Red Bull et Mercedes lancés dans une guerre de développement

La lutte pour le titre ne semble jamais avoir été si contestée depuis au moins 2018. Red Bull et Mercedes se retrouvent dans un mouchoir de poche en ce début de saison ce qui va les obliger de continuer à développer leurs voitures de 2021 durant toute la saison, malgré la réforme importante de 2022.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Duel au sommet cette année entre Mercedes et Red Bull
© Red Bull / Duel au sommet cette année entre Mercedes et Red Bull

Le développement de 2022 retardé ?



Une victoire pour Mercedes au Grand Prix de Bahreïn, une victoire pour Red Bull le week-end dernier à Imola, désormais balle au centre, on remet les compteurs à zéro et on se concentre sur le développement des performances de la voiture jusqu’au prochain Grand Prix. C’est un schéma que nous sommes susceptibles de retrouver souvent cette saison au vu de l’écart minime séparant les deux écuries.

Néanmoins, la Formule 1 va connaître une révolution en 2022, contraignant les équipes à s’y préparer dès cette année. De ce fait, les écuries doivent engager autant de ressources que possible pour développer le tout nouveau projet de 2022. Il y aura donc bientôt un moment où elles devront décider quand abandonner le projet 2021. On sait par exemple que Haas n’avait pas utilisé ses jetons de développements en pré-saison afin, d’ores et déjà, de se concentrer sur le nouveau challenge qui les attend en 2022. Ce week-end à Imola, c’est la version finale des réglages de la VF-21 que nous avons vu, l’écurie américaine indiquant un mois auparavant, stopper son développement dès Imola pour se tourner vers 2022.

Toutefois, si la lutte pour le titre entre Mercedes et Red Bull reste très serrée, les deux écuries n’auront d’autre de choix que de continuer à developper leurs monoplaces de 2021. Helmut Marko, dirigeant de l’équipe Red Bull, estime que si les résultats restent aussi proches, Red Bull comme Meredes continueront leur développement de cette année, au delà du moment idéal pour arrêter et démarrer le développement de 2022.

Cela fait désormais depuis 2013 que Red Bull n’a pas gagné le championnat constructeur, laissant la place à l’hégémonie Mercedes qui en a profité pour gagner 7 titres constructeurs consécutifs, un record. Ça faisait longtemps que Red Bull n’avait pas montré des atouts pour véritablement concurrencé les allemands. Il est clair que Red Bull doit mettre tous les moyens mis à leur disposition pour remporter le titre. C’est pourquoi, Helmut Marko, se réjouit de l’engouement suscité par la bonne forme de son équipe.

« Nous avons besoin de cette euphorie »


« Nous avons besoin de cette euphorie, mais aussi de la passion et de l'enthousiasme », a-t-il déclaré à la chaîne ServusTV, propriété de Red Bull. « Il reste 19 courses à disputer [21 selon le calendrier actuel], et nous devons tout donner. Le problème se posera avant la pause estivale, lorsque, théoriquement, les capacités seront alors mises sur le nouveau développement de la voiture de 2022. »

« La seule chose est la suivante : si nous continuons à être aussi proches les uns des autres, je crois que ni Mercedes ni nous - et certainement pas nous - ne reculerons nulle part en matière de développement. »

Dans un mouchoir de poche



Cette année, l’écart entre la RB16B de Red Bull et la W12 de Mercedes semble très faible. La monoplace de l’équipe allemande semble avoir un avantage dans la gestion des pneus en course tandis que la monoplace autrichienne semble, quant à elle, plus rapide et performante sur un tour. De sorte, pour Helmut Marko, la Mercedes a l’avantage en termes de rythme de course, bien que les conditions plus fraîches d’immola ont quelque peu influencé les choses.

Christian Horner, directeur de l’équipe Red Bull, pense qu’il faudra encore deux courses au moins pour avoir un réel reflet de l’équipe qui à l’avantage en Formule 1 cette année. L’ancien pilote automobile britannique se montre satisfait des performances de son équipe et espère avoir les armes pour rivaliser avec le géant Mercedes cette année.

« Je pense que nous avons maintenant eu un échantillon de deux courses et j'ai toujours dit qu'il faudrait quatre courses environ pour voir un véritable reflet des positions concurrentielles de chacune des équipes », a-t-il déclaré.

« Nous commençons à voir un modèle qui est très, très serré entre les voitures, et Lewis et Max. Et c'est pour le moment, des gains marginaux ici et là. »

« Nous voyons qu'ils ont une très bonne autonomie et une bonne dégradation. Mais il est certain que le week-end d'Imola confirme le rythme que nous avions lors des essais et de la course de Bahreïn. »

« Et j'espère égoïstement pour nous, mais aussi je pense pour la Formule 1, qu'ils réclament une grande rivalité entre ces deux pilotes. Le sport en bénéficiera. »

« Nous commençons à voir un modèle très serré entre les voitures »


Après les deux premiers Grands Prix de la saison, nous avons droit à un bras de fer acharné entre ces deux écuries, ayant chacune un objectif essentiel pour la fin de saison. Pour Red Bull, c’est de renouer avec la victoire au championnat constructeur et même pilote en la personne de Max Verstappen. Tandis que pour Mercedes, c’est d’accroître leur hégémonie en ajoutant une huitième année consécutive en tant que championnat constructeur, mais également offrir le huitième titre au championnat des pilotes à Lewis Hamilton pour marquer encore plus l’histoire de son empreinte, devenant unique détenteur de huit championnats du monde pilote.

L'avis de la rédaction, à retrouver dans notre débrief vidéo "Radio MI" du Grand Prix d'Emilie-Romagne



Partager
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Top