Grand Prix d'Espagne - Les faits marquants

Avant le sixième round de cette saison 2002 à Barcelone, MotorsInsinde revient sur trois courses ayant marqué le Grand Prix d'Espagne.
Logo Mi mini
Rédigé par
Pastor Maldonado lors de son unique victoire en 2012 devant Alonso et Räikkönen
© Williams / Pastor Maldonado lors de son unique victoire en 2012 devant Alonso et Räikkönen

La désillusion dans les derniers kilomètres



En 2001, Mika Hakkinen aborde le Grand Prix d’Espagne à Barcelone de la meilleure de manière en signant une probante pole position.
Après un début de saison très compliqué, le pilote McLaren triple vainqueur en titre de la manche espagnole espère se replacer dans sa bataille qui l’oppose une nouvelle fois à la Ferrari de Michaël Schumacher pour le titre mondial.
Il domine la course de bout en bout, et porte même son avance sur le baron rouge à 40sec à l’entame du dernier tour.
Las, après quelques virages dans ce dernier tour sa monoplace est au ralenti. Avec une avance confortable, il aurait quand même pu gagner. Malheureusement, son embrayage se désintègre dans un panage de fumée synonyme d’abandon à 3km du drapeau à damier.
Le Finlandais est néanmoins classé 9ème, juste derrière son futur remplaçant en 2002 : Kimi Räikkönen.

Première victoire d’un vénézuélien en 2012



Le début de la saison 2012 était complètement fou. Il a notamment vu sept vainqueurs différents en autant de course. Le Grand Prix d’Espagne était la cinquième manche.
Si Lewis Hamilton au volant de sa McLaren effectue un tour magistral pour s’offrir la pole position, il s’est vu déclassé à l’issue de la séance. En effet, le pilote anglais a été sanctionné pour s’être immobilisé en piste lors de son tour de rentrée aux stands. Cette manœuvre était sûrement effectuée pour que la McLaren puisse passer le contrôle du niveau minimum d’essence avec succès.
Ainsi, Pastor Maldonado auteur d’une brillante seconde place s’élance en tête de peloton pour la course, devant Fernando Alonso et Kimi Räikkönen tout juste revenu en F1 chez Lotus après de années passée à tenter de dompter les WRC. Il signe ainsi sa première pole position.
En course, il réussit à concrétiser sa pole en victoire en résistant à l’immense pression de Fernando Alonso, puis de Kimi Räikkönen en fin de course. Bien qu’il ait été doublé dès le départ par son rival espagnol, Pastor Maldonado réussi grâce à un très bon arrêt aux stands, ou un arrêt loupé chez Ferrari à récupérer le leadership un peu avant la mi-course, pour ne plus quitter cette place de leader jusqu’au drapeau à damier.

Un double abandon Mercedes, synonyme de victoire pour Max Verstappen



En 2016, Mercedes domine autant qu’en 2014 et 2015 le monde de la F1. L’avance qu’à pris l’équipe allemande dans la conception du nouveau moteur hybride est si importante que les autres motoristes : Ferrari, Renault et Honda ne peuvent rivaliser.
C’est ainsi que la rivalité entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton monte d’un cran. L’Allemand vient d’être battu deux années de suite par son rival anglais Lewis Hamilton et compte bien prendre sa revanche cette année.
En Espagne, pour la cinquième manche de la saison, c’est sans surprise que les deux flèches d’argent monopolisent une nouvelle fois la première ligne, Hamilton devant Rosberg.
Mais c’est également la première course de Max Verstappen pour Red Bull. Il vient d’être transféré de Toro Rosso à Red Bull suite au énième accident impliquant Daniil Kvyat. Un échange de baquet au sein de groupe Red Bull qui a donné des ailes à la carrière du jeune prodige néerlandais.
En effet, dès le troisième virage les deux Mercedes s’accrochent. Rosberg voulant protéger sa place de leader embarque Hamilton à l’intérieur du virage, mais sans laisser d’espace au pilote anglais. Ce dernier ne le comprend que trop tardivement et ne peut éviter l’accrochage synonyme d’abandon pour nos duettistes.
Il n’en fallait pas plus pour que Max Verstappen tente une stratégie décalée qui s’est avérée très efficace.
En effet, au 44ème tour Sebastian Vettel et Daniel Ricciardo leaders respectifs chez Ferrari et Red Bull décident de basculer sur une stratégie à trois arrêts.
De leur côté, Max Versteppen et Kimi Räikkönen décident de finir la course avec leur pneus actuels, et malgré les multiples tentatives de dépassement opérées par le pilote Ferrari, c’est Max Verstappen qui s’impose pour la première fois de sa carrière. Non sans avoir été décrié par les tifosis jugeant sa défense par moment très rugueuse et dangeureuse.
Il devient ainsi le premier pilote néerlandais à remporter une victoire à l’âge de 18ans et 7 mois. Ce qui encore plus stupéfiant est qu’il s’est battu contre Kimi Räikkönen quasiment deux fois plus âgé que lui et qui avait déjà bataillé au début de sa carrière contre Jos Verstappen, le père de Max !

Dernières actus sur Grand Prix d'Espagne

Plus d'actualités

    Dernières actus F1

    Toutes les actualités F1
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    Le site web pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez @motorsinside sur :

    Haut