Une fin de course façon Bakou 2021, aurait pu être la solution.
Tous les magazines

Édito du GP d'Italie : Ça ne doit pas se terminer ainsi

Logo Mi mini blanc
Rédigé par
© Motors Inside / Romain Mathon. Une fin de course façon Bakou 2021, aurait pu être la solution.
La fin de course a créé une nouvelle fois la polémique avec l'intervention trop longue de la voiture de sécurité.
Décidément, depuis un an, il est devenu compliqué de décerner les vraies règles d'une Safety Car en fin de course. Après l'épisode polémique d'Abou Dhabi 2021, l'intervention de la Mercedes ou l'Aston Martin est souvent critiquée.

Quand ce n'est pas une voiture de sécurité virtuelle interminable qui est mise en place, c'est la véritable voiture qui est mise en cause. Lors du Grand Prix d'Italie, l'abandon tardif de Daniel Ricciardo a nécessité son intervention (tardive). Alors avec quelques boucles encore à parcourir, et une monoplace capricieuse qui ne voulait pas bouger, les chances d'avoir ne serait-ce que trois tours de course s'envolaient.

Cette décision de faire durer la Safety Car a été vivement critiquée sur les réseaux sociaux. Les fans se sont vu voler une fin de course et un affrontement certain entre les deux prétendants au titre. Au final, c'est un passage de la ligne en mode défilé auquel nous avons assisté.

Les huées ont remplacé les acclamations et ont empêché bon nombre de scènes de joie. Après l'épisode du titre 2021, c'est une nouvelle polémique créée par la FIA et les commissaires. Dans cette situation, n'aurait-il pas été plus judicieux d'interrompre la course avec un drapeau rouge, comme l'ont suggéré de nombreux commentateurs ? Une fin de course à rebondissements comme à Bakou l'an dernier aurait pu être stressante, apporter du suspense et des situations imprévues à une course un peu plate.

Certes, elle aurait pu rebattre les cartes et peut-être "voler" une victoire acquise depuis plus de 30 tours à un Max Verstappen. Mais, la course, c'est la course, et les Safety Car comme les relances font partie du jeu. Il aurait été préférable d'avoir cette situation qu'une fin de course morose et sans goût devant des tifosi à 200 % pour pousser un Charles Leclerc qui aurait pu faire retentir le Fratelli d'Italia dans un Monza en feu.

La FIA a, une nouvelle fois, mal géré la fin de course, mais aller dire que la plus grande instance du sport automobile mondial a été payé par Red Bull pour que Max Verstappen conserve sa victoire est une ineptie. Comme si un champion du monde qui s'apprête à le devenir une deuxième fois avait besoin de cela. De plus, avec 11 victoires en 16 Grand Prix, il semble quand même judicieux de rappeler qu'il n'a plus rien à prouver cette année.

S'exprimer

Créez un compte gratuit pour donner votre avis et échanger avec les autres fans de sports automobiles.

Cela prend 30" top chrono

divider graphic

Autres mags magazines

Tous les magazines
Edito Grand Prix d'Italie

Dernières aActus F1

Toutes les actualités F1
Haut