2023 : Où en sont les rookies ?

F1. Trois rookies ont plongé dans le grand bain de la Formule 1 cette année. Après 12 week-ends de course, l'un a déjà été évincé et les deux autres poursuivent leur apprentissage, dans des sphères différentes.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
A la peine, Nyck de Vries a déjà rendu son baquet après 10 GP comme titulaire.
© MotorsIinside / A la peine, Nyck de Vries a déjà rendu son baquet après 10 GP comme titulaire.

La Formule 1 est une jungle, où s’imposer en tant que nouveau n’est pas chose aisée. Une chose est sûre, les plus grands pilotes ont pour beaucoup été d’excellents rookies. Michael Schumacher ou encore Lewis Hamilton par exemple ont tous deux fait des très grosses impressions dès leurs premières saisons. L’allemand avec trois podiums sur ses quatre premiers GP puis une victoire à Spa (en 1992, car il n'a fait que les six derniers GP en 1991) et le Britannique avec quatre succès comme rookie et une deuxième place au championnat du monde à un point du vainqueur Räikkönen

Motors Inside sans pub ?

Mais tout le monde n’a pas le talent ni le destin de ces immenses champions et évidemment pas la chance de piloter la meilleure voiture. Et bien souvent les nouveaux venus peinent à sortir du lot. Si ces dernières années Charles Leclerc, George Russell, Lando Norris ou dans une moindre mesure Alexander Albon ont su s’imposer, les exemples de pilotes qui ne se sont pas stabilisés sur le long terme sont nombreux. Mick Schumacher, Nikita Mazepin par exemple n’ont tenu qu’une à deux saisons.

Cette année offrait un cru de trois nouveaux pilotes, tandis que la saison passée seul Zhou Guanyu était novice. L’américain Logan Sargeant, quatrième du championnat de Formule 2 en 2022, a rejoint Williams. Nyck de Vries a lui prit un baquet chez AlphaTauri après avoir séduit sur le GP d’Italie l’année passée en remplacement d’Alex Albon (Williams). Enfin, la pépite australienne Oscar Piastri, champion du monde de Formula Renault Eurocup en 2019 puis de F3 et F2 les années suivantes, est arrivée chez McLaren.

de Vries, 10 GP et puis s'en va

Après la première moitié de la saison, les rookies ont déjà perdu un élément en cours de route. Le malheureux Nyck de Vries, a subi la dure loi d’Helmut Marko. Avec zéro point inscrit et un duel face à son équipier Yuki Tsunoda largement en sa défaveur, le champion du monde de F2 a été remercié par la maison mère Red Bull qui a préféré installer l’expérimenté Ricciardo à sa place.

Restent désormais Sargeant et Piastri. À 22 ans tous les deux, ils connaissent des fortunes assez différentes cette saison. L’Américain apprend, mais reste tout de même cantonné au bas de tableau, en qualification comme en course. Deux Q2 et aucune Q3, mais surtout aucun point marqué au championnat du monde. Si Sargeant n’a évidemment pas la meilleure monoplace de la grille, la Williams est dotée d’une belle vitesse de pointe et est emmenée régulièrement plus loin en qualifications et plus proche des points, voire en fin de top 10, par son coéquipier Alexander Albon. Rien d’incompréhensible ou d’alarmant pour le Floridien, qui a connu ses meilleurs résultats récemment avec une 13e place en Autriche et une 11e à Silverstone.

Malgré un DNF le dimanche, Oscar Piastri a une nouvelle fois brillé à Spa, finissant 2e du sprint

© Motors Inside/ Malgré un DNF le dimanche, Oscar Piastri a une nouvelle fois brillé à Spa, finissant 2e du sprint

Mais de son côté, Oscar Piastri va un peu plus vite. Considéré comme le prochain grand prodige et attendu par beaucoup en F1 ces dernières années, il s'est rapproché des meilleurs ces dernières semaines. Lui, qui faisait partie du giron Alpine jusqu’à l’année passée, a rejoint Lando Norris (23 ans) pour former un duo jeune, mais bourré de talent chez McLaren.

Piastri, destin doré ?

À l’image de son écurie, son début a été plutôt timide, mais après les modifications apportées sur la MCL60, les Oranges se sont relancés et le rookie s’est offert trois top 5 consécutifs en qualifications sur les trois derniers Grand Prix ainsi qu’une 4e et une 5e place en course à Silverstone et au Hungaroring. Relancée, l’écurie de Woking est confortablement installée à la cinquième place des constructeurs, devant Alpine.

Piastri impressionne. Il donne satisfaction à ses dirigeants et a les dents de plus en plus longues. Le natif de Melbourne s’est même offert ses premiers tours en tête en Formule 1 sur le sprint de Spa le week-end dernier. Parti deuxième le samedi, il a profité du déclassement de Verstappen pour partir de la cinquième place le lendemain. Hormis sur le Grand Prix où il a dû abandonner après un contact dès le premier tour, il s’est positionné devant Norris tout le week-end.
De quoi se frotter les mains pour McLaren, qui tient assurément deux hommes qui rapporteront de très gros points sur la seconde partie de saison.  

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Pilotes concernés

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut