Carlos Sainz revient sur le difficile début de saison de Ferrari

F1. Alors que le début de saison 2023 de Ferrari est bien plus difficile que prévu, Carlos Sainz revient sur les premiers Grand Prix. Outre les difficultés et les faux espoirs, il révèle se sentir plus à l'aise qu'en 2022 et constate déjà l'énorme travail réalisé à Maranello.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Carlos Sainz au volant de sa Ferrari capricieuse à Miami
© Ferrari / Carlos Sainz au volant de sa Ferrari capricieuse à Miami

Par rapport à 2022, le début de saison de Ferrari n’a pas été idéal, pour ne pas dire en deçà des attentes. Vice-champion du championnat du monde des constructeurs et souvent à la bataille pour la première place en 2022, Ferrari et ses pilotes espéraient au moins reproduire cette performance si ce n’est faire mieux. Pourtant, la réalité est tout autre.

Motors Inside sans pub ?

Pour Carlos Sainz, un espoir envolé

Lors du révélation de la SF-23, les pilotes Ferrari étaient heureux, contents de retrouver une voiture qui s’annonçait déjà performante. Mais dès la première course et jusqu’à Miami, le début de saison a davantage été synonyme de cauchemar.

« Cela a été plus difficile que n'importe quelle autre année » a déclaré Carlos Sainz à The Race. « J'ai eu l'impression que 2022 était un peu un retour au sommet pour Ferrari. Et j'ai l'impression que nous nous attendions tous à nous battre au moins à un niveau similaire. »

« Pas seulement moi, mais toute l'équipe avait cet espoir, cette attente. Et se retrouver soudainement à plus d'une demi-seconde de la Red Bull a été difficile à gérer. »

Carlos Sainz sonné par l’écart avec Red Bull

Comme Mercedes et toutes les autres écuries du plateau, Carlos Sainz ne réalise toujours pas l'avance de Red Bull en termes de performance. Après une saison 2022 souvent au coude-à-coude, Sainz ne s'attendait pas à un tel écart.

« Le fait d'être quatrième au classement des constructeurs ou cinquième ou sixième au classement des pilotes ne me fait pas tellement de mal, c'est plutôt l'écart avec Red Bull qui me fait mal » affirme Sainz.

« C'est la rapidité de la Red Bull cette année qui nous a surpris. Et comment elle nous a pris par surprise. Nous ne sommes pas les seuls, je pense que Mercedes et Aston Martin ne s'attendraient jamais à avoir l'écart qu'elles ont. »

« Si maintenant nous étions quatrième au classement des constructeurs, mais que nous savions que chaque week-end nous avons une chance de faire une pole et de gagner une course, ce serait plus facile à accepter. »

Au volant de sa Ferrari déséquilibrée, Sainz se sent toutefois plus à l’aise

Tout en rappelant la difficulté de piloter sa SF-23, Carlos Sainz a précisé que par rapport à 2022, il se sentait plus en confiance et était capable de s’apprivoiser cette monoplace.

« En ce moment, nous nous battons un peu avec l'imprévisibilité, avec une voiture très délicate, ce qui rend l'enchaînement des tours en qualifications, le rythme de course, les conditions changeantes, l'usure des pneus, le vent, très, très délicats à prévoir et très délicats à adapter. »

« Mis à part cela, j'ai l'impression de comprendre comment je dois conduire cette génération de voitures, je comprends comment je veux régler la voiture à mon goût, ou du moins cette génération de voitures à mon goût. Et cela me laisse moins de variables à prendre en compte avant un week-end de course » a déclaré l’espagnol.

« J'ai l'impression que même si la voiture est peut-être encore plus délicate que l'année dernière, je la comprends mieux. Et je peux régler et conduire la voiture à ma façon. »

Un travail important à Maranello pour rebondir

Pour rattraper ce retard sur Red Bull et revenir dans la course à la victoire, le travail sur la monoplace à Maranello est plus que nécessaire, et déjà en œuvre.

« La quantité de travail en cours à Maranello avec le plan de développement est énorme. Le plus difficile, c'est d'essayer de faire en sorte que toute l'usine soit alignée et motivée pour la prochaine étape » a déclaré Sainz.

La clé, c’est le développement. Déjà entamé avec une mise à jour à Miami au niveau du plancher et du diffuseur, le développement devrait se poursuivre durant les Grand Prix européens, notamment en Espagne. Face à cela, Carlos Sainz préfère rester calme : Ferrari connaît ses points faibles et devrait être en mesure d’y remédier.

« Après les premières courses, nous avons également identifié des faiblesses très claires dans notre package, même par rapport à l'année dernière. »

« C'est pourquoi je suis assez calme, car j'ai l'impression que nous avons identifié les faiblesses par rapport à l'année dernière, mais aussi que nous avons une idée de la direction que nous devons suivre dans le développement » a-t-il dit.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Pilotes concernés

Carlos Sainz Jr.

Plus d'actualités

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut