Pierre Gasly en est passé tout proche et a provoqué sa colère. D'autres pilotes ont exprimé leur mécontentement vis-à-vis de la situation.
Tous les magazines

Édito du Grand Prix du Japon : Heureusement que le ridicule ne tue pas

Logo Mi mini blanc
Rédigé pPar
© Mercedes. Pierre Gasly en est passé tout proche et a provoqué sa colère. D'autres pilotes ont exprimé leur mécontentement vis-à-vis de la situation.
Ce Grand Prix a notamment été marqué par un événement inadmissible : la présence d'une grue sur la piste à quelques mètres des pilotes.
La catastrophe n'était pas loin et les instances ne semblent pas vouloir apprendre de leurs erreurs. Ce dimanche, lors du Grand Prix du Japon, les mauvais souvenirs de Suzuka sont revenus dans les têtes de tous les fans.

De la pluie, un accident, une mauvaise visibilité et une grue sur la piste. Fort heureusement, le drame a été évité mais il n'est pas passé loin. Lors de l'accident de Carlos Sainz, la dépanneuse a été dépêchée sur le circuit alors que les monoplaces passaient à quelques mètres d'elles. Une situation qui aurait pu mettre en danger tout le monde.

Si cela a provoqué la colère du paddock et bien au-delà, la FIA qui a encore mis ses œillères, préfère blâmer Pierre Gasly qui roulait trop vite. Messieurs de la plus grande instance du sport automobile, ouvrez vos yeux et rendez vous compte que le Français n'est pas le responsable. Mettre une grue sur la piste avec des monoplaces qui passent à plus de 150 km/h à côté, ce n'est pas pensable.

Aussi, organiser une course au Japon, en plein mois d'octobre, qui est la saison des pluies, typhons et autres phénomènes météorologiques est-ce une bonne idée. On en a payé les frais tragiquement il y a quelques années. La Moto GP est aussi témoin de cette idiotie avec, pour de peu, la non-course du GP de Thaïlande la semaine dernière.

Il serait temps de se poser autour d'une table et analyser une bonne fois pour toutes les erreurs qui ne vont pas dans ce sport merveilleux qu'est la Formule 1. Il devient nécessaire de prendre des décisions sensées pour que cela ne se reproduise plus. Les grues doivent intervenir quand personne n'est sur la piste. Les pays où les pluies sont fréquentes en octobre, on les décales pour éviter d'éventuels non-Grand Prix.

Votre avis

Connectez-vous pour écrire un commentaire

divider graphic

Autres mags magazines

Tous les magazines
Edito Grand Prix du Japon

Dernières aActus F1

Toutes les actualités F1
Haut