Nouvelle désillusion pour Ferrari à Bakou, avec deux abandons.
Tous les magazines

La débâcle chez les rouges, acte IV

Logo Mi Redaction
Rédigé par
© MotorsInside / Nicolas LEROOY / Nouvelle désillusion pour Ferrari à Bakou, avec deux abandons.

Après un week-end Monégasque où Ferrari a subi la stratégie Red Bull, les rouges prennent une nouvelle douche froide en Azerbaïdjan. Ce coup-ci, c'est la fiabilité qui est en cause, une fois de plus.

Un peu comme McLaren en 2005 avec la MP4-20, Ferrari a conçu une monoplace qui semble être la plus rapide. Elle a tout pour rafler les deux championnats, mais les soucis de fiabilité récurrents empoisonnent la vie des hommes en rouge.

Il n'y a qu'à regarder les statistiques : six pole position de Charles Leclerc en huit Grand Prix, dont quatre consécutives sur les dernières épreuves. La monoplace de Maranello est clairement agile et douée pour aller chercher le chrono ultime.

Si après la manche d'ouverture à Bahreïn les tifosi se sont brusquement mis à rêver de la double couronne mondiale, la donne est complètement inversée après ce Grand Prix d'Azerbaïdjan.

Après une gifle monumentale infligée par Red Bull, 44-0, l'équipe au cheval cabré quitte les terres azéries à la seconde place du championnat, mais avec déficit de 80 points. Pire, au championnat des pilotes, le Monégasque qui avait respectivement 19 et 38 points d'avance sur Max Verstappen et Sergio Perez après Miami, repart troisième avec un déficit de 34 et 13 points sur les mêmes Verstappen et Perez. Charles Leclerc n'a engrangé que 14 points en trois courses alors que les pilotes Red Bull ont su concrétiser de moins bonnes qualifications en victoires.

Carlos Sainz pointe à une médiocre cinquième place, derrière George Russell dont on sait que la monoplace est ratée pour 2022 !

Entre bourdes des pilotes, excès d'optimisme, erreurs stratégiques et surtout défauts multiples de fiabilité, le rêve Italien vire au cauchemar. Sur les huit épreuves disputées jusqu'à présent, la Scuderia Ferrari en a vendangé quatre. Avec ce ratio, il est clair que même la seconde place est compromise.

Quand la Formule 1 se transforme en cétacé, et fait vivre un enfer à ses pilotes



La Formule 1 a fait finalement fait sa révolution technique pour 2022, soit avec une année de retard sur le planning initialement prévu. Alors certes, le Covid est passé par là. Et explique a lui seul ce retard. Mais, heureusement que les équipes ont obtenu une année supplémentaire pour développer ces nouvelles monoplaces à effet de sol.
Dès les premiers essais à Barcelone, puis Bahreïn cet effet de pompage appelé marsouinage est apparu de manière assez violente.

Les différentes équipes n'arrivent pas à trouver la solution au problème soulevé il y a déjà plus de quarante ans, lorsque l'effet de sol était déjà bien présent en Formule 1. En 1982, Patrick Tambay a dû renoncer à participer au Grand Prix de Suisse à cause d'une hernie discale provoquée par les rebonds inopinés de sa Ferrari.

Le souci ne date pas d'hier. Et après huit courses, la coupe est pleine pour la majorité des pilotes. Lewis Hamilton a l'air d'être très affecté par cet inconfort et montre du doigt les différents soucis de dos que cela peut engendrer. Pierre Gasly abonde en précisant qu'il en va de la santé des pilotes à court et moyen terme, pourtant extrêmement bien préparés physiquement.

Outre cette gêne physique, il en va de la sécurité en course. George Russell s'attend à voir des accidents liés à ce phénomène. On se demande d'ailleurs comment ces pilotes font pour déchiffrer leur trajectoire avec ces rebonds incessants à haute vitesse.

EditoGrand Prix d'AzerbaidjanFerrari
    divider graphic

    Les autres magazines

    Tous les magazines

    Dernières actus F1

    Toutes les actualités F1
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    Le site web pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez @motorsinside sur :

    Haut