La relation entre Hamilton et Mercedes à été mise à l'épreuve en 2022

Après 10 ans de relation entre Mercedes et le pilote anglais, marqué par de nombreux titres, 2022 a été une saison difficile pour les deux parties à cause d’une monoplace W13 mal aboutie et une concurrence accrue avec George Russell en coéquipier.
Logo Mi mini
Rédigé pPar
Après la course de Bakou en 2022, Hamilton souffrait fortement au dos à cause du marsouinage.
© Mercedes / Après la course de Bakou en 2022, Hamilton souffrait fortement au dos à cause du marsouinage.
Après la défaite de 2021, Lewis Hamilton avait à cœur de prendre sa revanche face à Max Verstappen.

Mais la monoplace développée par la marque à l’étoile de l’an passée donnait particulièrement, sur la première partie de saison, de grosses difficultés aux pilotes et à l’équipe. La cause principale fut sans aucun doute le marsouinage qui mit plusieurs mois à être contrôlé, réduisant rapidement les espoirs de reconquête du titre.

Une période que Andrew Shovlin, directeur de l'ingénierie chez Mercedes, décrit comme particulièrement difficile avec l’équipe et Hamilton qui cherchait des réponses à tous leurs problèmes.

« Au début de l'année, il n'y a aucun doute, que vous parliez de la relation entre Toto et l'équipe d'ingénierie ou de la relation entre l'équipe d'ingénierie et Lewis, il y avait beaucoup de stress, de pression et d'anxiété, et des conversations difficiles, parce que nous n'avions tout simplement pas fait un assez bon travail. »

« Je pense que pour Lewis, c'était particulièrement difficile après 2021. Il savait qu'il voulait être au maximum poir réagir en 2022 et nous n'avons pas été capables de lui donner une voiture qui lui permette de jouer ce rôle. Et c'était vraiment une période difficile. Mais je pense que le processus a été un mal pour un bien pour l’équipe. »

« L'un des plus grands défis que nous avons eu était de rester soudés et de travailler ensemble, ce que nous nous sommes bien sortis et je pense que l'expérience nous servira plus tard. »

« Les voitures difficiles comme celle-là, après une série de succès, sont assez difficiles à gérer pour une équipe et c'est une question de travail : Qu'est-ce que vous faites de bien en tant qu'organisation et qui doit être conservé, versus ce que vous faites moins bien et que vous devez changer ? Et ça, encore une fois, c'est un processus que nous avons suivi pendant une bonne partie de l'année. »

Shovlin indique qu’à certains moments les points de tension étaient extrêmes, mais que cela a permis à l’équipe et Hamilton de correctement se positionner pour l’avenir.

« Il y avait des points difficiles où nous savons que la voiture que nous leur avons donné à Bakou, à Montréal, à Imola et toutes ces courses - elle était à la limite du dangereux » , a-t-il affirmé.

« Et cela concentre votre attention pour vous assurer de ne pas continuer de la sorte afin de leur donner du bon materiel pour courir à nouveau. »

« Toute l'équipe a vécu beaucoup de choses avec Lewis, et c'est formidable d'avoir un pilote aussi expérimenté alors que nous avons eu une année aussi difficile. Avec un peu de chance, nous avons maintenant surmonté le pire de ce défi et nous pouvons passer au prochain défi, qui est, je l'espère, de nous battre pour revenir à l'avant et nous battre pour les championnats. »

En 2023, l’écurie Mercedes tentera de retrouver les sommets en se mêlant à la lutte aux côtés de Ferrari et Red Bull. Reste à savoir si ils auront corrigé tous les défauts sur la nouvelle W14, dévoilée le 15 février prochain.
Votre avis

Connectez-vous pour écrire un commentaire

Pilotes concernés

Haut