chierait dessus dans leurs voitures. Mais peut-être qu’ils seraient mauvais dans les nôtres car elles sont trop rapides. Qui sait ? Ça n’a pas d’importance. »

« Chaque époque a son ou ses pilotes et Lewis est certainement le meilleur de notre ère. »

Hommage un peu plus récent, George Russell s’est exprimé dans le Podcast officiel de la F1, “F1 Nation”, en « manque de superlatifs » : « ll ne se réveille pas juste le dimanche matin en se disant qu’il sera le plus rapide. Il met une dose incroyable d’effort et je pense qu’il n’obtient pas assez de reconnaissance là dessus. Ça a augmenté mon respect pour lui ! » a admis le pilote Williams, formé par Mercedes.

Mais au-delà du sport, Hamilton innove pour un champion du monde de F1, en luttant pour l’égalité à travers le mouvement Black Lives Matter, qu’il a apposé sur son casque,et jusque sur sa voiture. De couleur grise à la base, la Mercedes est devenue noire, sur demande du pilote, validée par le groupe Daimler et les sponsors de l’équipe, signe de l’impact du pilote sur son Team.

Idem sur l’ensemble de la grille, en poussant le protocole à honorer une minute contre le racisme, Hamilton posant un genou à terre, suivi par quelques-uns de ses camarades. Dans sa victoire en Turquie, il y avait ces mots à la radio : il espére avoir envoyé un message d’espoir à tous les enfants, quelque soit leur couleur de peau.

Quand Michael Schumacher ne s’engageait pas sur des terrains sociaux et politiques, Hamilton est un pilote, et un militant des temps modernes. Il veut amener la F1 dans une nouvelle dimension, au-delà de son confort de champion. Il a déjà commencé, en créant la Hamilton Commission, en lien avec l’Académie Royale des Ingénieurs, pour promouvoir la diversité dans les métiers d’ingénieur du sport automobile.

Après son époque jet-set et bling-bling, Hamilton est devenu vegan et pense à son impact environnemental. Paradoxal pour un pilote de F1 ? Le champion évolue avec son temps : dans les négociations de son nouveau contrat, il a même demandé à moins voyager en avion, et faire plus de télé-travail ! Ce qui ne devrait pas arrêter sa quête d’un 8e titre de pilote. Au-delà de la stat’, Hamilton veut porter la F1 dans une ère plus responsable.

« Je pense que Lewis est bien évidemment le meilleur pilote de notre génération » - Sebastian Vettel


Une nouvelle dimension surtout mentale



La nouvelle dimension dans laquelle est entrée Hamilton est en fait plus mentale que sportive. Sur le plan sportif, la discipline est surtout dans la continuité de l’ère hybride commencée en 2014. Ce qui frappe, c’est surtout cette domination étendue… à 7 saisons, aucun autre constructeur n’a fait mieux dans l’histoire de la Formule 1.

En clair, la dimension d’Hamilton a grossi pour atteindre une force incroyable.
Celle de personnifier son sport. Comme Usain Bolt en Athlétisme, Roger Federer en Tennis, Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo en football, Tiger Woods en golf… ou le Français Martin Fourcade en biathlon. Dans 20, 50 ans voire plus, on se rappellera certainement des années 2010-début 2020 comme celles de l’apogée de la force d’Hamilton.

Maintenant, il reste encore quelques performances incroyables à aller chercher : Sébastien Loeb par exemple a conquis 9 titres mondiaux en championnat du monde des pilotes en Rallye. En Endurance, Tom Kristensen a glané 9 neuf victoires dans la course reine des 24 heures du Mans. Et pourquoi pas se fixer un nouvel horizon au-delà d’un 8e titre de champion du monde des pilotes ?
Partager cet article
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon