Grand Prix de Monaco historique : la principauté se prépare à voir rouge

Une 12ème édition qui se veut festive, en effet il s'agit de fêter les 70 ans du championnat du monde de F1. 170 concurrents seront présents pour faire rugir ces monuments. Il faudra en profiter tant l'avenir du moteur thermique est incertain...
Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Autmobile Club de Monaco - Ferrari 312 B3 de Niki Lauda
© Autmobile Club de Monaco - Ferrari 312 B3 de Niki Lauda
Le Grand Prix historique de Monaco se court tous les deux ans, le dernier ayant eu lieu en 2018, le suivant aurait dû se dérouler en 2020. La pandémie a eu raison de toutes les manifestations sur circuit automobile jusqu'en juillet. C'est ainsi, que nous avons droit cette année, en 2021, à une déferlante rouge en principauté pour notamment fêter la première victoire "des rouges" en championnat du monde.

En effet, c'est l'argentin Froilan Gonzales en 1951 qui offrit sa première victoire à la firme italienne Ferrari sur le circuit de Silverstone.

En 2020, la Formule 1 fêtait ses 70ans. Cet anniversaire est repoussé d'un an, mais cela n'a pas empêché la constitution d'un plateau dense, fort de 170 concurrents.

Ces autos sont regroupées en sept catégories différentes nommées de A à G. L'ACM - Automobile Club de Monaco, annonce pour chaque catégories celles qui ont le plus participé à la renommée de ce sport :

- Série A baptisée Louis Chiron : L'Alfa P3, qui était engagée par la Scuderia Ferrari avant que cette dernière ne conçoive ses propres autos. Victoire en 1934. Il s'agit des autos de Grand Prix d'avant guerre.

- Série B, Juan-Manuel Fangio : La Dino 246. Dernière auto à moteur avant victorieuse en course. Il s'agisait de l'édition 1960 du Grand Prix de Monza, aux mains de Phil Hill. Accueil les bolides de compétition de 1946 à 1960.

- Série C, Vittorio Marzotto : La 250 Mille Miglia, fer de lance des voitures de sport à moteur avant de 1952 à 1957.

- Série D, Graham Hill : La 1512 qui célébrera les titres obtenus en 1961 et 1964 par respectivement Phil Hill et John Surtees. F1 1500cc de 1961 à 1965.

- Série E, Jackie Stewart : Quatre Type 312 pour évoquer l'arriver des premier moteurs 3L. F1 3L de 1969 à 1972.

- Série F, Niki Lauda : Deux 312 B3 pilotées par Jean Alesi et René Arnoux. Elles célèbreront le retour aux avant postes de la Scuderia dès 1974 avec Niki Lauda. F1 3L de 1973 à 1976.

- Série G, Gilles Villeneuve : Diverses monoplaces F1 plus récentes, de 3L de cylindrée de 1977 à 1980.

Notons également la participation de :
- Pastor Maldonado au volant d'une auto de série A : Maserati 4CM de 1937.
- Jean-Pierre Richelmi fera résonner le moteur de la Gordini T16 de 1952.
- Jean-Denis Deletraz sera au volant d'une ATS D4 de 1980.

Cette sélection met en avant Ferrari, mais il y en aura pour tout le monde. Le mot d'ordre est rareté et plateau exceptionnel pour cette douzième édition qui utilise le tracé actuel, qui lui même reprend à 80% celui inauguré en 1929.

Du vendredi 23 au dimanche 25 avril 2021 vont se succéder toutes ces monoplaces pour le plus grand plaisir des afficionados de ce sport. Vendredi et samedi se déroulent essais et qualifications. Quant au dimanche, se sont les courses qui viendront départager tout ce beau monde.
Partager
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Top