Exclusif : à la rencontre des nouveaux actionnaires de McLaren

Exclusif : à la rencontre des nouveaux actionnaires de McLaren

McLaren vient d'annoncer l'arrivée d'un nouvel actionnaire. MSP Sports Capital nous expose ainsi en exclusivité sa stratégie d'investissements.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© McLaren - Steve Wasserman est convaincu du potentiel de croissance de la F1 et de McLaren
© McLaren - Steve Wasserman est convaincu du potentiel de croissance de la F1 et de McLaren
La semaine dernière, McLaren a annoncé avoir céder 15% de sa division Racing à un fonds new-yorkais pour la coquette somme de 202 millions d'euros. MSP Sports Capital a même l'opportunité de porter cette participation à 33% d'ici la fin 2022. Steve Wasserman, un des associés, nous a ainsi expliqué en exclusivité les raisons qui les a fait investir chez McLaren.

« Nous sommes un fonds qui apporte non seulement un apport financier mais également opérationnel. Nous n'avons pas besoin d'engager des consultants extérieurs pour nous expliquer quoi faire. Nous disposons d'une vaste expérience dans le sport business » a-t-il ainsi commenté. Parmi les associés du fonds, on retrouve, en effet, un ancien PDG et copropriétaire d'une franchise de baseball, le vice-président d'un club de NBA ainsi qu'un ancien responsable d'ESPN et directeur de la stratégie de l'UEFA.

Cette expérience dans l'économie du sport ont ainsi conduit à se concentrer uniquement sur la division Racing de McLaren et non l'ensemble du groupe, dont la partie constructeur automobile : « Concentrez-vous sur ce que vous savez faire ! » L'industrie du sport business présente la particularité de ne pas souffrir d'un mal qui touche les autres pants du show business : le binge watching. « Contrairement à Netflix, vous n'allez pas regarder la F1 en boucle. Ce qui vous intéresse, c'est de regarder en direct. Vous n'allez pas enregistrer la course et tout regarder de nouveau. Cela donc beaucoup de valeur à toute publicité que vous faites apparaitre à l'écran puisque le téléspectateur va rester devant l'écran pour être sûr de ne rien louper de l'action.»

Cette proximité avec ESPN, le diffuseur de la F1 aux Etats-Unis, a permis de constater que les audiences sont en nette progression outre-Atlantique, précisément de 21% entre 2018 et 2019. Cependant, cela reste un marché de niche puisque chaque course avait rassemblé 671 000 téléspectateurs, sur une population de 300 millions. Pour référence, Canal+ vient de dévoiler que 962 000 personnes regardaient la F1 lors de chaque Grand Prix de la saison. C'est précisément ce potentiel de croissance qui a attiré Steve Wasserman et ses associés : « Avec l'arrivée de Liberty Media et l'introduction du plafond des budgets, nous allons changé d'époque : la F1 va passer de l'investissements de vanité à un vrai investissement financier. Il y a tout à écrire, ce qui est très excitant. Nous devons faire l'éducation du public américain pour que cela devienne un marché de masse. » C'est ainsi l'alliance de la technologie au côté humain qui différencie la discipline des autres sports.

Une fois que la F1 a été identifiée comme un secteur potentiel d'investissements se posait la question était de savoir dans quelle écurie investir. Le choix s'est rapidement porté sur McLaren : « McLaren est un diamant brut, un peu à l'image de Ferrari mais il n'est pas facile d'investir chez Ferrari. » C'est donc bien MSP qui a contacté en premier l'équipe de Woking : « Nous les avons contacté et ils ont été réceptifs, avant même le début de la pandémie. Nous avons eu un dialogue constructif surtout lorsque nous n'avions pas de visibilité sur l'avenir alors que nous ne savions pas si la saison serait en mesure de démarrer. »

Parmi les sources de profits supplémentaires, un secteur sort du lot : l'eSport, mis en avant pendant la trêve forcée : « L'eSport est l'avenir ! Cela fonctionne à travers les frontières, cela permet de se mesurer directement aux pilotes professionnels sur les mêmes pistes. De nombreux gamers vont découvrir la F1 grâce aux jeux vidéos, avant de basculer vers le monde physique. » Une fois que les fans seront de nouveau admis sur les courses, les ventes de produits dérivés devraient ainsi repartir à la hausse, notamment aux Etats-Unis où les fans sont friands de vêtements aux couleurs de leur équipe préférée.

Quand Steve Wasserman explique que MSP Sports Capital a pour vocation à être opérationnel, cela va se traduire par une recherche active de nouveaux sponsors, notamment sur le marché nord-américain : « Nous voulons bien entendu augmenter la valeur de l'entreprise en faisant venir de nouveaux sponsors. Nous sommes cinq associés qui auront un intérêt direct à faire venir de nouveaux partenaires. Nous voulons que si une entreprise américaine veut investir en F1 que McLaren devienne la première équipe à laquelle elle pense. »

La troisième place au championnat Constructeurs, glanée à l'issue de la saison, est ainsi de bonne augure pour ce nouvel investissement. Qu'un acteur majeur comme INEOS ait également décidé de devenir sponsor d'une équipe de F1, en l'occurrence Mercedes, est ainsi un signe supplémentaire que les investisseurs croient au potentiel de la F1.

Avec la participation de RacingBusiness
Partager cet article
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon