La Formule 1 étudie des solutions contre la baisse d'appui généré par les évolutions aérodynamiques

F1. La FIA étudie solutions règlementaires pour 2025, alors que les pilotes de F1 se plaignent régulièrement de la difficulté à se dépasser cette saison.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
LA FIA devrait mettre en place de nouvelles règles en 2025.
© Motors Inside / LA FIA devrait mettre en place de nouvelles règles en 2025.

Cette saison, plusieurs pilotes ont exprimé leur mécontentement face aux difficultés à dépasser en Formule 1. Un sentiment qui ne peut pas plaire aux instances dirigeantes qui cherchent à générer du spectacle. Après le retour de l’effet de sol en 2022, il est devenu cette année beaucoup plus difficile de suivre la monoplace qui les précède, selon l’avis général des pilotes.

Motors Inside sans pub ?

L'effet de sol, de moins en moins avantageux ?

 

A l’heure actuelle, la Fédération Internationale de l’Automobile évaluerait des solutions pour 2025, car après analyse, les monoplaces à effet de sol actuelles ont perdu 50 % des gains obtenus en 2022 en termes de perte de force d'appui que les voitures subissent quand elles se suivent de près.
Le responsable du département monoplaces Nikolas Tombazis s’est exprimé récemment à ce sujet dans l’édition italienne d’Autosport. « Si nous prenons les voitures de F1 de 2021, en se basant sur le fait qu'elles étaient à deux longueurs de la voiture qui les précédait, elles perdaient plus de 50 % de la charge aérodynamique », a-t-il expliqué. « En 2022, la réduction de la charge n'était que de 20 %. Aujourd'hui, nous en sommes à environ 35 %. Il y a certainement eu une aggravation et, sur ce point, Carlos a raison », dit-il en réaction aux propos de Carlos Sainz après le GP d’Italie, qui expliquait que « cela commence à devenir un peu comme 2021 ou 2020, il est difficile de suivre. »

"Nous avons identifié certaines parties des voitures sur lesquelles agir"

« Il est clair que nous n'avons plus l'avantage de 2022 », admet Tombazis, ancien ingénieur pour Ferrari et McLaren notamment. Effectivement, le retour de l’effet de sol au début de la saison dernière devait faciliter les duels, or les évolutions apportées par chaque équipe depuis ont fait déjouer cela.
« Nous étudions des solutions pour 2025 », a déclaré l’ingénieur grec, car toutes les équipes ayant mis en place beaucoup de moyens pour les voitures de l'année prochaine, la FIA estime qu'il serait injuste d'imposer des changements de règlement pour 2024.


Pour ce qui est des solutions, Nikolas Tombazis a expliqué la direction à prendre : « Nous étudions des solutions pour 2025 », a-t-il expliqué. « Nous avons identifié certaines parties des voitures sur lesquelles agir, comme la plaque d'extrémité de l'aile avant, le côté du plancher et les ailettes à l'intérieur des roues. Nous pourrions établir des règles un peu plus restrictives dans ces domaines. »

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Pilotes concernés

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut