La Formule 1 devrait optimiser l'utilisation du DRS selon Ross Brawn

Depuis de nombreuses années, l'avantage que procure le DRS à celui qui en bénéficie est colossal. Pour tenter de résoudre ce problème, la Formule 1 devrait autoriser son utilisation uniquement dans certains cas selon Ross Brawn.
Logo Mi mini
Rédigé pPar
Le DRS est excellent pour les dépassements mais il faudrait optimiser son utilisation pour un spectacle moins prévisible.
© Alfa Romeo F1 Team / Le DRS est excellent pour les dépassements mais il faudrait optimiser son utilisation pour un spectacle moins prévisible.
La Formule 1 veut absolument favoriser les dépassements en piste qui sont devenus difficiles depuis quelques années à cause de l'air déplacé par la voiture qui précède un pilote. La nouvelle réglementation introduite en 2022 a pour objectif de permettre aux pilotes de se suivre plus facilement. Le DRS quant à lui joue toujours un rôle important en permettant à un pilote qui souhaite dépasser de bénéficier d'une vitesse de pointe supérieure.

Une puissance modulable



Les zones de DRS sont un véritable casse-tête pour la Formule 1. En effet elles doivent permettent au pilote de se rapprocher tout en conservant le spectacle. L'effet qui pose le plus de problèmes avec le DRS c'est la longueur de ces zones où il est utilisable. Dans les longues lignes droites favorables à l'aspiration, il permet au pilote qui est en position de chasseur de dépasser sans effort son adversaire. Ces longues zones d'utilisations de cet appendice ont rendu les dépassements trop prévisibles et le spectacle en piste n'est plus aussi impressionnant.

« Je pense que nous ne devrions pas avoir peur de limiter le DRS sur des circuits comme Monza, parce que ça ressemble un peu à "vous vous mettez derrière quelqu'un, vous appuyez sur un bouton, vous dépassez". C'est un genre de rituel, n'est-ce pas ? Ce n'est pas très impressionnant. Et donc nous ne devrions pas avoir peur de réduire l'utilisation du DRS quand il s'avère clairement trop puissant », déclarait Ross Brawn.

Le DRS reste cependant un paramètre indissociable de la Formule 1 moderne car il permet à ces voitures complexes de se dépasser plus facilement. Il ne faut pas le retirer des monoplaces actuelles mais optimiser son utilisation afin d'avoir un spectacle en piste plus "naturel".

« Je pense que le DRS est un outil utile lorsque nous voulons mettre des voitures sur le dos des autres, et pour qu'elles puissent se placer côte à côte dans un virage pour avoir une bataille roue contre roue. Il faut juste une utilisation judicieuse du DRS. C'est ce dont nous avons besoin », pense Ross Brawn.
Votre avis

Connectez-vous pour écrire un commentaire

Haut