Titres pilotes et constructeurs : un palmarès pas toujours parallèle
Qui stationnera devant le n°1 en fin de saison ?
Retour

Titres pilotes et constructeurs : un palmarès pas toujours parallèle

Logo Mi Redaction
Rédigé par
Qui stationnera devant le n°1 en fin de saison ?

Le pilote champion du monde n’a pas toujours couru dans l’écurie championne du monde. Retour sur les championnats où les titres ont été dissociés entre pilotes et constructeurs.

Avec des écarts aussi serrés aux classements pilotes et constructeurs à quelques courses de la fin du championnat, rien ne dit que le pilote qui sera sacré champion du monde 2021 roule forcément dans l’écurie qui sera couronnée. Lewis Hamilton et Max Verstappen se partagent la tête du championnat depuis le début de la saison. Personne ne sait quel sera l’issue finale au 12 décembre, date du dernier Grand Prix de l’année.
De même, au championnat des constructeurs, Mercedes et Red Bull se livrent une bataille très serrée. Nous pourrions donc assister à un fait rare dans l’histoire de la Formule 1 : un pilote titré dans une équipe qui n’est pas championne du monde.

Depuis 1958 et l’instauration d’un championnat du monde des constructeurs, cette situation s’est produite à dix reprises seulement.

1958 : Mike Hawthorn sur Ferrari devient le premier champion du monde britannique de l’histoire avec seulement un point d’avance sur Stirling Moss. Le « Champion sans couronne », dont les coéquipiers étaient Tony Brooks et Stuart Lewis-Evans, roulaient sur une Vanwall, première écurie à inscrire son nom au palmarès de ce nouveau championnat cette année-là.

1973 : Jackie Stewart sur Tyrrell remporte son troisième titre alors que c’est Lotus, dont les monoplaces sont pilotées par Emerson Fittipaldi et Ronnie Peterson, qui est titrée chez les constructeurs. Cette saison est la dernière du champion écossais, terriblement meurtri par l’accident mortel de son coéquipier français François Cevert qui assombrit cette saison.

1976 : Année du duel mythique entre James Hunt et Niki Lauda. L’Anglais de McLaren finira par l’emporter face à l’Autrichien après une lutte qui sera plus tard magnifiée dans le film Rush. Mais ce sont les Ferrari de Lauda et Clay Regazzoni qui l’emporteront chez les constructeurs malgré plusieurs courses manquées par l’Autrichien suite à son accident du Nürbürgring.

1981 : Cette saison est celle du premier des trois titres de Nelson Piquet, qui court ici sur Brabham, et aussi celle de la première récompense pour cette équipe sous la direction d’un certain Bernie Ecclestone. Malgré cela, le titre constructeurs revient aux Williams de Carlos Reutemann et Alan Jones.

1982 : Une des années les plus tragiques pour la Formule 1. Gilles Villeneuve et Riccardo Paletti nous quittent cette année-là. De plus, Didier Pironi est victime d’un gros accident en Allemagne qui met fin à sa carrière. Le duel au sommet entre le Canadien et le Français chez Ferrari permet à l’écurie italienne de l’emporter chez les constructeurs. Mais les lauriers chez les pilotes reviennent à la Williams du Finlandais Keke Rosberg. Celui-ci est d’ailleurs titré en ne remportant qu’une seule course sur toute la saison.

1983 : Deuxième titre de Nelson Piquet chez Brabham suivi par trois pilotes français au classement, Alain Prost, René Arnoux et Patrick Tambay. Les deux derniers cités permettent à leur écurie Ferrari d’être à nouveau titré.

1986 : Comme en 1982, une bataille féroce oppose deux pilotes d’une même équipe. Il s’agit là de Williams qui remporte le titre constructeurs mais dont les pilotes Nigel Mansell et Nelson Piquet cohabitent de manière très difficile. Alain Prost sur McLaren en profite pour empocher sa deuxième couronne au terme d’un dernier Grand Prix à Adélaïde que beaucoup considèrent comme le plus beau de l’histoire.

1994 : Saison à jamais gravée dans les mémoires avec le maudit week-end d’Imola. La Formule 1 perd deux pilotes dont l’un de ses plus beaux joyaux. Ayrton Senna et Roland Ratzenberger n’assisteront pas au premier sacre de Michael Schumacher sur Benetton. Ils n’assisteront pas non plus à la controverse que le pilote allemand déclenchera lors de la dernière course à Adélaïde lorsque sa monoplace provoqua l’abandon de la Williams de Damon Hill, son rival pour le titre. Maigre consolation pour l’Anglais, son écurie remporte les lauriers chez les constructeurs.

1999 : Ferrari remporte ici son premier titre depuis 1983, et ce malgré l’accident de Michael Schumacher à Silverstone qui lui fît manqué plusieurs courses. Son coéquipier Eddie Irvine lutte jusqu’en fin de saison pour le titre face à la McLaren du Finlandais Mika Häkkinen, mais ne peut empêcher ce dernier d’être couronné pour la deuxième année consécutive.

2008 : Dernière saison à ce jour où les titres ont été dissociés. Et quelle saison ! Les deux protagonistes sont ici Felipe Massa sur Ferrari et Lewis Hamilton sur McLaren. C’est le Britannique qui l’emportera au terme d’un dernier Grand Prix au Brésil épique, lors duquel il faudra attendre le dernier virage du dernier tour pour connaître le dénouement au championnat. Ferrari empoche tout de même le titre constructeurs grâce au Brésilien et à son coéquipier Kimi Räikkönen. Cette saison est, à ce jour, celle des derniers titres de McLaren et Ferrari tous championnats confondus.

Le championnat 2021 nous offrira peut-être une issue semblable à celles précédemment cités. Quoiqu’il en soit et peu importe le résultat final, le cru de cette saison est déjà entré dans les livres d’histoire.

SaisonChampion PiloteChampion Constructeur
11958Mike Hawthorn (Ferrari)Vanwall
21973Jackie Stewart (Tyrrell)Lotus
31976James Hunt (McLaren)Ferrari
41981Nelson Piquet (Brabham)Williams
51982Keke Rosberg (Williams)Ferrari
61983Nelson Piquet (Brabham)Ferrari
71986Alain Prost (McLaren)Williams
81994Michael Schumacher (Benetton)Williams
91999Mika Häkkinen (McLaren)Ferrari
102008Lewis Hamilton (McLaren)Ferrari

    divider graphic

    Les autres magazines

    Top