Laurent Rossi serait "très déçu"de voir le Grand Prix de France disparaître

F1. Le PDG d'Alpine, comme de nombreuses personnalités de la F1, souhaite que l'histoire du Grand Prix de France perdure.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
La France est un bastion de la course automobile, assure Laurent Rossi
© Alpine / "La France est un bastion de la course automobile", assure Laurent Rossi

Y sera ou n'y sera pas ? Telle est la question. Alors que le week-end dernier se tenait le Grand Prix de France, c'était à l'heure d'écrire ses lignes, sa dernière édition. En effet, le contrat qui liait la course en hexagone et la Formule 1 est arrivé à son terme.

Motors Inside sans pub ?

Toutefois, même si des discussions favorables semblent être en cours pour sa reconduction, avec l'arrivée de nombreuses destinations, son avenir semble pour le moins compromis. Depuis, de nombreuses personnalités de ce milieu ont fait part de leurs inquiétudes et de leur souhait de maintenir l'épreuve. C'est notamment le cas du PDG d'Alpine, Laurent Rossi qui serait « très déçu » de voir ce rendez-vous disparaître.

La France, bastion de la course automobile

« Je ne parle pas en tant que manager d'une équipe française ni même en tant que citoyen français. Plutôt, je pense que la France est un bastion de la course automobile. Elle a beaucoup donné à la compétition, elle a un grand public, de nombreux fans. Je dirais qu'il serait un peu injuste de supprimer du calendrier un événement aussi important que le Grand Prix de France. Ce serait étrange, j'espère qu'il restera. »

À lire aussi : Jean Alesi soutient le Grand Prix de France

De son côté, Éric Boullier, le directeur du GP de France, travaille activement pour maintenir cette épreuve au calendrier.

« On a essayé de se positionner comme un Grand Prix modèle, avec tout un tas de choses qui correspondent au cahier des charges. Donc effectivement, ça aide dans les discussions, ça nous permet aussi de prouver qu'après cinq ans, on sait faire, on est sérieux, on est considérés et on peut parler d'avenir. Pour l'instant, je n'ai aucune idée de quoi que ce soit si ce n'est, effectivement, un engagement positif de la part du président de la FOM de vouloir discuter du Grand Prix de France », a-t-il glissé au micro de Canal +.

À lire aussi : La France, pays riche en circuit de F1

Avec les deux dernières éditions spectaculaires qui ont eu lieu au Castellet, tant sur la piste qu'en tribune (malgré les restrictions en 2021), perdre l'une des courses les plus mythiques de l'histoire serait dommageable pour la discipline.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Grand Prix de France

Plus d'actualités

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut