Kimi Räikkönen est fier de son parcours en F1

Alors que la fin de carrière du vétéran de la grille approche à grands pas, Iceman est revenu sur son parcours dans la catégorie reine du sport automobile.
Logo Mi mini
Rédigé par
Räikkönen s'apprête à courir pour la dernière fois au volant d'une F1.
© Alfa Romeo Racing / Räikkönen s'apprête à courir pour la dernière fois au volant d'une F1.
L'année 2001 marque l'arrivée de quatre jeunes pilotes en Formule 1. Parmi eux, un jeune Finlandais, discret et timide, s'est vu octroyer une super licence provisoire car les craintes autour de son manque d'expérience son énorme. En effet, il n'avait disputé que dix-sept courses en monoplace jusqu'à présent.

Vingt ans ont passé et celui que l'on a rapidement surnommé Iceman est devenu le pilote le plus capé et le plus populaire de sa génération. Mais toute histoire, aussi belle soit-elle, doit avoir une fin et c'est aussi que le vétéran du plateau s'apprête à disputer son 350ème et dernier Grand Prix ce week-end à Abu Dhabi.

Dans sa longue et prestigieuse carrière, y'a-t-il un souvenir que Kimi Räikkönen gardera en mémoire plus que les autres ?

« Évidemment, gagner le championnat en 2007 avec Ferrari c'était spécial » a-t-il déclaré à l'AFP. « C'est pour cette raison que nous sommes tous là, pour essayer d'être titrés. C'est peut-être le meilleur souvenir, même s'il y a en a d'autres. Chaque année, il y a des bons et des mauvais moments, comme dans la vie. Certains jours sont moins bons que d'autres parce que vous avez mal dormi ou parce qu'ils sont juste pourris! Si trop d'années avaient été plus mauvaises que sympas, je ne serais jamais resté aussi longtemps. Ca n'est pas toujours agréable de quitter la maison pour un vol de 10 heures. Je n'ai jamais hâte et je me dis à chaque fois : "Et merde!". Mais quand vous vous retrouvez à faire ce que vous êtes venu faire le vendredi, le samedi et le dimanche, ça va! Ceci dit, je suis content d'en voir la fin. »

En évoquant sa future retraite, Kimi Räikkönen a souvent déclaré qu'il avait hâte d'en finir. Ne va-t-il pas, tout de même, ressentir une petite pointe d'émotion ?

« Je pense que ma femme est plus émue que moi. La F1 prend énormément de temps mais ça n'a jamais été l'essentiel pour moi. Ma vie a toujours été en dehors, il y a d'autres domaines plus importants. Aujourd'hui, mon emploi du temps affecte toute ma famille et j'ai hâte de n'avoir rien de prévu et faire ce dont ils ont envie. Peut-être que les courses me manqueront mais il y a d'autres championnats qui sont probablement meilleurs et plus amusants. Donc c'est impossible à dire. »

Le Finlandais est en tout cas heureux d'avoir toujours géré sa carrière comme il le souhaitait. « Je suis sûr que beaucoup de gens ont essayé de me donner des conseils mais je n'ai pas tellement écouté! (rires) J'ai toujours pensé qu'il fallait essayer de vivre de la meilleure manière pour soi-même. Au travail, si j'avais le choix, je ne ferais pas la plupart de ce qu'on me demande mais, dans la manière de mener sa vie personnelle, il faut le faire pour soi. Si vous essayez de faire ce que veulent les autres, ça peut tenir un an ou deux mais ça ne finira pas bien. Je suis content d'avoir vécu en accord avec moi-même. Bon ou mauvais, je peux l'accepter car ce sont mes décisions. Même si je le pouvais, je ne changerais rien à ma carrière.

Räikkönen aura connu beaucoup d'écuries et de coéquipiers différents. Dans les deux cas, lesquels étaient les meilleurs selon lui ?

« Toutes mes équipes étaient de pays différents et ça change de travailler avec des nationalités différentes, des Suisses (chez Sauber devenue Alfa Romeo aujourd'hui) des Anglais (chez McLaren puis chez Lotus) et des Italiens (chez Ferrari). Mais, dans la plupart des équipes, je suis resté assez longtemps, cela montre que je passais de bons moments. »

« Concernant mes équipiers, j'ai eu de bonnes relations avec tout le monde, même si, bien sûr, ça peut chauffer un peu parfois pour pas mal de raisons (rires) Peut-être Sebastian (Vettel) parce qu'on se connaissait mieux. Avec Antonio (Giovinazzi), on se connaissait aussi par Ferrari avant d'être équipiers, cela fait une différence. »

Kimi n'a pas non plus oublié de désigné son adversaire le plus coriace. « Je pense qu'il s'agit de Michael (Schumacher). J'ai couru contre lui de nombreuses années et nous avons eu beaucoup de belles bagarres ensemble. »

Cela fait des années que les fans de Kimi Räikkönen se rendent sur les circuits avec les célèbres pancartes "Kimi for President". Une fois le chapitre de la F1 terminé, le Finlandais va t-il profiter de son temps libre pour travailler sur une éventuelle campagne présidentielle ?

« Ce serait marrant! Mais plutôt de la Finlande que de la F1. La F1, est bien trop politique, regardez-ce que nous faisions ici (en Arabie saoudite), c'est l'argent qui parle. »

Dernières actus sur Grand Prix d'Abu Dhabi

Plus d'actualités

    Dernières actus F1

    Toutes les actualités F1
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    Le site web pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez @motorsinside sur :

    Haut