Faut-il déjà s'inquiéter pour Vettel et Aston Martin ?

Faut-il déjà s'inquiéter pour Vettel et Aston Martin ?

L’héritière de Racing Point a ramené un petit point du premier Grand Prix de la saison 2021. Insuffisant ?

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Aston Martin - Sebastian Vettel a connu un premier week-end très compliqué
© Aston Martin - Sebastian Vettel a connu un premier week-end très compliqué
Début compliqué pour Aston Martin. La nouvelle écurie pointe à la sixième place du classement des constructeurs, avec un petit point. Mais surtout le team de Lawrence Stroll a régressé dans la hiérarchie, et sa recrue n’a pas brillé.

Aucun top 10 dans toutes les sessions, 18e et éliminé en Q1 le samedi, 15e et avant-dernier classé en course le dimanche, Sebastian Vettel commence très mal l’année !

A Bahreïn, le quadruple champion du monde a au moins gagné un titre : celui du premier pilote pénalisé en 2021, trois points en moins sur le permis pour ne pas avoir suffisamment ralenti sous régime de drapeau jaune après le tête à queue de Nikita Mazepin en fin de Q1. Le pilote de Haas qui a quand même flingué le dernier tour lancé de l’Allemand, en colère après coup dans le paddock.

Vettel pas encore à l'aise



Cerise sur le gâteau, Vettel a retrouvé ses vieux démons en course, avec un accrochage au 45e tour. Et si il pestait dans sa radio après coup, c’est bien lui le principal fautif de son accrochage avec l’Alpine d’Esteban Ocon. Regardait-il déjà le point de freinage pour prendre le point de corde ? Il a en tout cas oublié le Français, avant de finir dans son diffuseur arrière. 2 points de pénalité en plus dans la besace, pour arriver à 5 points en moins sur le permis !

« Je ne me sens pas comme chez moi dans la voiture » a souligné Vettel après la course.. « Je ne peux pas me concentrer sur le pilotage. Il y a pleins de choses dont nous devons faire attention. »

Sebastian Vettel : « je ne me sens pas comme chez moi dans la voiture »


Mais Vettel est-il le seul fautif ? Qui a pris la décision de valider une stratégie étonnante à un arrêt ? L’Allemand a défendu ce choix comme « une bonne décision. » Il est quand même le seul pilote à avoir tenté un tel pari, en passant au stand au 24e tour pour mettre un set de pneumatiques durs. Tout ça pour finir 15e, avant-dernier classé, dépassé par Ocon et la Williams de George Russell !

C’est donc un fait, Vettel ne s'est pas encore adapté à sa voiture, avec à peine une journée de travail lors des essais hivernaux, en enlevant les problèmes de fiabilité.

L'avis de la rédac, à retrouver dans le débrief du Grand Prix de Bahreïn





Aston Martin a le même problème que Mercedes



La nouvelle Aston Martin souffre. Elle a reculé de 2 secondes et 3 dixièmes sur le temps des qualifications par rapport à l’édition 2020 du Grand Prix de Bahreïn. Pire que Mercedes et seulement devancé par Haas !

Oui, le début de saison sera compliqué pour Aston Martin. Le revers de la médaille de s’être inspiré de Mercedes : la nouvelle AMR21 présente un angle d’inclinaison faible entre l’avant et l’arrière. Comprenez le fameux “low rake”. Une configuration qui perturbe la voiture avec la nouvelle réglementation et la perte d’appuis du train arrière. En clair, l’Aston Martin de 2021 est visiblement moins fluide à conduire que la Racing Point de 2020.

Conséquence : le niveau de l’AMR 21 était tout juste suffisant pour passer en Q3, avec Lance Stroll P10, aidé par les déboires de Sergio Pérez et Yuki Tsunoda. Un niveau presque identique en course, avec le point du 10e décroché par Stroll, qui a maximisé le potentiel de sa voiture, malgré ce dépassement subi par Tsunoda dans le dernier tour. Tout l’inverse de Vettel.

Une gueule de bois chez Aston Martin, analysée par le PDG de l’équipe Otmar Szafnauer après la course :

« Le réveil a été dur en qualifications quand nous avons analysé les datas. Les voitures avec un low rake (une inclinaison faible) comme nous sont plus gênés par les changements de règlement. »

« En conditions de course, nous sommes plus compétitifs que sur un tour. Mais comparé où nous étions il y a quelques mois avant le changement de règlement, nous avons beaucoup de travail. »

Otmar Szafnauer, PDG d'Aston Martin : « comparé où nous étions il y a quelques mois avant le changement de règlement, nous avons beaucoup de travail. »


Problème, Aston Martin est comme Mercedes : impossible de changer la philosophie d’une voiture low-rake, comme l’a rappelé Toto Wolff à Bahreïn.

Une nouvelle usine pour pousser le développement



Mais Otmar Szafnauer se bat : « il y a encore plus à venir, nous n’avons pas abandonné pour cette année. Nous avons des choses dans notre soufflerie et notre R&D. Nous allons bientôt les amener sur la piste.
En parlant avec les autres équipes, ils ont rattrapé une partie de leur déficit, ce que nous n’avons pas fait à cause de notre philosophie aéro différente. »


Pour développer le travail, l’équipe Aston Martin se dotera bientôt d’une nouvelle usine, juste à côté du circuit de Silverstone et des locaux actuels de l’équipe. Le propriétaire Lawrence Stroll a mis les moyens sur la table. Pour un retour rapide sur investissement ?
Partager cet article

Grand Prix de Bahreïn

Plus d'actualités
    La marque F1 est protégée. Motorsinside.com n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group et le contenu que nous proposons n'est pas le contenu officiel.
    arrow-up icon