Retour sur les plus belles remontées de Sebastian Vettel

Sebastian Vettel a signé une jolie performance, à Austin, en allant chercher le point de la dixième place après avoir pris le départ depuis la dernière ligne. Si cette belle course restera certainement anecdotique dans l'immense carrière du quadruple champion du monde, certaines remontées de l'Allemand ne doivent pas tomber dans l'oubli.
Logo Mi mini
Rédigé par
Peu de pilotes résistent à Vettel lorsque l'allemand est en confiance.
© Mercedes / Peu de pilotes résistent à Vettel lorsque l'allemand est en confiance.
Étonnamment, Sebastian Vettel n'a jamais remporté une seule de ses 52 victoires en ayant pris le départ d'un Grand Prix au-delà de la troisième position. Cependant, cela ne signifie pas que l'ancienne star de Red Bull n'a jamais su finir (presque) au plus haut en ayant démarré depuis le fond.

En cette période où malgré quelques sursauts (à l'image de Baku ou de la Hongrie cette saison) Vettel n'est plus que l'ombre de lui-même, il est bon de se rappeler qu'autrefois, l'Allemand faisait partie des plus grands. Voici, donc, cinq des plus belles remontées de Sebastian Vettel qui prouvent que celui que l'on surnommait "baby Schumi" savait y faire dans le peloton.

5 - Grand Prix du Canada 2015



Alors que la saison 2014 s'est avérée catastrophique aussi bien pour Vettel (qui pilotait pour Red Bull) que pour Ferrari, les deux partis décident de s'unir pour retrouver, ensemble, le chemin vers les sommets.

L'année 2015 fut une vraie bouffée d'oxygène puisque Vettel monte sur le podium à cinq reprises (dont une victoire mémorable en Malaisie) en l'espace de six courses.

Arrivée au Canada, la Scuderia décide d'utiliser les fameux jetons de développement afin d'aligner un moteur V6 turbo hybride flambant neuf avec 35 chevaux supplémentaires, sur ses deux voitures.

Malheureusement un problème électronique sur le nouveau bloc propulseur de Vettel contraint l'Allemand à s'élancer depuis la 18ème position. Nullement découragé, le pilote Ferrari va grapiller cinq places dès les premières boucles. Malgré un premier arrêt compliqué (dès le septième tour) et sur une piste où le moteur Mercedes avait un avantage certain, Vettel va poursuivre sa courageuse remontée jusqu'à la cinquième place, juste derrière son équipier, Kimi Räikkönen. Le Finlandais avait pourtant pris le départ depuis la troisième position. Les deux Ferrari signeront les meilleurs tours en course.

« 4 - Grand Prix de Singapour 2016 »



S’il y a bien des Grands prix où les remontées sont plus difficiles qu'ailleurs, ce sont sur les tracés urbains. C'est pourtant à Singapour que Vettel va être contraint de tailler sa route dans le peloton. Après une entame de collaboration réussie avec la Scuderia en 2015, Vettel espère viser le titre dès la saison suivante.

Pourtant en 2016, c'est la douche froide. Bien que la Ferrari SF16-H représente un pas en avant par rapport à la monoplace précédente, elle reste à bonne distance de la Mercedes (et même de la Red Bull) sur la plupart des Grands Prix, particulièrement en seconde partie de saison.

A Singapour, là où Ferrari avait littéralement écrasé la concurrence l'année passée, Vettel doit s'élancer depuis la 22ème et dernière place suite à un bris de suspension qui l'a empêché de se qualifier. L'Allemand va pourtant remonter comme un diable le dimanche en dépassant pas moins de dix-sept voitures. Le pilote Ferrari se retrouvera même à trois de front face à la Haas d'Esteban Gutiérrez et à la Toro Rosso de Carlos Sainz mais Vettel ne fera qu'une bouchée des deux pilotes en autant de virages. C'est la cinquième place qui l'attendra à l'arrivée.

3 - Grand Prix d'Abu Dhabi 2012



Après un début de campagne délicat, Sebastian Vettel remporte quatre Grands Prix de suite à compter de Singapour au volant de sa Red Bull RB8. Le natif d'Heppenheim arrive à Abu Dhabi, gonflé à bloc, avec une avance de treize points sur son plus proche poursuivant, Fernando Alonso, alors qu'il ne reste que trois courses. Pourtant, tout va de travers lors des qualifications. Vettel est contraint d'immobiliser sa monoplace pendant la séance Q3. Les ingénieurs de chez Renault ont constaté que le moteur du double champion du monde allait casser d'une seconde à l'autre. Cette manœuvre interdite par le règlement (qui oblige les monoplaces à rentrer aux stands par leur propre moyen) couplé au fait que la Red Bull ne contenait pas le litre d'essence minimum requis obligea Sebastian Vettel à s'élancer du fond de la grille le dimanche.

L'écurie Red Bull optera même pour un départ depuis la voie des stands afin de pouvoir modifier les réglages de l'aileron avant sur machine de leur champion.

Déchaîné le lendemain, Vettel remonte d'abord jusqu'à la onzième place avant de devoir changer son aileron avant suite à un contact avec la Williams de Bruno Senna.

Reparti 21ème, l'Allemand dépasse les voitures une à une afin de s'emparer de la troisième place de Jenson Button à quatre tours du but. Si la performance de Vettel a été quelque peu éclipsé par la victoire du tandem Räikkönen/Lotus ce jour-là, elle aura été décisive dans sa course au titre face à Alonso, qui terminera deuxième à Abu Dhabi.

2 - Grand Prix d'Allemagne 2019



Vettel s'est brusquement effondré fin 2018 alors qu'il jouait le titre. C'est avec un blason à redorer qu'il entame la campagne 2019.

Entre-temps, beaucoup de choses ont changé chez Ferrari. La mort de Sergio Marchionne donne les commandes de Ferrari à John Elkann, Maurizio Arrivabene est remplacé par Mattia Binotto et Charles Leclerc prend la place de Kimi Räikkönen.

Le quadruple champion du monde se retrouve en quelque sorte dans une nouvelle écurie où il n'est plus considéré comme le Messie de la Scuderia. Certes les podiums sont au rendez-vous en ce début de saison mais Vettel commence doucement à souffrir face à son jeune équipier, mort de faim, sans compter que les erreurs de pilotage s'enchaînent (à Bahreïn, au Canada et en Angleterre) du côté du vétéran.

Devant son public, Sebastian Vettel est éliminé en Q1 suite à un problème de turbo. Pourtant le lendemain c'est un festival. Vettel est déjà quatorzième à la fin du premier tour, sous une pluie battante.

Revenu dans le top 10 les boucles suivantes, l'Allemand se retrouve avec un caillou dans sa chaussure, nommé Räikkonen, qui fond lui aussi sur le peloton avec son Alfa Romeo. Au 47ème des 64 tours, Vettel remonté troisième (mais toujours derrière le Finlandais) tente une nouvelle attaque sur Kimi qui défend bec et ongle. Le pilote Ferrari fini par passer l'Alfa Romeo dans les stands et engloutira Daniil Kvyat et Lance Stroll pour finir sur la deuxième marche du podium devant une foule en délire.

1 - Grand Prix du Brésil 2012



Tout ce qui pouvait aller de travers est allé de travers, pour Sebastian Vettel, lors de l'édition 2012 du Grand Prix du Brésil. Mais rien n'a pu empêcher l'Allemand de s'adjuger un troisième titre ce jour-là.

Initialement qualifié en deuxième ligne, trois places devant son rival Alonso, Vettel loupe son départ avant de se faire harponner par la Williams de Bruno Senna (encore lui) au quatrième virage.

Tout le clan Red Bull retient son souffle. L'espace d'un instant, le temps s'arrête pour le muret des stands de l'écurie Autrichienne et le titre semble avoir décidé de se ranger du côté de Ferrari.

Pourtant, monoplace meurtrie, Vettel reprend la course. Ni sa monture passablement abîmée, ni la pluie, ni une panne de radio et encore moins une erreur de stratégie n'empêcheront le jeune Allemand de prendre rendez-vous avec son destin. Vettel remonte autant qu'il le peut, durant toute la course. Le titre change de mains à plusieurs reprises mais au final, le pilote Red Bull franchit la ligne à une inespérée sixième place. Alonso, finissant deuxième, l'Allemand remporte son troisième titre avec trois petits points d'avance sur le pilote Ferrari.

Dernières actus sur Analyse

Plus d'actualités

    Dernières actus F1

    Toutes les actualités F1
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    Le site web pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez @motorsinside sur :

    Haut