Ross Brawn avoue que la F1 n'avait pas anticipé les températures basses de Las Vegas

F1. Le Grand Prix de Las Vegas va se tenir ce samedi à 22h, heure locale. En novembre, les températures nocturnes de la ''capitale du jeu'' peuvent descendre jusqu'à 4 ou 5°C. Ross Brawn a affirmé, lors d'une interview à la radio talkSPORT, que la F1 n'a pas anticipé ces faibles températures.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Ross Brawn a expliqué dans une interview que la Formule 1 n'avait pas prévue des températures aussi basses que celles de Las Vegas pour la tenue du Grand Prix.
© lasvegaslocality / Ross Brawn a expliqué dans une interview que la Formule 1 n'avait pas prévue des températures aussi basses que celles de Las Vegas pour la tenue du Grand Prix.

Les faibles températures nocturnes de Las Vegas auraient été sous-estimées par la F1. Ross Brawn, ancien directeur général de la F1 jusqu'en 2022, va dans ce sens. Le Britannique était encore en poste lorsque la F1 a officialisé le retour du Grand Prix de Las Vegas au calendrier pour la première fois depuis 1982.

Motors Inside sans pub ?

Le Grand Prix de Las Vegas aura lieu ce samedi soir à 22h, pour être diffusé à 7h du matin en France. En plein mois de novembre, les températures de la ville du Nevada peuvent descendre jusqu'à 4-5°C. Si le manufacturier Pirelli a trouvé une parade face à ces températures, en apportant sa gamme de pneus la plus tendre pour ce week-end de course, la FOM n'a pas anticipé ce froid automnal. Lors d'une interview, accordée à la radio talkSPORT, l'ancien ingénieur a déclaré : « La seule chose que nous n’avions pas envisagée au départ, mais que le fabricant de pneus a gérée, c’est qu’il fait très, très froid la nuit. Donc, quand la course a lieu, c’est-à-dire samedi soir, on sait qu’il descend à trois ou quatre degrés. »

« Il peut donc faire très froid et, bien sûr, faire fonctionner les voitures à ces températures peut être un défi. Les fabricants de pneus ont fait un travail pour s’assurer que les pneus peuvent faire face à cela. Nous sommes certainement confrontés à de nouveaux défis que nous n’avons jamais rencontrés auparavant, mais je pense que ce sera spectaculaire », a poursuivi Ross Brawn.

Quelles conséquences pour la course ?

« Cela dépendra exactement du froid. Parce que si la piste est en baisse à un chiffre, c’est souvent une région où vous faites des essais hivernaux. Vous faites un relais, c’est très difficile pour les pneus de les allumer, ou il peut y avoir du graining et d’autres choses. Et puis parfois, vous attendez juste qu’il se réchauffe un peu. Donc, le fait de devoir courir et se qualifier dans ces conditions, ce sera intéressant. Vous essayez simplement d’identifier les risques avec le nouveau circuit, de déterminer quelles seront vos éventualités, si vous avez besoin d’une spécification spécifique de la voiture pour y faire face. Et c’est ce que nous vivons en ce moment », a détaillé Ross Brawn à talkSPORT.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut