La belle bataille Alonso/Perez a animé le Grand Prix de São Paulo (vidéo)

F1. Le Grand Prix de São Paulo n'a pas échappé au réalisme chirurgical de Max Verstappen, qui n'a pas laissé place à la surprise. Un Grand Prix qui a cependant été très intéressant à suivre sur les derniers tours avec un duel au sommet entre le pilote Aston Martin, Fernando Alonso, et le pilote Red Bull, Sergio Pérez. Les deux pilotes se sont livrés une bataille acharnée pour la dernière marche du podium, étant séparé de seulement 0,053 seconde à l'arrivée.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
8ème podium de la saison pour Fernando Alonso au Grand Prix de São Paulo
© Motors Inside - Remy Midez / 8ème podium de la saison pour Fernando Alonso au Grand Prix de São Paulo

Fernando Alonso a déclaré que défendre Sergio Pérez lors du Grand Prix São de Paulo était plus difficile que de tenir Michael Schumacher à distance lors du Grand Prix de Saint-Marin 2005. Une remarque qui en dit long sur l'intensité du duel qui a animé les derniers tours du Grand Prix de São Paulo. « C'était plus facile en 2005. Pas de DRS, donc c'était probablement un peu plus facile. Maintenant, avec le DRS, cela semble un peu différent et vous devez également jouer un peu différemment ».

Motors Inside sans pub ?

Un combat des nerfs, qui a forcé Alonso à s'armer de patience et à user de toute son expérience pour venir à bout de Perez. « Oui, pour moi, cela faisait environ 30 tours que j'avais la pression de Checo, mais oui, quand il m'a dépassé, à deux tours de la fin, je me suis dit que monter sur le podium n'était plus possible ».

« Mais ensuite, il a freiné un peu tard dans le virage 1 et je me suis dit qu'il fallait foncer dans le virage 4 », avant de rajouter que « C'est un résultat phénoménal pour l'équipe. Cela fait déjà quelques mois que nous sommes en difficulté, notamment sur les deux dernières épreuves avec deux abandons ».

Un duel au sommet entre l'espagnol et le mexicain, tellement serré qu'il y a dû avoir une photo-finish pour savoir qui avait franchi la ligne en 3ème et 4ème position. Un écart de 0,053 seconde, qui se joue sur des détails infimes. Des détails qui n'en restent pour le moins pas un hasard, comme l'explique Alonso en conférence de presse. « En étant devant, vous avez un avantage en matière d'adhérence dans les trois derniers virages, je m'assurais juste de ne pas commettre d'erreurs dans ces trois virages, car Checo se rapprocherait trop ».

« J'ai utilisé de l'énergie dans les lignes droites pour ne pas lui donner de chance. J'ai changé mes trajectoires, je ne voulais pas toujours faire les mêmes. Parfois à l'intérieur, parfois à l'extérieur, pour que ce ne soit pas une direction claire pour lui et qu'il cherche l'aspiration. J'essayais de générer des turbulences sur son aileron avant ».

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Pilotes concernés

Grand Prix de São Paulo

Plus d'actualités

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut