L'espion qui remporta le premier Grand Prix de Monaco

Pour un Grand Prix de légende, il fallait bien un premier vainqueur de légende. William Grover-Williams fut le premier à inscrire son nom au palmarès du Grand Prix de Monaco, mais la vie et l'histoire de ce pilote est digne d'un roman.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Williams-Grover premier vainqueur à Monaco
© Bugatti - / Williams-Grover premier vainqueur à Monaco
Si ce pilote ne vous dit pas grand chose, vous l'avez pourtant peut-être croisé près de l'église de Sainte Dévote, au premier virage du circuit. William Grover-Williams (Willy Williams) est un pilote automobile Franco-britannique né en 1903 à Montrouge, il remporta sept Grand Prix et notamment la première édition dans les rues de la principauté monégasque.

Des essais libres particuliers



C'est dans de terribles vrombissements que ce mystérieux pilote et sa Bugatti T35 font leur entrée dans les rues monégasques ce samedi 13 avril 1929 à 5 heures du matin, aux grands dam des habitants. Invité par son ami Louis Chiron, Willy Williams avait loupé les essais qui s'étaient déroulés la veille et tente de rattraper son retard en ce samedi matin.

À l'époque, pas de qualifications, le placement des pilotes sur la grille se fait par tirage au sort. Le pilote britannique et sa Bugatti British Racing Green se placent sur la deuxième ligne, devant le grand favoris de l'époque, l'allemand Rudolph Caracciola et sa redoutable Mercedes Benz SSK relégués en 5ème ligne.

Willy Williams prend les commandes de la course dès le premier virage avec déjà dans son sillage la Mercedes-Benz de Caracciola. La lutte entre les deux pilotes sera épique, l'agilité de l'anglais face à l'agressivité de l'allemand, chacun voulant remporter la prime de 100 000 francs accordés au vainqueur.

Un passage aux stands décisif



L'issue de la course se dessine dans les stands, comme Daniel Ricciardo en 2016, Caracciola subit un arrêt catastrophique ;son cric glisse et dérape sur un rail de tramway et la masse de son maillet se désolidarise du manche au moment de changer les roues.
Grover-Williams s'envole seul vers la victoire et passe le drapeau à damier après 100 tours et près de 4 heures de course.



Sa carrière de pilote de courses ne s'arrêta pas là, il rajoutera 5 autres victoires en Grand Prix à son palmarès.

Espion pendant la Seconde Guerre mondiale !



La vie de William Grover-Williams changea du tout au tout pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa maîtrise de la langue française fut un atout de poids pour le SOE (Special Operations Executive) qui l'inscrira dans ses rangs pour soutenir la résistance française. Parachuté près du Mans dans la nuit du 30 mai 1942, « Vladimir », son nom de code, il organise avec d'autres pilotes le sabotage de plusieurs points sensibles ainsi que la logistique des parachutages britanniques sur le sol français.

Vraisemblablement trahi, il fut arrêté, interrogé, torturé par la SD (le service de la sécurité du Reichsführer-SS) puis finalement déporté dans le camp de concentration de Sachsenhausen près de Berlin où il fut fusillé le 23 mars 1945.

Cependant, certaines rumeurs disent de lui qu'il aurait finalement échappé à ce destin funèbre, en 1950 un pilote signerait des autographes du nom de « W. Williams ». Aidé par le MI6, il aurait poursuivi sa vie en France aux côtés de sa femme, s'éteignant en 1983 dans un banal accident de bicyclette...

Source - The Life : Grand prix de Monaco / E-T-A-I, Stuart Codling, 2019
Partager

Grand Prix de Monaco

Plus d'actualités
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Dernières actualités F1

    Toutes les actualités F1
    Top