Interview : Philippe Sinault et les pilotes Alpine Hypercar se livrent avant les 24H du Mans

MotorsInside a pu rencontrer le directeur de l'écurie Alpine Signatech Endurance, ainsi que ses trois pilotes : Nicolas Lapierre, André Negrao et Mathieu Vaxivière. Tous font part de leurs ressentis.
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Les pilotes de F1 et les pilotes d'endurance d'Alpine
© Alpine / Les pilotes de F1 et les pilotes d'endurance d'Alpine

Comment gérer une LMP1 modifiée pour le règlement Hypercar face aux machines parfaitement taillées pour cette catégorie ?



Philippe Sinault : On a eu un cahier des charges établi par l'Automobile Club de l'Ouest et la FIA ainsi qu'une balance de performance dont on connaît la teneur pour les 24 heures du Mans. La problématique reste la même : rendre la copie parfaite, que l'on ait une voiture de l'ancienne génération (LMP1) ou une nouvelle génération, à savoir les Hypercar pur sang. L'équipe a eu beaucoup de travail, mais pour l'instant les choses fonctionnent.


Aux pilotes : quel sentiment cela procure de courir enfin en catégorie reine de l'Endurance.



A. Negrao : A vrai dire, en termes de pilotage, on est un peu sur le même style de pilotage qu'en LMP2. En Hypercar, il y a simplement plus de technologie et ça va plus vite. Mais lorsque l'on se bat pour le général, on a forcément plus de pression.

Sachant la présence d'Alpine en Formule 1 et en Endurance, y a t-il une synergie entre les deux entités ?



P. Sinault : Aujourd'hui, ça n'est pas vraiment le cas. On a de très bons liens avec les équipes de Viry-Châtillon et d'Enstone. Les équipes F1 ont accès à nos données, on échange beaucoup sur nos disciplines respectives. Ceci dit, la Formule 1 est extrêmement chronophage et les gens de cette structure sont pleinement concentrés dessus. Nous n'avons pas encore de plan d'études quant à des échanges entre les deux entités. Mais à l'avenir, en effet, on pourrait réfléchir à une collaboration.

Gagner Le Mans, c'est sans aucun doute l'ultime consécration pour un pilote d'Endurance, n'est-ce pas ?



Nicolas Lapierre : Bien sûr, quand on est pilote d'Endurance, c'est LA course que l'on veut accrocher à son palmarès. On préfère d'abord penser à la course, car nous ne sommes pas vraiment les favoris. Mais on saisit une opportunité dès qu'elle se présente, sans se monter la tête.

P. Sinault : Je partage cet avis. Nos pires ennemis, ce sont nos émotions, et trop penser à la victoire nous ferait grandement défaut. Nous avons un statut assumé d'outsider, auquel on s'est bien préparés.

Matthieu Vaxivière : D'accord avec les autres, surtout avec Nicolas. Gagner le Mans, c'est un rêve pour beaucoup de pilotes, nous y compris.

Depuis le début du championnat 2021 du WEC, qu'avez-vous appris de Toyota en les ayant suivis ?



N. Lapierre : On a déjà appris une évidence : ils sont plus rapides que nous sur un tour, un rythme de course un peu meilleur. Mais ils ont aussi une voiture plus délicate à conduire, et ils ont commis plusieurs petites erreurs. Tandis que nos essais se sont bien déroulés : on sait qu'ils vont plus vite, mais que notre voiture est un peu plus fiable, et on peut en jouer.

Dernière question, un peu triviale : en cas de victoire au Mans, vos trois pilotes auront-ils droit à un test Formule 1 ?



P. Sinault : Mais c'est une super idée ! On est parfois dans le déni, car on se bat pour la victoire, mais on se refuse à l'imaginer (rires) ! Mais si toutefois la victoire vient à nous au Mans, soyez-sûrs que je soumettrai l'idée à l'écurie Alpine F1 !
Partager
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Dernières actualités F1

    Toutes les actualités F1
    Top