Lance Stroll raconte son chemin vers la guérison

F1. Deux semaines après son accident, Lance Stroll a disputé le Grand Prix de Bahreïn dans la douleur mais termine tout de même sixième et marque ainsi ses premiers points de la saison. Il raconte sa convalescence.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Lance Stroll portait encore les pansements de son opération ce week-end à Bahreïn
© Motors Inside / Romain Mathon / Lance Stroll portait encore les pansements de son opération ce week-end à Bahreïn

Le canadien avait chuté de vélo le 20 février dernier, trois jours avant le début des essais de pré-saison qu’il avait, de fait, manqué. Avec un poignet et un orteil cassés qui lui ont valu un séjour à l’hôpital, les médecins ne se sont d’abord pas montrés rassurants concernant son habilité à participer à la première course de la saison.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

« Les médecins me disaient que je reviendrais peut-être en Australie, peut-être à Bakou, et oui, la lumière au bout du tunnel était très difficile à voir, » raconte t-il pour la F1.

C’est alors une véritable course contre la montre qui débute. Le pilote Aston Martin a bénéficié de plusieurs heures de soins quotidiens pour être capable de conduire à Bahreïn.

« Mais j'ai eu une équipe médicale incroyable qui m'a aidé tout au long du chemin, mon ostéopathe Henry Howe qui était avec moi dix heures par jour, le chirurgien en Espagne, le Dr Xavier Mir, sans qui je ne serais pas ici, Rob Madden au Royaume-Uni... il y a une liste de personnes que je pourrais nommer et sans qui je ne serais pas ici, donc un énorme merci à eux, et bravo à tout le monde à l'usine pour construire cette voiture incroyable qui est un plaisir à conduire. »

Déclaré apte à conduire, Stroll s’est finalement retrouvé au volant vendredi pour les essais libres. Néanmoins, il est apparu incapable de sortir de sa monoplace tout seul et les caméras embarquées ont également montré qu’il avait du mal à piloter, ce qui a une nouvelle fois levé des doutes quant à sa participation à la course. C’est donc dans la souffrance qu’il a prit la piste dimanche. Il termine finalement sixième, non sans mal.

« La douleur, j'avais mal, » a-t-il avoué en marge du Grand Prix. « Mais je me suis battu à la fin en pensant seulement à prendre ces points, ça fait du bien. »

Il lui reste maintenant deux semaines pour continuer sa convalescence avant le prochain week-end de course qui aura lieu en Arabie saoudite du 17 au 19 mars.

« Mon poignet droit est de plus en plus solide chaque jour, il gagne en mobilité, celui sur lequel j'ai été opéré, mon poignet gauche, a deux fractures très fines, donc il devrait s'améliorer et le médecin a dit qu'il devrait être stable pour ce week-end.

Ensuite, il faut juste gérer la douleur et ça devrait s'améliorer au cours des deux prochaines semaines. J'espère que je me sentirai beaucoup mieux à Djeddah »

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Grand Prix de Bahreïn

Plus d'actualités

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut