Grand Prix de Bahreïn : ça va mieux chez Ferrari

Grand Prix de Bahreïn : ça va mieux chez Ferrari

Ferrari a confirmé les espoirs raisonnables laissés par les essais hivernaux puisque les deux monoplaces de Maranello se hissent dans le top 8.

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Ferrari - Un bon samedi pour Charles Leclerc et Ferrari
© Ferrari - Un bon samedi pour Charles Leclerc et Ferrari
Après une saison catastrophique, chaque petit signe est le bienvenu chez Ferrari. C'est donc la satisfaction qui primait dans la nuit de Bahreïn puisque Charles Leclerc a été en mesure de signer une belle quatrième place.

Le Monégasque a ainsi été en mesure de venir se mêler à la lutte alors qu'il ne disposait plus que d'un train de pneumatiques tendres neufs pour la Q3. Il a donc choisi une stratégie à une seule tentative pour tout donner sur un seul tour, ce qui s'est révélé payant.

Il n'a pas manqué de souligner les progrès réalisés par rapport à la saison dernière, dès son tour de rentrée aux stands : « Les gars, ce n'est que la première qualification mais comparé à l'année dernière, c'est un gros pas en avant. Evidemment, nous voulons nous battre pour la pole mais je pense que nous pouvons être satisfaits par rapport à l'année dernière. » Les données lui donnent raison puisque Ferrari est l'équipe qui a le moins ralenti (à cause des restrictions aérodynamiques mises en place depuis) de l'ensemble du plateau.

Pour son premier week-end en rouge, Carlos Sainz peut avoir un sourire en demi-teinte. Certes, il s'est hissé à la huitième place mais est tout de même dominé par son coéquipier au moment qui compte le plus alors que jusqu'à présent l'Espagnol avait plutôt l'avantage.

En Q2, les deux pilotes ont fait le choix d'opter pour des tentatives en pneus tendres alors que les autres équipes misaient majoritairement sur les médiums. Cela a fini par coûter cher à Red Bull (Perez 11ème) et Alpha Tauri (Tsunoda 13ème). A l'inverse, les deux pilotes Ferrari ont largement sécurisé leurs places en Q3, en signant les deux meilleurs temps de la Q2, avec un écart minime : un millième seulement séparait les deux pilotes ! C'était ainsi la première fois depuis le Grand Prix de Silverstone l'an dernier que l'on pouvait voir les deux Ferrari participer à la dernière séance du samedi.

Par contre, le plus dur reste à faire puisque les deux hommes vont devoir gérer des pneumatiques plus tendres en début de course : si cela pourrait leur offrir des opportunités au départ, ils seront ensuite sur la défensive face aux pilotes chaussés en médiums.
Partager cet article

Grand Prix de Bahreïn

Plus d'actualités
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon