Faites partie de l'équipe

Nous privilégions la qualité et l'expérience de lecture. Bénéficiez de nos contenus premiums et d'une expérience plus rapide et sans publicités.

Voir les avantagesDécouvrir les abonnements
Sans engagement
A partir de 4€ / mois

Grand Prix du Japon - Le Top / Flop de la rédaction

F1. Max Verstappen et Red Bull se sont une nouvelle fois offert un cavalier seul ce dimanche à Suzuka, octroyant au passage le titre constructeur à la marque autrichienne. Voici le Top / Flop de la rédaction de ce Grand Prix du Japon.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Les pilotes McLaren en pleine bourre ce week-end à Suzuka.
© Pirelli / Les pilotes McLaren en pleine bourre ce week-end à Suzuka.

Le TOP 3 :

1.McLaren, la confirmation du retour aux affaires

Nulle part en début de ce saison, l'écurie de Woking est la véritable sensation de cette deuxième partie d'année. Depuis Silverstone, McLaren est de retour à la lutte pour les gros points et ce week-end, l'écurie britannique était même la deuxième force du plateau derrière l'intouchable Red Bull.

Deuxième et troisième en qualifications, les Orange ont terminé aux même position à l'arrivée de ce Grand Prix non sans avoir fait douter Verstappen au départ. Un Lando Norris retrouvé au volant d'une machine beaucoup plus véloce emmène avec lui un Oscar Piastri étincelant pour sa première année dans la catégorie. Le jeune australien s'est même offert son premier vrai podium au Japon ce dimanche après celui de la course sprint obtenu à Spaqui lui a d'ailleurs valu le titre de pilote du jour.

Un beau tir groupé qui peut permettre à l'écurie de rêver à la quatrième place du championnat du monde constructeurs où Fernando Alonso tente tant bien que mal de maintenir une écurie Aston Martin en perte de vitesse.

2. Dépassements de prestige et combats magnifiques : Hamilton et Mercedes ont fait le spectacle

Trop loin de la lutte pour espérer le podium sur ce Grand Prix, les pilotes Mercedes se sont néanmoins distingués à nouveau ce dimanche en terres japonaises. En effet, comme à son habitude, l'écurie allemande a tenu à laisser ses pilotes se battre ce qui nous a valu un spectacle de grande qualité, dans un Grand Prix assez terne à ce niveau.

Et à ce petit jeu, c'est Lewis Hamilton qui a pris l'avantage sur son coéquipier George Russell. Le septuple Champion du monde s'est par ailleurs illustré par le plus beau dépassement de ce Grand Prix dans l'ultra rapide virage du 130R sur un certain Fernando Alonso.

3. Verstappen sans concurrence...

Il serait réducteur d'attribuer tous les mérites d'une telle performance tout au long d'une année uniquement à la machine, aussi puissante soit elle. Une nouvelle fois ce week-end, Max Verstappen a marché sur la concurrence en s'octroyant une 13ème victoire cette saison.

Dès le samedi, le Néerlandais mettait tout le monde d'accord en allant signer une large pole position devant de pourtant vaillant pilotes McLaren. Si au départ, le double champion du monde a bien failli se faire surprendre par ses jeunes camarades aux dents acérées, il a su conserver sa première position pour ne plus jamais la lâcher.

Cette nouvelle victoire permet à Red Bull de décrocher le titre de champion des constructeurs pour la sixième fois de son histoire. Un cocktail surpuissant.

Le FLOP 3

1. ... Donc un suspense et un intérêt aux abonnés absents !

C'est indéniable, la domination de Verstappen et Red Bull est telle que cela fait presque plus de mal que de bien à la F1. En effet, si les dominations ont toujours marqué la Formule 1, la concurrence était toujours un minimum présente durant la saison, qu'elle soit interne à une équipe dominante entre coéquipiers ou externe avec une ou plusieurs autres écuries.

Or cette année, si l'on excepte le couac de Singapour et les trois premiers Grand Prix où Sergio Pérez faisait encore illusion, Max Verstappen et Red Bull sont absolument écœurant de facilité, preuve en a encore été ce week-end. Les bagarres sont bien présentes au sein du peloton mais la lutte pour la victoire devrait à minima être plus régulière plutôt que de se résumer à un Grand Prix par an.

La solution miracle n'existe pas mais le fait est que les aficionados de la catégorie reine sont pour la plupart sur la même longueur d'ondes. Ce qui n'enlève en rien le travail exceptionnel réalisé par l'écurie autrichienne avec son champion. Mais le constat est là, le suspense a disparu en Formule 1.

2. Mais où est passé le vrai Sergio Pérez ?

Qu'il semble loin le temps où l'on se prêtait à croire à une lutte fratricide entre le double champion du monde en titre et son coéquipier Mexicain. Depuis son crash en qualifications à Monaco où il semblait à l'aise, Sergio Pérez est tout simplement méconnaissable.

Souvent éliminé avant la Q3, auteur d'erreurs innombrables et ne se montrant pas le meilleur des autres derrière Verstappen avec pourtant la même monoplace, Checo est en perte de vitesse. Ce Grand Prix résume à lui seul sa lente descente aux enfers : 5ème sur la grille derrière les McLaren et Charles Leclerc, il prend un départ moyen et percute une première fois Lewis Hamilton dès le début de course ce qui lui vaudra un passage au stand pour changement d'aileron.

Reparti en fond de grille sous régime de Safety car, il se rend coupable de dépassements sous ce régime en accélérant trop à la sortie des stands, ce qui lui vaut une pénalité de 5 secondes. Avant une nouvelle fois de se montrer sous son mauvais jour en allant percuter Magnussen à l'épingle et en étant contraint à l'abandon en repassant par la voie des stands.

Le synonyme parfait du désastre.

3. Sargeant, ça commence à faire beaucoup

Lui aussi est au centre des attentions tant ses erreurs sont nombreuses. Non assuré de conserver son baquet au sein d'une écurie Williams qui poursuit peu à peu sa reconstruction autour de son coéquipier Albon, Logan Sargeant tente de prouver qu'il mérite de garder son volant. Problème : le pilote américain surconduit beaucoup trop et met beaucoup trop souvent sa monoplace dans les graviers voire dans le mur.

Exemple parfait sur ce Grand Prix où l'Américain s'est crashé en qualifications avant d'envoyer Bottas dans le décor en course à la relance en course, ruinant ses espoirs de bon résultat avec une pénalitéet le contraignant à abandonner à la mi-course.

Les candidats pour son baquet ne manquant pas, il est urgent pour Sargeant de réaliser une performance référence. A moins que cela ne soit déjà trop tard ?

La prochaine manche du calendrier de la Formule 1 sera à suivre dans 15 jours à Losail avec le Grand Prix du Qatar.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :
- 20+ déplacements / saison à travers le monde (F1, WEC, Karting),
- Des journalistes et des photographes,
- Du contenu de qualité depuis 2007,
- Des reportages, insides et des interviews exclusives.

Voir les avantages

Pilotes concernés

Grand Prix du Japon

Plus d'actualités

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :
- 20+ déplacements / saison à travers le monde (F1, WEC, Karting),
- Des journalistes et des photographes,
- Du contenu de qualité depuis 2007,
- Des reportages, insides et des interviews exclusives.

Voir les avantages
Sans engagement, à partir de 4€ / mois

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut