Alan Jones et Clay Regazzoni ont mené Williams au Graal.
Tous les magazines

14 septembre : Il y a 42 ans, Williams remportait son premier titre constructeur

Logo Mi mini blanc
Rédigé par
© Wikimedia Commons. Alan Jones et Clay Regazzoni ont mené Williams au Graal.
Le 14 septembre 1980, Williams remporte son premier titre constructeur après des années de galère. L'écurie gérée et fondée par Frank Williams fera le doublé deux semaines plus tard, avec le sacre d'Alan Jones.
L'histoire de Williams n'a pas toujours été rose. Créée à la fin des années 60, l'écurie stagne au fond du classement. Frank Williams, le fondateur, engage des pilotes qu'il apprécie tel que Pierce Courage, mais voit ce dernier tragiquement décéder en 1970, à Zandvoort.

Face aux difficultés rencontrées par l'écurie et les voitures achetées pour participer au championnat, le Britannique change de vision. Il décide alors de construire ses propres monoplaces. Des partenariats sont signés avec des sponsors pour qu'ils apportent les fonds nécessaires.

Malgré cette révolution en interne, l'écurie ne décolle pas, mais inscrits quelques points. Le manque de performance n'est pas le seul problème. L'argent commence à manquer. Walter Wolf et Frank Williams se rapprochent pour, dans un premier temps, devenir mécène de l'écurie avant de devenir l'actionnaire majoritaire.

Pas abattu



Mais, le Canadien joue un tour à l'Anglais et rachète totalement l'écurie. De ce fait, Frank Williams devient orphelin de son bébé qu'il a créé, façonné. Après une période de déprime, il reçoit une offre de la marque belge Belle-vue qui propose d'aider financièrement, à condition que Patrick Nève soit au volant. Il finit par accepter. Le fondateur joue aussi un tour de force et parvient à recruter l'ingénieur Patrick Head.

Ce dernier parvient au bout de quelques saisons à faire passer la voiture blanche du fond de peloton à la tête de course. Son secret ? L'aérodynamisme. Le génie britannique se penche sur l'effet de sol et après de nombreux essais, le résultat est là. À la mi-saison, lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, les deux Williams occupent les premiers rôles. Alan Jones signe la pole position avec six dixièmes d'avance sur Jean-Pierre Jabouille.

Le début de la domination



En course, cela se complique puisque la fiabilité fait défaut à l'Australien. Mais, son coéquipier, l'expérimenté Clay Regazzoni prend la tête et s'impose. Williams signe, là, sur ses terres sa première victoire et met fin à des années de galère. La fin de la saison est à l'avantage de l'écurie britannique qui enchaîne les succès, laissant présager un bel avenir.

En 1980, les progrès de la Williams se confirment et Alan Jones poursuit sa domination. Son nouveau coéquipier, Carlos Reutemann s'inscrit lui aussi dans cette dynamique, même si les résultats sont moins fringants. L'Argentin n'obtient qu'une seule victoire contre trois pour l'Australien.

Suite à tous ces résultats, la jeune écurie, remporte au bout de quatre ans seulement son premier titre constructeur lors du Grand Prix d'Italie, à Monza, en 1980. Deux semaines plus tard, Alan Jones décroche au Canada sa seule et unique couronne mondiale. Il conclut même cet événement avec une victoire. Il rééditera même l'exploit lors du dernier Grand Prix, à Watkins Glen, pour glaner son sixième succès de la saison.

S'exprimer

Créez un compte gratuit pour donner votre avis et échanger avec les autres fans de sports automobiles.

Cela prend 30" top chrono

divider graphic

Autres mags magazines

Tous les magazines
Histoire Williams

Dernières aActus F1

Toutes les actualités F1
Haut