Monaco : du rêve au cauchemar, ils y ont cru jusqu'au bout

La victoire leur tend les bras, le graal est mérité... Mais rien n'est acquis avant d'avoir franchi la ligne d'arrivée. Avant l'édition 2021, retour sur quelques désillusions symboliques à Monaco !
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Malheureux sur le podium de cette édition 2016, Daniel Ricciardo a longtemps cru à la victoire, à la place de Lewis Hamilton !
© Sahar Force India / Perez sur le Podium / Malheureux sur le podium de cette édition 2016, Daniel Ricciardo a longtemps cru à la victoire, à la place de Lewis Hamilton !
Nombreuses sont les anecdotes à propos du Grand Prix de Monaco. Motors Inside a retenu trois courses de légende, malheureuses pour trois pilotes. A chaque fois, la victoire est passée tout près !

1992, l'année ou jamais pour le plus célèbre des pilotes moustachus



Il a fallu attendre l'année 1992 afin que toutes les planètes soient alignées pour Nigel Mansell. Au top de son talent, l'Anglais est de retour chez Williams depuis 1991 et a enfin une auto qui va lui permettre de survoler le championnat. Il arrive d'ailleurs à Monaco en leader du championnat. Il décroche le samedi une superbe pole position ! C'est de bon augure pour enfin l'emporter en Principauté...

La course se déroule sans accrocs. Qualifié troisième, Ayrton Senna dépasse Riccardo Patrese, le coéquipier de Mansell, dès les premiers virages. Senna essaye tant bien que mal de suivre le rythme de la Williams du Britannique, mais rien n'y fait. Mansell est intouchable !

Après 5 victoires en 5 courses, la sixième victoire de rang semble être pour lui. Jusqu'au fameux 70ème tour : Mansell s'arrête soudain à son stand, pensant avoir crevé un pneu. Il ressort deuxième, le couteau entre les dents il va très vite rattraper son rival brésilien. Le chassé devient le chasseur pour les 8 derniers tours.

Le spectacle offert par les deux protagonistes est un franc régal. Un mano à mano intense que Mansell n'oubliera jamais, et ce pour au moins deux raisons : il ne gagnera jamais à Monaco, et... son pneu n'avait en fait pas crevé ! Ce jour là, il a tout simplement offert la victoire à Senna.

Retour en vidéo :



En 2016, Red Bull nous montre comment gâcher les espoirs de son pilote



Depuis 2014 et l'avènement de l'ère hybride, Mercedes domine outrageusement les débats. A tel point que l'on se croirait revenu en 1989, année où Mclaren n'a laissé que des miettes à ses opposants. Dans ces circonstances, seules des pistes atypiques ou des conditions météo particulières peuvent amener un peu de suspens.

Lors des qualifications, c'est le pilote Red Bull Daniel Ricciardo qui rafle la mise : première pole position à Monaco pour l'Australien ! Le dimanche, la piste est détrempée et trop dangereuse pour un départ arrêté. La course est lancée sous régime de voiture de sécurité. Ricciardo domine les débats durant le premier tiers de course, personne ne pouvant lui contester le leadership.

La météo s'améliore petit à petit et la piste tend à s'assécher : Ricciardo prend la décision de s'arrêter pour chausser 4 gommes slicks... Mais son stand n'est pas prêt ! De précieuses secondes sont gâchées par poignées. Tout le travail effectué en piste sans la moindre erreur est anéanti. L'Australien ressort deuxième, derrière Lewis Hamilton. La bataille est engagée pour la fin de course, mais rien n'y fait, Ricciardo termine sa course dans les échappement de la Mercedes #44.

La vidéo de l'arrêt aux stands :



Même les plus grands peuvent se déconcentrer



La piste monégasque est la plus lente de l'année. Située en ville, les pilotes sont très proches des rails. Le tracé est exigeant, tortueux, et ne laisse surtout aucun droit à l'erreur.

En 1988, Ayrton Senna domine les débats sur cette piste qu'il affectionne tant. Il décroche une pole mythique... près d'une seconde et demie d'avance sur le deuxième, son équipier et grand rival... Alain Prost (+1'247") !
En course, le Brésilien est le leader incontestable et réalise le meilleur tour. Comme a son habitude, sans cesse à l'attaque, il enchaine les tours tel un métronome, et rien ne semble pouvoir l'empêcher de cueillir un second succès d'affilée.

Mais à 11 tours du but, il encastre sa Mclaren au virage du "Portier", dans les rails, avant le tunnel ! Le roi de la performance s'est déconcentré lorsque Ron Dennis lui a indiqué de calmer le jeu afin d'assurer la victoire. Finalement, c'est Alain Prost qui monte en haut du podium. Une désillusion terrible pour Senna, qui n'enlève en rien son héritage : 6 victoires et 5 pole positions... Deux records, personne n'a fait mieux que "Magic Senna" dans les rues de la Principauté !
Partager

Grand Prix de Monaco

Plus d'actualités
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Dernières actualités F1

    Toutes les actualités F1
    Top