Grand Prix de Belgique : Les faits marquants des courses précédentes

Des courses au destin funeste, des gros accidents, des belles batailles, des dépassements mythiques... Le Grand Prix de Belgique fait partie de ces circuits historiques qui ont été le spectacle de moments mémorables dans l'histoire de la Formule 1. Voici quelques uns d'entre-eux en attendant le week-end de course.
Logo Mi mini
Rédigé pPar
Quelles surprises réserve cette nouvelle édition du Grand Prix de Belgique ?
© Alpine / Quelles surprises réserve cette nouvelle édition du Grand Prix de Belgique ?
Le Grand Prix de Belgique est régulièrement le théâtre de courses animées. Le technicité de cette piste dynamique mêlant dénivelé, virages techniques plus ou moins rapides ainsi qu'une météo souvent capricieuse sont le cocktail parfait pour une course souvent agitée et pleine de piment.

1960, le destin tragique d'Alan Stacey et Chris Bristow



Historiquement, la piste est décrite comme étant dangereuse. Avec des monoplaces n'apportant peu de garanties en termes de sécurité, la moindre sortie de piste peut s'avérer dangereuse. Malheureusement, en 1960, Alan Stacey et Chris Bristow trouvent la mort dans des accidents séparés. Alan Stacey est victime d'un crash après avoir été percuté en pleine face par un oiseau. Chris Bristow va lui aussi trouver la mort dans le même virage que Stacey, celui de Burnenville. En 1970, les vitesses sont jugées trop excessives, augmentant ainsi le risque d'accidents. Le déplacement du Grand Prix est alors décidé et se déroule par la suite à Nivelles, près de Bruxelles, avant de tomber dans l'oubli.

1998 : Un doublé inédit



Une fois n'est pas coutume, la pluie tombe fortement sur le circuit ardennais et provoque au départ un carambolage mettant ainsi hors course plus de la moitié des monoplaces (13/22). Cet incident conduit ainsi à un deuxième départ. Quelques tours après, Mika Häkkinen se sort au virage de la Source laissant ainsi la tête de la course à Damon Hill, alors pilote de l'écurie Jordan Mugen-Honda. Michael Schumacher réussit à le dépasser mais il rentre en collision avec David Coulthard alors qu'il était en train de lui reprendre un tour. Finalement, Hill remporte le Grand Prix, et signe un doublé avec Ralf Schumacher, qui est un résultat historique pour l'écurie.

Un des dépassements les plus mythiques en 2000



En 2000, le Grand Prix est marqué par un des dépassements les plus emblématiques de l'histoire de la Formule 1. Il s'agit bien sûr du dépassement de Mika Häkkinen sur Michael Schumacher, dans la ligne droite menant aux Combes à quatre tours de l'arrivée. L'Allemand dépasse alors le retardataire Ricardo Zonta par la gauche alors que le Finlandais se décale sur la droite de la piste, parvenant à doubler les deux monoplaces à plus de 330 km/h pour s'adjuger la victoire.

2008, Räikkönen perd le titre mondial, Hamilton pénalisé



Lewis Hamilton est auteur de la pole position avec sa McLaren-Mercedes. Mais dès le deuxième tour, il part à la faute après être parti en tête à queue à l'épingle de la source. Il offre ainsi la tête de la course à son rival pour le titre mondial : Kimi Räikkönen.

Au 41ème tour, alors qu'il ne se passait pas grand chose, la pluie intervient et vient totalement chambouler le déroulé du Grand Prix. Pendant deux tours, le Finlandais et le Britannique se livrent une sublime bataille. Malheureusement, elle ne se terminera pas comme espéré, Räikkönen termine sa course dans le mur.

Felipe Massa termine la course en deuxième position, assez loin derrière Lewis Hamilton, mais il est finalement déclaré vainqueur à la suite d'une pénalité infligée au pilote Britannique. Il a été jugé que le pilote McLaren avait gagné du temps après avoir coupé la chicane lors de son duel avec la Ferrari n°1, bien qu'il ait rendu sa position à Räikkönen.

2012, Romain Grosjean coupable d'un terrible accident



Dès le départ, le pilote français Romain Grosjean anime le départ. Alors qu'il réalisait un excellent départ, il s'écarte sur la droite de la piste serrant ainsi la McLaren de Lewis Hamilton. Le Britannique accroche l'aileron arrière de la Lotus du Français. Les deux pilotes perdent alors le contrôle de leur monoplace qui viennent ensuite percuter la Ferrari de Fernando Alonso et la Sauber de Sergio Perez.

Heureusement pour les pilotes, il n'y a pas de blessés, seulement les voitures sont complètement détruites. Cet accident met fin aux espoirs de titre de Fernando Alonso. Cet incident vaudra à Romain Grosjean une course de suspension au Grand Prix suivant, celui d'Italie, ainsi qu'une amende.

2021, le Grand Prix le plus court de l'histoire



L'édition 2021 a été historique pour une bien triste raison. La course a été interrompue par drapeau rouge. le Grand Prix de Belgique n'a officiellement duré qu'un tour de 6,880 km en 3'27"017, ce qui en fait de loin le plus court de l'Histoire devant, le Grand Prix d'Allemagne 1971 (12 tours pour 274,02 km en près d'une heure et demie) ou le Grand Prix d'Australie 1991 (14 tours pour 52,92 km en 24'34"899). C'était également la sixième fois de l'histoire que seulement la moitié des points étaient attribués. Le samedi était déjà assez mouvementé avec des qualifications sur une piste mouillée, qui avait causé le violent crash de Lando Norris, et la colère de Sebastian Vettel qui avait déjà réclamé que la séance soit interrompue.

Quelques faits étaient intéressants à relever à la suite de la course. Nikita Mazepin avait signé le meilleur tour en course en 3'18"016 mais n'en a pas été crédité. George Russell avait offert le premier podium pour Williams depuis le Grand Prix d'Azerbaïdjan en 2017, et le meilleur résultat de l'écurie depuis le Grand Prix d'Abu Dhabi en 2014.

Carlos Sainz n'a bouclé que deux tours lors des trois dernières éditions du Grand Prix de Belgique réunis. En espérant que le pilote Ferrari ait plus de chance cette fois-ci. Attention en revanche à la pluie qui pourrait faire son apparition dans le week-end pouvant ainsi provoquer quelques carambolages.
Votre avis

Connectez-vous pour écrire un commentaire

Haut