Le Grand Prix des Etats-Unis se tient à Austin depuis 2012
Tous les magazines

Ces circuits qui ont accueilli la Formule 1 aux Etats-Unis

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© Ferrari / Le Grand Prix des Etats-Unis se tient à Austin depuis 2012

Avec l’arrivée de Miami et Las Vegas au calendrier, retour sur les circuits qui ont vu un Grand Prix de Formule 1 se dérouler sur leurs tracés aux Etats-Unis.

La Formule 1 et les Etats-Unis ont une longue et tumultueuse histoire d’amour en commun. Même si aujourd’hui, l’engouement outre-Atlantique pour la discipline reine du sport automobile ne cesse de croître, il aura fallu du temps à la F1 pour se faire une place dans le cœur des fans américains. Si les premiers Grands Prix de F1 disputés aux Etats-Unis se sont tenus sur le mythique circuit d’Indianapolis lors des premières années de la discipline, pas moins de neuf autres tracés ont été visités depuis, sans compter les nouveaux venus, Miami cette année et Las Vegas en 2023. Ce qui constitue un record pour un même pays. Coup d’œil dans le rétro sur ces dix circuits du pays de l’Oncle Sam.

Indianapolis, Indiana (1950-1960 et 2000-2007)



Avec Le Mans et Monaco, Indianapolis fait partie des trois lieux les plus mythiques de l’histoire du sport automobile. Ce n’est pas un hasard si les 24 Heures du Mans, le Grand Prix de Monaco et l’Indy 500 constituent la Triple Couronne que seul Graham Hill a réussi à remporter.

Pendant onze éditions de 1950 à 1960, la plus célèbre des courses sur ovale au monde fut intégrée au calendrier du championnat du monde F1. Chasse gardée des pilotes américains, l’épreuve n’attira que très peu de pilotes concourant sur le vieux continent. Le double champion du monde italien Alberto Ascari y fît tout de même une apparition en 1952.

De 2000 à 2007, Indianapolis fît son retour au calendrier F1 mais sur un circuit routier tracé à l’intérieur de l’anneau de vitesse. L’ovale étant utilisé seulement pour la ligne droite de départ/arrivée et une partie des premier et dernier virages. Sur huit éditions disputées, Michael Schumacher en remporta cinq. En 2005, seules six voitures prirent le départ suite au retrait des monoplaces équipées de pneus Michelin à la fin du tour de formation. Le manufacturier français considérant que ses gommes ne résisteraient pas à la pression infligée par le banking du dernier virage. Après l’édition 2007 remportée par Lewis Hamilton, la Formule 1 quitta les Etats-Unis pour de nombreuses années.

Indianapolis 2005 grille de départ
© Getty / La grille de départ du Grand Prix des Etats-Unis 2005 à Indianapolis


Sebring, Floride (1959)



Miami n’est pas le premier circuit à accueillir la Formule 1 en Floride. En 1959, Sebring accueillit le gratin du sport automobile sur un terrain d’aviation. Le circuit, encore utilisé aujourd’hui notamment par des championnats américains, est principalement composé de longues lignes droites et de virages serrés.

Lors de cette unique édition du Grand Prix des Etats-Unis à Sebring, Bruce McLaren remporta sa première victoire dans la catégorie reine. Par ailleurs, c’est également à cette occasion que Jack Brabham devint pour la première fois champion du monde de Formule 1.

Riverside, Californie (1960)



Comme Sebring, Riverside n’a accueilli le Grand Prix des Etats-Unis qu’à une seule reprise. Et comme à Sebring, c’est ici que Jack Brabham remporta un titre de champion du monde, son deuxième consécutif.

Une des particularités du circuit est qu’il se situait à proximité d’un désert. Les pilotes devaient ainsi faire face à des conditions de piste poussiéreuses. Sur Lotus, Stirling Moss y fit coup double en empochant sa quinzième pole position et sa quatorzième victoire.

Malheureusement, ce circuit apprécié des pilotes n’existe plus. Situé à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Los Angeles, le « Riverside International Speedway » a souffert de l’extension de la mégalopole californienne.

C’est enfin ici que Ken Miles, pilote britannique de voitures de sport, trouva la mort lors d’une séance d’essais en 1966.

Watkins Glen, New York (1961-1980)



Watkins Glen est, à ce jour, le circuit américain ayant accueilli le plus souvent le Grand Prix des Etat-Unis. De 1961 à 1980, la Formule 1 y fît étape sans discontinuer, quinze fois dans le cadre du Grand Prix des Etats-Unis et cinq fois dans le cadre du Grand Prix des Etats-Unis Est.

Considéré comme l’un des plus beaux circuits d’Amérique du Nord, le tracé est composé d’un «S» spectaculaire juste après le départ et de plusieurs virages à l’aveugle en banking.

Après une victoire inaugurale du Britannique Innes Ireland en 1961, les doubles champions du monde Graham Hill et Jim Clark se partagèrent les lauriers lors des six éditions suivantes.

C’est à Watkins Glen en 1970 que le futur double champion du monde Emerson FIttipaldi remporta sa première victoire en F1 et que Jochen Rindt fut sacré champion du monde à titre posthume, fait unique dans l’histoire de la discipline.

En 1971, le pilote français François Cevert y remporta son unique victoire dans la discipline. C’est aussi sur ce circuit qu’il trouva la mort deux ans plus tard lors de la séance de qualifications avant qu’une nouvelle tragédie n’endeuille cette piste en 1974, lorsque l’Autrichien Helmut Koinigg, dont c’était le deuxième départ en F1, ne se tue lors d’un effroyable accident pendant la course.

Le circuit de Watkins Glen est aujourd’hui encore au calendrier du championnat NASCAR.

Long Beach, Californie (1976-1983)



Deuxième ville californienne à accueillir la Formule 1, le circuit de Long Beach a hébergé pendant huit éditions le Grand Prix des Etats-Unis Ouest. Long Beach est le premier d’une longue série de circuits urbains américains à accueillir la F1. Sur les 10 circuits qui ont vu roulé les monoplaces de F1 aux Etats-Unis, la moitié sont des circuits urbains.

Le Monaco américain était un circuit tracé à la fois en ville et le long de la mer. La ligne droite des stands, légèrement courbée, avait pour décor de fond l’ancien paquebot « Queen Mary », ancré à quai de façon permanente. Circuit très apprécié des pilotes et où le spectacle y était souvent présent, Long Beach a vu huit pilotes s’imposer sur son tracé en autant d’éditions. Il a notamment été le théâtre de la première victoire du futur triple champion du monde brésilien Nelson Piquet en 1980.

Aujourd’hui, Long Beach est encore utilisé par l’IndyCar et la Formule E s’y est déplacée à deux reprises.

Las Vegas Caesars Palace, Nevada (1981-1982)



En 1981 et 1982, la Formule 1 fit étape par deux fois dans la capitale mondiale du jeu. Le circuit, tracé sur le parking du célèbre casino « Caesars Palace », dont la course prit l’appellation, est considéré comme l’un des pires tracés de l’histoire du sport automobile.

Circuit impopulaire auprès des pilotes et des fans, les deux éditions se déroulèrent sous une chaleur de plomb. Composé de 14 virages, le tracé était physiquement éprouvant pour les pilotes. Patrick Tambay ne put par exemple pas prendre le départ de la course en 1982 à cause de douleurs intenses au cou.

L’édition 1981 marqua la dernière victoire et le dernier podium du champion du monde 1980 Alan Jones. Cette course permit également à Nelson Piquet de remporter le premier de ses trois titres. Celle de 1982 marqua la première victoire en Formule 1 du regretté pilote italien Michele Alboreto.

Detroit, Michigan (1982-1988)



Detroit, berceau de l’industrie automobile américaine, fît son entrée au calendrier F1 à partir de 1982 pour sept éditions (trois sous l’appellation Grand Prix des Etats-Unis Est, quatre sous l’appellation Grand Prix des Etats-Unis). Cette année-là, trois courses se déroulèrent aux Etats-Unis : Long Beach, Las Vegas et donc Detroit. La seule autre saison lors de laquelle un même pays organisa trois Grands Prix fut 2020 avec l’Italie (Monza, Mugello, Imola), lors du remaniement du calendrier suite à l’épidémie de Covid-19.

Circuit plus populaire auprès des fans que Las Vegas, son tracé était principalement composé de lignes droites et de virages à angles droits. Malgré quelques critiques de la part des pilotes, cette piste livra quelques courses intéressantes avec notamment trois victoires pour Ayrton Senna lors des trois dernières éditions.

Detroit accueille toujours le championnat IndyCar mais dans une autre partie de la ville du Michigan.

Dallas, Texas (1984)



Le circuit de Dallas présente des points communs avec certains circuits précédents. Comme Sebring et Riverside, la Formule 1 n’y fit étape qu’une seule fois, et comme Las Vegas, la course fut un fiasco.

Disputée en plein mois de juillet 1984 dans la canicule texane, Dallas vit son bitume se détériorer au passage des monoplaces. Seules huit voitures parvinrent à franchir la ligne d’arrivée dont la Williams du vainqueur, Keke Rosberg.

Plusieurs anecdotes insolites ont tout de même marqué cet unique Grand Prix disputé à Dallas. Bien qu’il réalisât la première pole de sa carrière, Nigel Mansell dut pousser sa voiture jusqu’à l’arrivée à cause d’un problème de boîte de vitesses et s’évanouit sur la ligne sous l’effet de la chaleur.

Enfin, le débutant Ayrton Senna, contraint à l’abandon suite à une touchette, affirma avec certitude à ses ingénieurs, que le mur qu’il venait de toucher avait bougé. Ce qui fut confirmé après analyse sur les lieux de l’accrochage.

Phoenix, Arizona (1989-1991)



Après l’Indiana, la Floride, la Californie, l’Etat de New York, le Nevada, le Michigan et le Texas, la Formule 1 fit étape dans l’Arizona à trois reprises de 1989 à 1991. Cette période correspond à la domination sans partage d’Alain Prost et d’Ayrton Senna sur la F1. Ce sont d’ailleurs eux qui remportèrent les trois éditons de ce Grand Prix à Phoenix.

1990 fut sans doute l’édition la plus intéressante. Elle fut en effet marquée par le magnifique combat que se livrèrent Ayrton Senna et Jean Alesi. Sur une Tyrrell, le Français mena la vie dure à la McLaren du Brésilien et monta ainsi sur son premier podium en F1.

L’édition 1991 fut la dernière d’un Grand Prix aux Etats-Unis avant le retour à Indianapolis en 2000. Phoenix était aussi le dernier circuit urbain américain avant les arrivées de Miami en 2022 et de Las Vegas en 2023.

Austin, Texas (Depuis 2012)



Deuxième ville texane à intégrer le calendrier F1 après Dallas, le circuit d’Austin fit une entrée remarquée à partir de 2012. Circuit conçu dès le départ pour accueillir la Formule 1, il avait pour objectif d’ancrer la F1 sur le sol américain et lui permettre de la rendre populaire auprès des fans outre-Atlantique.

Mission accomplie pour le COTA (« Circuit of The Americas ») puisque, en plus d’offrir un tracé s’inspirant des plus beaux circuits du monde, le public répondit présent dès la première édition. L’ambiance sur le site et le plaisir procuré au volant en font un rendez-vous incontournable du calendrier où les pilotes aiment se rendre. Même l’IndyCar et le MotoGP ont fini par courir à Austin.

Le circuit texan a connu de belles éditions depuis 2012. Il a notamment été le théâtre de la dernière victoire de Kimi Räikkönen en F1 en 2018 et du sixième sacre de Lewis Hamilton en 2019.

Liste des circuits ayant accueilli la Formule 1 aux Etats-Unis (à fin 2021)


CircuitsPériodeNombre d'éditionsAppellations
1Indianapolis (Indiana)1950-1960 & 2000-200719500 Miles & GP des Etats-Unis
2Sebring (Floride)19591GP des Etats-Unis
3Riverside (Californie)19601GP des Etats-Unis
4Watkins Glen (New York)1961-198020GP des Etats-Unis & GP des Etats-Unis Est
5Long Beach (Californie)1976-19838GP des Etats-Unis Ouest
6Las Vegas (Nevada)1981-19822GP du Caesars Palace
7Detroit (Michigan)1982-19887GP des Etats-Unis & GP des Etats-Unis Est
8Dallas (Texas)19841GP des Etats-Unis
9Phoenix (Arizona)1989-19913GP des Etats-Unis
10Austin (Texas)Depuis 20129GP des Etats-Unis
    divider graphic

    Les autres magazines

    Tous les magazines

    Dernières actus F1

    Toutes les actualités F1
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    Le site web pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez @motorsinside sur :

    Haut