Grand Prix d'Italie : Les faits marquants

Avant de rentrer dans le vif du sujet pour cette quatorzième épreuve du championnat 2021, MotorsInside revient sur quelques faits marquants du Grand Prix d'Italie
Logo Mi Redaction
Rédigé par
Première victoire pour Pierre Gasly en 2020 à Monza
© Red Bull / Première victoire pour Pierre Gasly en 2020 à Monza
Le temple de la vitesse recèle un grand nombre d'histoires, plus ou moins heureuses.
Elles font l'histoire, la légende de ce tracé et de la F1. Revenons sur quatre d'entre-elles.

Jochen Rindt, fauché en pleine ascension vers le titre

En 1970, le pilote Autrichien pilote la fameuse Lotus 72. Monoplace aussi révolutionnaire que rapide, elle n'en est pas moins peu fiable.
"Light is right", le fameux concept guidant la vie de Colin Chapman, mène a d'énormes catastrophes.
Dès 1969, Jochen Rindt est en désaccord avec son ingénieur de patron.
En effet, ce dernier pousse son concept de plus en plus loin, au risque de perdre en fiabilité. C'est ainsi qu'au Grand Prix d'Espagne les Lotus de Hill et Rindt subissent la même avarie : la casse de l'aileron arrière. S'encastrant dans un rail l'Autrichien du être hospitalisé en urgence.

Mais en 1970, c'est Rindt qui opte, au moment de s'élancer pour la dernière séance d'essais libre, pour une stratégie offensive : il décide de retirer son aileron arrière afin de compenser son déficit en vitesse de pointe.
Malheureusement, au freinage de la parabolique il perd son auto et s'encastre dans le rail de sécurité. Cette fois c'est la mort qui l'attendait.

Ayant une confortable avance au championnat avant ce crash, aucun pilote n'eut l'occasion de le rattraper.

La mort rôdant à chaque week-end de course, Jochen Rindt avait décidé de raccrocher ses gants une fois le titre mondial dans sa poche...

Première victoire en course pour de nombreux pilotes



Nous ne pouvons oublier la fameuse course qui s'est déroulée l'an passée et qui a vu la consécration de Pierre Gasly sur son Alpha Tauri au terme d'un Grand Prix marqué par de nombreux rebondissements.
Si cette victoire amplement méritée lui permet de renforcer son aura auprès du public, il doit encore patienter avant d'intégrer un top team.

Sebastian Vettel a lui aussi connu son premier succès sur ce tracé de Monza. En 2008, la séance qualificative se déroule sous la pluie et piège les prétendants au titre : Hamilton, Massa, Kubica et Räikkönen.
Les pilotes Toro Rosso tirent leur épingle du jeu : Bourdais est 4ème, tandis que Sebastian Vettel s'offre sa première pole position.
En course, le départ est donné sous régime de voiture de sécurité. L'Allemand effectue une course solide. Et même si la piste s'assèche progressivement, il se cramponne à sa place de leader sans défaillir.
Il devient ainsi le plus jeune vainqueur en Grand Prix, ainsi que le plus jeune poleman.

En remontant un peu plus le temps, le Grand Prix d'Italie 1971 voit la première victoire de Peter Gethin. Première et unique victoire pour ce coureur anglais qui pourtant, marque l'histoire de la Formule 1.
Qualifié en onzième position, le pilote britannique effectue une course pleine d'audace en remontant ses camarades tout au long de la course. Dans le dernier tour, à l'approche de la parabolique il est quatrième.
Mais ils sont quatre à pouvoir l'emporter, car ils abordent ce dernier virage tous ensemble.
Il est le premier à pouvoir plonger à la corde, ce qui lui permet de franchir la ligne d'arrivée en vainqueur. Et ce avec un centième d'avance sur son dauphin. Il gagne ainsi la course à l'arrivée la plus serrée de l'histoire.
Il engrange un autre record symbolique : celui de la course la plus rapide. Effectuée à une vitesse moyenne de 242,62 km/h, ce record ne sera battu qu'en 2003 par Michaël Schumacher.

Jean Alesi et l'impossible victoire de cœur



Pilote au talent énorme et à la pointe de vitesse qui lui permis de se battre contre Ayrton Senna à Phoenix avec sa modeste Tyrrel, a toujours joué de malchance sur son circuit fétiche.
Dès 1993, il a entre ses mains une monoplace qui lui permet de jouer la gagne.
Cette année là, une défaillance technique l'oblige à se contenter d'une seconde place tandis qu'un peu plus tôt dans la course une caméra embarquée se détache de son auto et vient percuter la suspension de Gerhard Berger son équipier. Un doublé de gaché.

L'année suivante, il réalise la pole position. D'ailleurs la première ligne est toute rouge, son équipier autrichien étant deuxième.
Solide leader, il doit abandonner au 14ème tour, sa boite de vitesse l'ayant trahit.

En 1995, fort d'une victoire au Canada, notre Français peut réellement croire en ses chances. Même s'il est qualifié 5ème, le mauvais sort s'abat sur d'autres et profite de faits de course pour s'emparer du leadership.
Il est trahit à huit tours du drapeau à damier par un roulement de roue...

En 1996, Alesi a quitté Ferrari pour Benetton. Propulsé par un moteur Renault, la fiabilité se doit d'être au rendez-vous.
Malgré un départ en 6ème position, le roi des départs fulgurants se fraye rapidement un passage jusqu'à la première place.
Malheureusement, un défaut sur sa boite à air l'empêchera de rallier l'arrivée en tête.

Pour finir, en 1997, il s'octroie la pole position. Auteur d'un nouveau départ phénoménal, il est solide leader jusqu'aux arrêts aux stand. Cette fois-ci, les mécaniciens de sont rival David Coulthard sur Williams sont plus prompt que ceux de Benetton et la victoire lui échappe une dernière fois.

Il n'a ainsi, jamais été récompensé de ses efforts. Malgré tout, il reste l'un des chouchous des tifosi pour tous les combats qu'il aura mené pour eux.
Partager

Grand Prix d'Italie

Plus d'actualités
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    La communauté digitale
    pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez la comu @motorsinside

    Dernières actualités F1

    Toutes les actualités F1
    Top