Grand Prix de Bahreïn : Le Top / Flop de la rédaction

Quel Grand Prix ! La manche d'ouverture de ce championnat 2021 de Formule 1 a tenu toutes ses promesses pour notre plus grand plaisir. Voici le Top / Flop de ce Grand Prix de Bahreïn remporté par Lewis Hamilton.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Hamilton et Mercedes ont vaincu Verstappen et Red Bull à Bahreïn
© Mercedes / Hamilton et Mercedes ont vaincu Verstappen et Red Bull à Bahreïn

Le TOP 3



1. Hamilton / Verstappen, Mercedes / Red Bull... Un duel qui promet !



Il est peut être enfin là le duel au sommet que l'on attendait ! Si Ferrari s'est cassée les dents à deux reprises en 2017 et 2018, Red Bull semble, sur ce début de saison tout du moins, en mesure de concurrencer les intouchables Mercedes.

Samedi déjà, Max Verstappen démontrait tout son talent en reléguant Hamilton, 2ème, à plus de 3 dixièmes.

Le dimanche, le Néerlandais prenait un bon départ conservant son avantage sur Hamilton après chaque relance. Cependant, Mercedes a fait parler ses maîtres stratèges et ont réalisé un magnifique undercut lors du premier arrêt.

Piégé, Red Bull décalait sa stratégie pour permettre à Max d'avoir des pneus plus frais et plus tendres en fin de GP. Puis vint l'heure du combat des Maestros.

Verstappen, à 3 tours de la fin dépasse Hamilton au virage 4 mais en dehors des limites de piste. Mad Max a donc été contraint de rendre sa position et Lewis a résisté à son retour dans le dernier tour pour aller cueillir sa 96ème victoire en carrière.

Un duel magistral, rafraîchissant pour la F1!

2. La remontée fantastique de Sergio Pérez



Décidemment, le Mexicain adore ce tracé bahreïni ! Devant s'élancer 11ème après une erreur stratégique en qualifications, Pérez a été victime d'une coupure moteur dans le tour de formation.

Alors que l'on pensait la course de Checo terminée, le Mexicain a réussi à redémarrer et regagner les stands pour prendre le départ de la course.

La suite est une réplique de sa victoire acquise l'an passé sur l'Outer-track. Pérez a doublé ses adversaires un à un, par des dépassements incisifs, s'arrêtant une fois de plus que tout le monde pour aller cueillir une 5ème place inespérée.

Pour sa première avec Red Bull, l'ex-pilote Racing Point n'a pas déçu bien au contraire et rapidement fait oublier un Albon transparent dans ce genre de situation l'an passé.

Le bon choix de la marque autrichienne !

3. McLaren, Ferrari et les autres... Un midfield plus dense que jamais



Si l'avant de la course nous a beaucoup accaparé, la bataille dans le peloton n'en a pas été moins belle pour autant !

Des dépassements dans tous les sens et des stratégies audacieuses : la bataille de meilleur des autres n'a jamais été aussi serrée depuis bien longtemps.

A ce petit jeu là, McLaren conserve un petit avantage avec notamment une course magnifique de Lando Norris, brillant 4ème. Pour sa première course avec sa nouvelle écurie, Daniel Ricciardo a fini à une honnête 7ème place.

Ferrari a montré son regain de forme par rapport à l'an passé. Sur un circuit typé moteur, Charles Leclerc termine 6ème et Carlos Sainz à la 8ème place après quelques mésaventures avec Lance Stroll.

A noter également les premiers points de Tsunoda avec Alpha Tauri, premier japonais depuis 2012 à inscrire une unité en F1, ainsi que le premier de l'écurie Aston Martin ramené par Stroll.

Cette bagarre va à coup sûr nous surprendre chaque week-end et se jouer sur des détails quant à l'issue du Championnat en décembre.

Le détail complet du Top / Flop à retrouver dans le débrief du Grand Prix de Bahreïn





Le FLOP 3



1. Vettel et Aston Martin : un Grand Prix à oublier



Alors que l'on était nombreux à penser que le changement d'écurie lui ferait certainement le plus grand bien après des années difficiles chez Ferrari, Sebastian Vettel aura vécu un vrai calvaire pour son premier Grand Prix pour Aston Martin.

Eliminé dès la Q1, terminant derrière la Williams de Nicholas Latifi et tout juste devant les deux Haas, le pilote allemand s'est en plus vu pénalisé pour non respect du double drapeau jaune pendant ces mêmes qualifications.

En course, si le quadruple Champion du monde a pris un excellent départ en gagnant 8 positions, sa stratégie à un arrêt était perdue d'avance quand on sait que chacun a réalisé deux arrêts et même 3 pour Pérez.

Finalement, le plus grand fait d'arme de Vettel pendant ce Grand Prix fut son accrochage, heureusement sans conséquence, avec Esteban Ocon.

Pour Aston Martin, ex-Racing Point (vainqueur d'un Grand Prix en fin de saison), ne marquer qu'un seul point par le biais d'un Stroll transparent paraît bien maigre, en connaissant surtout leur fort lien avec Mercedes.

Décevant.

2. Alpine à la recherche de rythme de course



On pouvait également attendre mieux de la marque française, nouveau nom de Renault en F1.

Si le début de course de Fernando Alonso a été excellent, pointant même un moment à la 6ème place, la dégradation des pneumatiques était trop forte pour Alpine qui était toujours la première à rentrer au box.

Si l'undercut a fonctionné un temps pour l'Espagnol, il a ensuite dégringolé au classement, jusqu'à sortir des points puis abandonner pour ennui mécanique.

Si le point positif est que le double champion du monde n'a pas perdu de sa superbe, il va rapidement falloir trouver des solutions pour extraire la performance d'une voiture qui est en mesure de revendiquer la lutte avec McLaren, Ferrari et Alpha Tauri.

Pour Esteban Ocon, le Français a été aux abonnés absents tout au long de la course, après s'être fait piéger en Q1 lors des qualifications.

Peut mieux faire.

3. Mazepin / Haas, vraiment au niveau de la Formule 1 ?



S'il peut paraître difficile d'accabler un rookie pour son premier Grand Prix, qui plus est au volant de la pire monoplace du plateau, c'est surtout l'accumulation des fautes (toujours les mêmes !) que l'on sanctionne côté Mazepin.

Le Russe a même une nouvelle fois fait parler de lui en EL2, en jurant sur le comportement de sa voiture, des éléments pas très utiles pour les ingénieurs afin de faire progresser sa voiture.

En retrait tout au long du week-end par rapport à Schumacher, pas exempt de tout reproche mais plus appliqué, Mazepin va devoir rapidement corriger la mire pour montrer qu'il a réellement le niveau que l'on peut attendre d'un pilote de F1.

Néanmoins, pour sa défense, son écurie Haas fait de plus en plus figure d'amateur pour la catégorie, larguée dès le premier Grand Prix et annonçant déjà aucune évolution pour l'année en cours.

Grosjean et Magnussen, régulièrement pointés du doigt ces dernières saisons par leur ancienne équipe, doivent être heureux de ne pas vivre une nouvelle saison calvaire dans une écurie aux abois.
Partager

Grand Prix de Bahreïn

Plus d'actualités
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Dernières actualités F1

    Toutes les actualités F1
    Top