Binotto explique les raisons de l'arrêt désastreux de Sainz

Le patron de Ferrari a donné des explications sur l’arrêt au stand de 12,7 secondes de Carlos Sainz, qui lui a coûté de précieuses places lors du Grand Prix des Pays-Bas.
Logo Mi mini
Rédigé par
Le patron de la Scuderia Ferrari, Mattia Binotto.
© Ferrari / Le patron de la Scuderia Ferrari, Mattia Binotto.
Les week-ends se suivent et se ressemblent pour Ferrari. Après la malchance de Charles Leclerc lors du Grand Prix de Belgique avec une visière bloquée dans une de ses écopes de frein et une pénalité à la suite d'un excès de vitesse dans les stands, c’est au tour de Carlos Sainz de subir la malédiction Scuderia.

À Zandvoort, le pilote espagnol rentre aux stands au 15e tour, afin de tenir le rythme très élevé de la Mercedes de Lewis Hamilton, juste derrière lui et montée sur mediums. Un arrêt qui s’éternisera 12,7 secondes en raison d’un pneu manquant. « Oh mon dieu », s’exclame Sainz alors qu’un mécanicien sort enfin du garage, pneu arrière-gauche au bout des bras.

Pendant ce temps, Sergio Pérez est arrêté au même moment et juste derrière la Ferrari immobilisée. Il double donc cette dernière… et roule sur un des pistolets de serrage laissés à côté par les mécaniciens, dans la confusion générale.

Cet arrêt désastreux aura porté un lourd coup à Sainz : alors troisième du classement avant de rentrer au stand, il ressortira onzième, loin derrière ses rivaux. Son temps perdu dans la pit lane se chiffre à dix secondes supplémentaires en comparaison avec Sergio Pérez.

Un arrêt « trop tardif »



Le patron de la Scuderia, Mattia Binotto, est revenu sur cet incident après la course, qu’il nomme lui-même un « vrai désastre ». Selon lui, l'arrêt a été improvisé et Sainz a été appelé au stand alors qu'il se trouvait dans le dernier virage, les mécaniciens n'étant donc pas préparés.

« Nous savions que Lewis se préparait à un arrêt aux stands et qu'il aurait pu réaliser un undercut », explique-t-il.

« Nous avons essayé de réagir pour rester devant lui, ce qui était la meilleure façon de garder la position en piste, car nous savions que Lewis était très rapide dans la première partie de la course », poursuit Mattia Binotto.

« Quand nous avons vu les mécaniciens Mercedes dans la pit lane, nous avons appelé notre pilote dans les stands, mais il était dans le dernier virage et il était trop tard pour que les mécaniciens soient prêts. Il était trop tard », estime l'Italien.

Pénalité pour « unsafe release »



Puisque les mauvaises nouvelles ne viennent jamais seules, Carlos Sainz a réalisé un « unsafe release » dans la voie des stands plus tard dans la course, coupant la trajectoire de l’Alpine de Fernando Alonso. Cette erreur lui vaudra cinq secondes de pénalité, le faisant chuter de la cinquième à la huitième position en piste.

« Sur le unsafe release et la pénalité, qui a coûté cher à Carlos, je pense que la décision de la FIA et des commissaires est très sévère » juge Mattia Binotto. « Quand il est arrivé, la McLaren était en train de passer et nous avions arrêté Carlos dans les stands, parce que nous savions qu'il n'aurait pas été sûr de le libérer à ce moment-là. »

Le patron de la Scuderia explique que le pilote a ainsi dû s’arrêter car les mécaniciens de McLaren étaient occupés sur la voiture de Lando Norris, juste devant.

Une version également avancée par Sainz lui-même. « Ce n'était pas un unsafe release, j'ai été relancé dans la voie des stands correctement mais j'ai dû freiner pour ne pas faucher un gars de McLaren. Parce que j'ai effectué un évitement, ils vous donnent une pénalité - je trouve cela très frustrant et je vais parler avec la FIA maintenant parce que je ne comprends pas », a-t-il déclaré juste après la course.

Dernières actus sur Grand Prix des Pays-Bas

Plus d'actualités

    Dernières actus F1

    Toutes les actualités F1
    graphical divider
    Media centre Barcelone
    Le site web pour

    Motorsinside.com est un site internet construit et animé par des passionnés d'automobile pour les fans de sports auto, Formule 1 et de tout type de moteurs. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour nous soutenir et ne rien manquer de nos actus.

    Rejoignez @motorsinside sur :

    Haut