La FIA intensifie les inspections des voitures de F1

Désormais, après chaque course de la saison, la FIA choisira au hasard une voiture classée et la soumettra à un niveau de contrôles et d'analyses plus poussé que d'habitude, en se concentrant sur des domaines particuliers. L’objectif étant de parer toute tentative d’infraction.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Les mécaniciens vont avoir encore plus de travail le dimanche
© Alpha Tauri / Les mécaniciens vont avoir encore plus de travail le dimanche
Le règlement sportif de la F1 indique que « les concurrents doivent s'assurer que leurs voitures soient conformes aux conditions d'admissibilité et de sécurité tout au long de chaque séance d'essais et de la course » et que « la présentation d'une voiture aux premiers contrôles techniques sera considérée comme une déclaration implicite de conformité ».

Une nouvelle philosophie



Les voitures ne sont pas examinées en détail chaque week-end. Par exemple, après la course de Bahreïn, toutes les voitures ayant terminé la course ont été pesées, et toutes ont subi une série de tests de paramètres liés à la façon dont leurs unités de puissance ont été utilisées pendant la course, procédure pour le moins habituel.

Cependant, seules la Red Bull de Sergio Perez et l'AlphaTauri de Yuki Tsunoda ont été soumises à des contrôles approfondis de toutes les dimensions possibles. En outre, neuf voitures ont été contrôlées spécifiquement pour la consommation d'huile, et des échantillons d'huile ont été prélevés sur la Mercedes de Lewis Hamilton et la Red Bull de Max Verstappen. La voiture d'Hamilton a également donné un échantillon de carburant.

Cela représente un changement total de philosophie car jusqu’à présent, lors des contrôles techniques d’après-course ou à tout autre moment du week-end, la FIA avait coutume d’aller en profondeur en démontant des composants particuliers pour un analyse plus détaillée. Le changement est tel, qu’il a été révélé aux équipes dans une directive technique, puis expliqué au monde entier à travers une note des commissaires du Grand Prix de Bahreïn

« La raison de ce processus est qu'évidemment les voitures sont devenues de plus en plus compliquées, et très difficiles à démonter », explique le responsable des questions techniques des monoplaces de la FIA, Nikolas Tombazis.

« Toutes les équipes sont très méfiantes à l'égard de leurs concurrents, et elles pensent que l'équipe X ou Y fait peut-être quelque chose. Et je suis sûr qu'à l'occasion, certaines choses ont pu se passer sous notre radar. Nous n'avons pas de soupçons ou quoi que ce soit pour le moment, mais nous avons pensé que c'était une bonne pratique de commencer à vérifier les voitures de manière un peu plus approfondie. »

Pour aider au processus, la FIA a ajouté trois membres du personnel. L'une des raisons de cet avertissement préalable était de s'assurer que les équipes disposent toujours d'ingénieurs de service capables de répondre à toute question découlant des inspections.

« Le dimanche après la course, ils doivent pouvoir compter sur le soutien nécessaire au siège, si besoin est", explique M. Tombazis. Nous ne voulons pas qu'ils nous disent : "John est en train de faire un barbecue, désolé, nous n'avons pas le gars qu'il nous faut". Nous voulons que cette personne soit disponible. »

« Nous espérons évidemment ne jamais trouver d'erreurs, car nous ne voulons pas que les gens trichent, bien sûr. Mais dans l'éventualité où il y aurait quelqu'un qui triche, nous aimerions que l'équipe nous dise, au début du contrôle, si l'autre voiture est identique ou non. »

« Si nous avons des soupçons sur une voiture, nous pouvons toujours sélectionner n'importe quelle autre voiture pour faire la même chose, cela ne change en rien notre fonctionnement normal. Mais étant donné qu'il s'agit d'un contrôle aléatoire, il peut théoriquement concerner toutes les voitures à tout moment et, par conséquent, si quelqu'un avait quelque chose de douteux, il y réfléchira à deux fois. »

« Si quelqu'un avait quelque chose de douteux, il y réfléchira à deux fois »


Par contre, ces nouveaux contrôles ne sont pas destinés à révéler, ce qui ressemble au plus grand scandale technique de l'année dernière, l'affaire de la copie des gaines de frein de Racing Point : « Pour l'aspect copie, nous faisons d'autres contrôles pour cela. Et nous en avons déjà fait quelques-uns, par exemple, cette année, et ceux-ci sont séparés. »

Quelles sont les étapes du processus ?



Essentiellement, un numéro de voiture est tiré d'un chapeau. Cette voiture subira les contrôles habituels dans la voie de contrôle, puis sera ramenée à son garage.

« Ce qui se passe généralement, c'est que la voiture est sélectionnée immédiatement après le drapeau à damier et communiquée à toutes les équipes », explique Tombazis. « Cette voiture sera mise en priorité pour le passage par la plate-forme, le pesage et les contrôles classiques normaux, afin qu'elle retourne au garage de l'équipe le plus rapidement possible. »

« Deux ou trois personnes de la FIA seront là pour commencer. Ensuite, les personnes de la FIA qui terminent les contrôles normaux d'après course les rejoindront. Cela commencera à deux ou trois et se terminera avec cinq ou six personnes présentes. »

Le travail réel de mise en pièces de la voiture sera effectué par les mécaniciens de l'équipe puisque ce sont eux qui maitrisent le mieux leur monoplace : « Nous n'avons pas les connaissances nécessaires », avoue Tombazis. « Nous avons au moins deux personnes dans notre équipe qui sont des mécaniciens seniors, ou d'anciens mécaniciens. Et nous avons fait cela afin d'avoir ce niveau plus élevé de familiarité avec les voitures. Mais les voitures sont très spécifiques aujourd'hui et vous ne pouvez pas commencer à y aller et à les démonter. »

Le personnel de la FIA saura au préalable les éléments de la voiture qu’ils souhaiteront inspecter :« Nous allons diviser la voiture en une vingtaine de macro-zones », explique le représentant de la Fédération. « Et nous allons en sélectionner deux ou trois pour les vérifier minutieusement à chaque fois. Au fur et à mesure que nous gagnerons en confiance et que nous nous assurerons que nous pouvons le faire d'un point de vue logistique, nous pourrons augmenter ce nombre, si tout va bien. »

Des dimanches à rallonge



Inévitablement, il y aura un élément de pression temporelle. Lors des courses, les voitures et les équipements doivent être emballés pour être transportés le dimanche soir. En Europe, il est toujours urgent de mettre les voitures dans les transporteurs et de partir. Maintenant, les équipes devront attendre que le personnel des instances dirigeantes ait terminé leur travail.

« Il n'y a pas de limite de temps. Donc si nous trouvons des aspects profondément troublants, le pire scénario serait de dire à l'équipe : "Désolé, vous devez rester ici jusqu'à ce que nous terminions". Il est clair que nous allons essayer d'être raisonnables. Et nous ne voulons pas bouleverser le monde entier en leur faisant perdre leur vol dans le fret. Et nous avons la possibilité, si quelque chose est trop compliqué, de le mettre dans une boîte et de la sceller, puis de le vérifier par la suite. Nous n'avons pas fixé de délai maximum, mais nous essaierons d'être raisonnables, et de ne pas bousiller le planning de tout le monde. »

Mise en lumière du plafond des coûts



Un aspect intriguant des contrôles est que, bien qu'ils concernent principalement la conformité technique, ils donneront également à la FIA des informations précieuses liées au suivi du plafond des coûts : « Nous ferions ce travail de toute façon, sans lien avec le plafonnement des coûts », déclare M. Tombazis. « Cependant, ce que nous faisons de manière plus approfondie au cours de ce processus, c'est l'enregistrement des pièces de la voiture. »

« Les équipes doivent déclarer dans leur plafond de coûts les stocks qu'elles utilisent. Il est clair qu'une voiture peut comporter 15 000 pièces. Nous ne pouvons pas vérifier 15 000 pièces. Mais si une équipe dit que ce sont les 15 000 pièces qui sont sur ma voiture, nous pouvons vérifier 50 composants aléatoires et vérifier qu'ils sont sur leur liste, et les garder honnêtes de cette façon. »

On peut donc percevoir, par ces nouvelles méthodes d’inspection, que la FIA met tout en œuvre afin de contrer toute tentative de tricherie, cela dans le but de garantir la conformité et le fair-play du règlement dans un sport si technique.
Partager
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Dernières actualités F1

    Toutes les actualités F1
    Top