Niki Lauda, sa rivalité avec James Hunt

Dans les années 1970, Niki Lauda et James Hunt se sont affrontés sur la piste pour le titre de champion du monde. Mais leur complicité et leur amitié a fait de leur rivalité une histoire hors du commun.
Logo Mi mini
Rédigé par
James Hunt remporte le titre en 1976 pour un point devant Niki Lauda
© McLaren / James Hunt remporte le titre en 1976 pour un point devant Niki Lauda
Villeneuve-Pironi, Alonso-Schumacher ou encore Hamilton-Rosberg. Depuis 1950, de nombreuses rivalités ont éclaté dans le monde de la Formule 1. Mais une est restée gravée dans les livres pour le scénario invraisemblable et les coulisses de cette dernière : celle de de Niki Lauda et James Hunt.

Mais leur rivalité n'est pas comme les autres. Il y a eu certes des bagarres sur la piste mais elle est surtout accompagnée d'une grande amitié et d'un profond respect, puisque les deux hommes partageaient un appartement à Londres lorsqu'ils courraient en Formule 3.

Zandvoort 1975, élément déclencheur



Après avoir gravi les échelons et atteint la Formule 1, leur "guerre" se poursuit petit à petit jusqu'au Grand Prix des Pays-Bas 1975. Lors de cette course, à Zandvoort, Lauda conduit la meilleure voiture, la Ferrari, tandis que Hunt pilote une Hesketh, bien inférieure. Et pourtant, grâce à la pluie qui s'est abattue c'est le Britannique qui impressionne tout le monde et qui se retrouve devant l'Autrichien. La lutte pour la victoire dure jusqu'aux derniers instants, et James Hunt remporte sa première course en F1. La rivalité est lancée.

Les deux hommes bataillent sans relâche et la saison 1976 marque le point d'orgue de leur rivalité. Hunt est passé chez McLaren, écurie bien plus compétitive que sa précédente équipe et dès la première course, au Brésil, le Britannique signe la pole. Hunt contraint à l'abandon, c'est Lauda s'impose et réitère sa performance, en Afrique du Sud.

Mais la course suivante marque un tournant. Alors que James Hunt remporte la course, il perd sa victoire en raison de la nouvelle réglementation qui indique que sa voiture est trop large. S'ensuit une vague d'abandon pour le Britannique jusqu'au Grand Prix de France où il s'impose et son rival ne termine pas. Quelques jours après ce regain de performance, sa victoire hispanique lui est réattribuée. L'écart au championnat se resserre.

Vient alors le Grand Prix de Grande-Bretagne, sur les terres de James Hunt. Après un immense carambolage au départ, impliquant le local de l'étape et qu'il n'est pas censé reprendre la piste, la foule fait pression. « On veut Hunt », scande-t-elle. Cela marche et il prend part au second départ et passe la ligne en premier, avant d'être une nouvelle fois déclassé après coût, pour avoir utilisé son mulet lors de la seconde course.

Fin 1976, le paroxysme



Début août, la Formule 1 se rend en Allemagne, qui sera le véritable tournant de la saison, puisque Niki Lauda, victime d'un grave accident, loupera les deux Grand Prix suivants, qui seront bénéfiques à James Hunt puisqu'il en gagnera une et terminera au pied du podium lors de la seconde.

Devant les tifosi, Lauda fait un brillant retour, qui lui sera bénéfique sur le plan sportif puisqu'avec sa 4ème place, il reprend de précieux points à son concurrent qui a dû abandonner suite à une sortie de piste.

À lire aussi : Niki Lauda, l'homme qui a remis Ferrari sur de bons rails

Alors qu'il ne reste plus que deux courses, la tension est à son comble. Les deux hommes veulent remporter la couronne mondiale, mais c'est James Hunt l'homme le plus en forme qui s'imposera lors des deux rendez-vous suivants, là où son rival ne prendra qu'une troisième et huitième place.

C'est alors au Japon, sur un tout nouveau circuit, qui tout se joue. Hunt, revenu à trois points de l'Autrichien, a l'occasion de décrocher son premier titre. Lauda a donc la pression. Mais la pluie s'invite avant le départ. La piste est détrempée et les conditions sont plus que dangereuses pour les pilotes. Le départ a tout de même lieu, mais dès la fin du premier tour, la Ferrari floquée du numéro 1 rentre aux stands, et Niki Lauda abandonne car il considère que c'est trop dangereux.

Avec ce retrait volontaire, James Hunt n'a plus qu'une seule chose à faire, accrocher la troisième place. Alors qu'il est deuxième, coup de théâtre, il rentre aux stands avec des pneus à plat. Ses mécaniciens lui changent ses gommes et il se lance dans une course-poursuite presque impossible, à quatre boucles de la fin. Dans une détermination extrême, le pilote McLaren double Regazzoni puis Jones, et franchi la ligne.

Mais chez les commissaires, c'est le flou total. Personne ne sait à quelle place le Britannique a terminé. Après une longue délibération, il est finalement crédité de la troisième place, le déclarant champion du monde pour un point. À son arrivée dans les stands, James Hunt ne sait pas qu'il est champion et l'apprend en manquant de mettre un coup de poing à son directeur, Teddy Mayer.

Vivant le plus beau jour de sa vie, le Britannique affirmait qu'il allait célébrer sa couronne mondiale « à la bière et non au champagne, afin de ne pas avoir la gueule de bois le lendemain matin. » Du côté de l'Autrichien, il indique « ne pas regretter », mais cette décision va tendre les relations avec son écurie.

L'année suivante, la "tension" est redescendue, la rivalité sur la piste est moindre, James Hunt étant plus en retrait. Niki Lauda s'est trouvé une nouvelle cible, son nouveau coéquipier Carlos Reutemann.

Dernières actus sur Lauda

Plus d'actualités

    Dernières actus F1

    Toutes les actualités F1
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    Le site web pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez @motorsinside sur :

    Haut