Bilan 2021 par écuries - Partie 2

Après une saison folle en 2021 et en attendant la prochaine qui s’ouvrira fin Mars à Bahreïn, MotorsInside vous présente la seconde partie de son bilan par écuries (lien vers la première partie).
Logo Mi mini
Rédigé par
La lutte a été intense jusqu'au bout entre ces deux géants
© Red Bull / La lutte a été intense jusqu'au bout entre ces deux géants
5ème : Alpine (155 points)

Qualifs : Alonso 11 – 11 Ocon
Course : Alonso 12 – 10 Ocon

2021 a constitué le début d’une nouvelle histoire pour l’entité d’Enstone. Après s’être appelé Toleman, Benetton, Renault et Lotus, puis Renault de nouveau, l’écurie se nomme désormais Alpine F1 Team. Nouveau nom, nouvelles couleurs, nouveau management et retour de Fernando Alonso. Les attentes étaient grandes autour de l’écurie franco-britannique en début de saison. Après des débuts timides, les monoplaces tricolores sont montées en puissance et ont atteint le Graal lors d’un Grand Prix de Hongrie mémorable. En plus de l’improbable victoire d’Esteban Ocon, Fernando Alonso nous a gratifié d’une défense héroïque face à Lewis Hamilton. Cette course a témoigné de l’excellente entente entre les deux pilotes de l’écurie. Le double champion du monde espagnol a réussi son retour à la compétition après deux années d’absence. Son podium au Qatar en fin de saison a montré qu’il n’avait rien perdu de sa vista et de sa pointe de vitesse qui ont fait sa force tout au long de sa carrière. Quant au pilote français, sa victoire à Budapest ne doit pas faire oublier qu’il est parvenu à faire jeu égal avec son illustre coéquipier tout au long de la saison. Prometteur pour la suite !

4ème : McLaren (275 points)

Qualifs : Norris 15 – 7 Ricciardo
Course : Norris 15 – 7 Ricciardo

Longtemps en lutte avec Ferrari au championnat, l’écurie McLaren aurait pu fêter le début du deuxième partenariat de son histoire avec Mercedes par une place sur le podium au championnat constructeurs. Bien partie pour terminer à la même position qu’en 2020, l’écurie de Woking a connu un passage à vide en fin de saison qui a coïncidé avec le regain de forme de sa rivale italienne. Le bilan est toutefois positif. En effet, l’écurie fondée par Bruce McLaren a renoué avec la victoire à Monza, neuf ans après son dernier triomphe. De surcroît, il s’agissait du seul doublé de la saison 2021. Cette victoire permit aussi à Daniel Ricciardo de retrouver les lauriers dans une saison au cours de laquelle l’Australien a souvent été dans l’ombre de son fougueux coéquipier. Durant les deux premiers tiers de l’année, Lando Norris a crevé l’écran. Avec 4 podiums et une pole position, l’Anglais a confirmé tout le potentiel qui lui est accordé et a endossé le costume de leader de son équipe. L’averse de fin de course en Russie qui le prive d’une première victoire a sans doute eu un impact moral pour le pilote de 22 ans. Avec un pilote expérimenté de la trempe de Ricciardo et un jeune loup affamé, McLaren sera une des équipes à suivre en 2022.


3ème : Ferrari (323,5 points)

Qualifs : Leclerc 14 – 8 Sainz
Course : Leclerc 14 – 8 Sainz

Après une sixième place indigne de son rang en 2020, la Scuderia a débuté la saison 2021 avec une envie de revanche afin de montrer à tous qu’il ne s’agissait là que d’un accident dans sa prestigieuse et glorieuse histoire. L’écurie au Cheval Cabré est sans doute celle qui a le plus progressé par rapport à la saison précédente. Elle n’a certes pas remporté de Grand Prix mais a pu compter sur une paire de pilotes fiable, solide et régulière dans ses résultats pour décrocher une place sur le podium au championnat constructeurs. Charles Leclerc et Carlos Sainz ont eu une saison comparable. Le Monégasque était tout près de l’emporter à Silverstone et s’est octroyé deux pole positions. L’Espagnol est monté quatre fois sur le podium et a terminé « meilleur des autres » au championnat derrière les pilotes Red Bull et Mercedes. Il faut noter ici l’intégration parfaite du madrilène dans sa nouvelle équipe alors que beaucoup le voyaient comme le numéro 2 de Leclerc. Seul bémol, les deux pilotes rouges ont trop souvent fait travailler les ateliers carrosserie et pièces de rechange de Maranello.

2ème : Red Bull (585,5 points)

Qualifs : Verstappen 20 – 2 Perez
Course : Verstappen 19 – 3 Perez

Ils l’ont fait ! Après sept années de domination sans partage de la part de Mercedes tant chez les pilotes que chez les constructeurs, Red Bull a réussi à priver Lewis Hamilton d’une huitième couronne. Grâce à Max Verstappen, l’écurie au taureau rouge place à nouveau un de ses pilotes sur le toit de la F1. Dès les essais de pré-saison, la monoplace autrichienne démontrait un potentiel certain qui ne s’est pas tari par la suite. Bien au contraire. Avec 10 victoires en 22 courses et 698 tours menés, soit plus de la moitié du total de la saison, Max Verstappen et Sergio Pérez ont fait honneur à leur employeur. Que dire du nouveau champion du monde ? 34ème pilote à inscrire son nom au palmarès de la F1, 1er Néerlandais champion du monde de l’histoire, le fils de Jos a fait preuve d’une constance incroyable tout au long de la saison. Avec 18 podiums (nouveau record), Verstappen a tout simplement fait une année de champion en mêlant vitesse, régularité et insensibilité à la pression. Dommage que son coéquipier mexicain se soit réveillé trop tard. Pérez a certes contribué au titre du Batave en retenant Hamilton à Abu Dhabi mais ce n’était pas suffisant pour priver Mercedes du titre constructeurs.

1er : Mercedes (613,5 points)

Qualifs : Hamilton 16 – 6 Bottas
Course : Hamilton 18 – 4 Bottas

Difficile encore aujourd’hui d’imaginer l’état d’esprit de Lewis Hamilton et des membres de son équipe au moment de la relance de la course pour un tour à Abu Dhabi. Alors qu’un historique huitième titre pilotes lui tendait les bras, le sort s’est acharné. Ce dernier tour chaotique ne doit pas masquer les accomplissements de l’écurie allemande ni ceux de son pilote fétiche en 2021. Avec 9 victoires dont 8 pour l’Anglais, Mercedes réalisait une saison pleine qui lui a permis de conquérir un huitième titre constructeurs consécutif. Une première dans l’histoire de la F1. Ce n’est pas un secret, Lewis Hamilton en a été le principal artisan. Sa fin de saison en boulet de canon aurait dû lui permettre de clôturer 2021 avec quatre victoires consécutives. Le natif de Stevenage a une fois de plus hissé le pilotage d’une voiture de course à des niveaux jamais atteints. Toujours là, même dans la difficulté (Imola, Budapest), Hamilton nous a à nouveau gratifié d’une course mythique au Brésil en remontant toute la grille pendant le week-end. Digne dans la défaite contrairement à ses supérieurs, le septuple champion du monde a rendu une copie presque parfaite. Ce qui donne encore plus de mérite et de crédit au titre de son rival Néerlandais. On en oublierait presque Valtteri Bottas qui, malgré une victoire en Turquie, n’aura pas été d’une grande aide pour son coéquipier. Totalement absent lors de la finale émiratie, le Finlandais quitte Mercedes par la petite porte.

Dernières actus sur Bilan

Plus d'actualités

    Dernières actus F1

    Toutes les actualités F1
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    Le site web pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez @motorsinside sur :

    Haut