Les rétroviseurs pourraient être remplacés par des écrans à l'avenir

La visibilité sur l'arrière est un problème majeur en Formule 1. Les rétroviseurs ne permettent pas aux pilotes de voir correctement, ils sont même parfois placés à des endroits particuliers pour ne pas interférer avec l'aérodynamisme de la monoplace. Une solution plus moderne pourrait bientôt voir le jour.
Logo Mi mini
Rédigé pPar
La bataille à 5 en Autriche cette saison
© Pirelli / La bataille à 5 en Autriche cette saison
Chaque saison, la FIA lutte contre les équipes afin de faire respecter la taille et l'emplacement des rétroviseurs. Les équipes n'hésitent pas à les placer dans des angles spéciaux afin de ne pas gêner le flux aérodynamique autour de la voiture. L'on a ainsi pu voir des concepts étranges qui tenaient plus de l'optimisation aérodynamique que de la sécurité à l'image de la Ferrari à Monaco en 2018.

Déjà présents dans d'autres catégories



La Formule 1 paraît archaïque sur ce point. De nombreuses autres catégories en sport automobile ont adopté des moyens plus modernes pour améliorer la visibilité des pilotes sur l'arrière. Elles ont popularisé l'usage des caméras avec des écrans de retour qui permettent d'avoir une vision plus claire et détaillée de ce qu'il se passe derrière le pilote. Les voitures d'endurance (GT et prototypes) en sont équipées depuis de nombreuses années. Carlos Sainz avait indiqué que les pilotes de Formule 1 ont suggéré cette idée à la FIA en 2018 et qu'elle devrait se pencher sur cette suggestion.

« Nous avons proposé d'avoir des caméras, au lieu d'un simple miroir, ce qu'ils ont dans d'autres catégories, et je pense que la FIA va y jeter un œil. Mais ce n'est pas encore clarifié. »

« Cela vient des pilotes, nous savons que les pilotes d'autres catégories l'ont. Je pense qu'ils l'ont dans le WEC. Cela ne veut pas dire que ça va venir, mais ça pourrait être une option. »

Une intégration complexe en Formule 1



La FIA a approuvé la technologie des caméras servant de rétroviseurs dans de nombreuses catégories mais refuse de l'intégrer en Formule 1. Cela est dû à des raisons pratiques et physiques qui complexifient leur utilisation. Nikolas Tombazis, le directeur technique de la FIA s'est exprimé sur ces contraintes. Il a cité trios raisons qui freinent l'arrivée de ce système en Formule 1.

« La première est qu'il n'y a pas beaucoup d'espace pour un écran de télévision dans le cockpit. Deuxièmement, il est parfois utilisé dans les voitures à cockpit fermé qui ont des conditions plutôt sombres à l'intérieur, vous pouvez voir si vous mettez votre téléphone au soleil, vous ne voulez pas que les conducteurs louchent pour voir s'ils peuvent voir quelque chose. Ensuite, la troisième chose, c'est qu'il y a un temps d'adaptation de votre focalisation d'une distance à une autre distance, ce qui nous inquiète un peu aussi et qu'il faut bien évaluer. »
Votre avis

Connectez-vous pour écrire un commentaire

Pilotes concernés

Haut