Lewis Hamilton et Max Verstappen nous ont fait rêver. La FIA un peu moins...
Tous les magazines

L'édito : va-t-on s'en remettre ?

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Red Bull Content Pool / Lewis Hamilton et Max Verstappen nous ont fait rêver. La FIA un peu moins...

Quelle saison, quel duel, quel final, quel dénouement...quel sport ! L'émotion du Grand Prix d'Abu Dhabi est à peine retombée, mais voilà pourquoi nous sommes amoureux de la F1 : quand elle se décide à provoquer des émotions, elle ne fait pas semblant !

Y a t-il déjà eu, dans l'Histoire de la Formule 1, un championnat aussi incroyable et disputé entre deux pilotes, plus que talentueux : légendaires ? Max Verstappen et Lewis Hamilton ont été tout bonnement éblouissants. Beaucoup de controverses bien sûr entre les deux pilotes cette saison.

Mais retenons ceci : ce championnat était un mélange d'ingrédients explosifs : la perspective de la fin de la monarchie Hamilton-Mercedes, les enjeux financiers, l'image des sponsors, la longueur record de la saison (22 courses), la notoriété grandissante de la Formule 1 dans le monde...plus que le duel entre les deux hommes, c'est une infinité de paramètres qui ont fait de cette saison 2021 un millésime qui nous marquera à vie.

Alors, ce Grand Prix d'Abu Dhabi, que peut-on en retenir ?



Gardons d'abord en tête le retournement de situation du dernier tour qui a rendu fou tout le monde. Fou ? Oui, car l'attention était aussi braquée sur une FIA elle-même sous pression, pas à la hauteur de l'incroyable combat que se livraient les deux camps. La moindre décision faisait office de poudre d'arquebuse.

En l'occurrence, le passage en force de Verstappen sur Hamilton, dans le premier tour, conduisant ce dernier à couper la chicane et accélérer tout de suite dans l'échappatoire sans enquête. Voilà le premier élément déclencheur. De toute manière, même si le Britannique avait rendu sa position, on imagine qu'il serait repassé, grâce à l'avantage de sa machine noire.

Cela a fait parler, mais les spectateurs ne se faisaient guère plus d'illusions : Hamilton était en route plus que jamais vers l'Histoire et son huitième titre, sans que Verstappen n'y puisse quoi que ce soit.

Mais les dieux de la F1 ont décidé qu'une saison de dingue devait se conclure dans la folie. L'élément déclencheur : Nicholas Latifi, crashant sa Williams au sortir de l'hôtel. Le nouveau Timo Glock au passage.

C'est la que nous allions assister à la panique gigantesque des commissaires de la FIA : une Safety Car...jusque là rien d'anormal. Mais qui aurait pensé que pour ce Grand Prix, les retardataires ne pouvaient plus se dédoubler ? « Enfin, non, après réflexion, ils vont se dédoubler, mais que ceux qui sont entre Max et Lewis ! »

Comment la FIA a t-elle pu à ce point se prendre les pieds dans le tapis ? Nous attendons encore l'explication de Michael Masi ! Toute période de Safety Car incombe que les retardataires doivent la doubler et rejoindre le peloton ensuite. Mais là, allez savoir pourquoi, cela a failli être différent, et coûter le titre à Verstappen par la même occasion. Finalement, c'est Hamilton qui en a fait les frais, pas aidé par la stratégie de son équipe.

Alors, il serait injuste de s'en prendre à l'un ou l'autre pilote, puisque les deux ont fait leur boulot à Abu Dhabi : se battre sur la piste, à l'exception notable de l'échappatoire du 8e virage au premier tour avec Lewis Hamilton. Mais ce qui agace beaucoup de fans, c'est toute l'inconstance et l'incohérence des commissaires, pas seulement sur ce Grand Prix.

Ce qui agace beaucoup de fans, c'est toute l'inconstance et l'incohérence des commissaires, pas seulement sur ce Grand Prix.


Toute cette saison a été sujette à des pénalités qui n'avaient souvent rien de censé : Lewis Hamilton a failli perdre sa somptueuse victoire du Brésil pour une question de harnais détaché, par exemple. Et là est tout le problème : le flou artistique autour des pénalités, et des allers-retours incessants dans le règlement.

Un effet Netflix, "Drive to Survive" ?



Si l'on se risque à quelque supposition, on pourrait croire que la FIA ne serait pas tant inconstante, mais que l'appel de Netflix (avec Drive to Survive) les dépasse et les pousse à faire du grand n'importe quoi. Pourtant, deux immenses champions étaient là pour écrire la légende. Un règlement ferme aurait certainement rendu ce championnat aussi intéressant.

Max Verstappen, comme Lewis Hamilton, ont livré la quintessence de leur talent. A ceci près que le Néerlandais s'en sort bien, car il menait au score des erreurs, sans doute dues à la pression.

L'ultime duel était en plus de cela insoupçonnable, au regard de la nette domination d'Hamilton, sur une Mercedes intraitable. Mais au jeu de la gestion des évènements, ce sont bien Red Bull et Verstappen qui ont été les plus malins, bien aidés par un Sergio Pérez flamboyant !

Que faut-il changer ?



Il y a donc du spectacle à digérer, on ne va pas cracher dans la soupe ! Ajoutons même que le dernier tour a proposé une image plaisante : une lutte à l'aspiration pure... indépendamment du contexte, Dieu que c'était beau !

Mais pour les années à venir, il va falloir se pencher sur bien des choses qui gâchent les courses : mettre fin aux voitures de sécurité virtuelles, sauf en essais ;espérer que les monoplaces 2022 produiront l'effet attendu ;que disparaisse le DRS...et que la finale du plus grand sport automobile de la planète ne se déroule plus à Abu Dhabi. Et faut-il remettre des bacs à graviers ? Tant de questions !

Il ne faut pas s'y tromper, ce circuit est tout sauf propice à l'action en piste. On ne peut même plus avoir l'expectative d'un final sous la pluie, comme au Brésil.

Cette fin de saison et l'ultime intention d'appel de Mercedes pourraient alors faire réfléchir à deux fois sur ce qui doit être fait. Journalistes-rédacteurs de notre état, nous ne pouvons que raconter ce que l'on a vu, pas changer l'avenir.

Et puis, craignons que la F1 ne soit victime de son succès : le facteur spectacle est évidemment important dans ce sport, ce qui lui manquait tant ces dernières années sur l'ensemble d'un championnat. Mais la FIA a peut-être cédé (sans le vouloir ?) au chant des sirènes de Netflix.

La FIA a peut-être cédé (sans le vouloir ?) au chant des sirènes de Netflix.


Si le spectacle en Formule 1 devient calculé, mettant à mal les règlements d'une course à l'autre, alors cela pourrait être double peine à moyen terme : les passionnés fuiraient à toutes jambes, allant se consoler auprès du WEC ou même de la cousine sur deux roues, le MotoGP.

Les puristes aiment le spectacle, l'action mais le sport avant tout ! Faites que la F1 ne devienne pas un show à l'américaine. Laissons cela à la Nascar, dont c'est l'âme depuis toujours.

En tout cas, Max Verstappen et Lewis Hamilton : merci. Merci pour cette saison, pour votre talent, votre hargne, votre rivalité...Merci pour tout. Et à l'année prochaine !

EditoGrand Prix d'Abu DhabiVerstappen
    divider graphic

    Les autres magazines

    Tous les magazines

    Dernières actus F1

    Toutes les actualités F1
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    Le site web pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez @motorsinside sur :

    Haut