Faites partie de l'équipe

Nous privilégions la qualité et l'expérience de lecture. Bénéficiez de nos contenus premiums et d'une expérience plus rapide et sans publicités.

Voir les avantagesDécouvrir les abonnements
Sans engagement
A partir de 4€ / mois

Christian Horner est convaincu que le Grand Prix de Miami a été « un coup dur psychologique » pour Sergio Perez

F1. Alors que les deux pilotes se battaient au championnat à Miami, la victoire de Max Verstappen a influencé la suite de la saison de Perez. Alors qu'on le pensait capable de concurrencer le Néerlandais.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Sergio Perez a terminé pour la première fois vice-champion du Monde en carrière
© Red Bull / Sergio Perez a terminé pour la première fois vice-champion du Monde en carrière

Et si la saison avait basculé dimanche 7 mai ? Au vu du scénario de 2023 après le Grand Prix de Miami, il y a fort à parier que cette troisième victoire de Max Verstappen a eu de lourdes conséquences. Au moment d’entamer le 5e Grand Prix de la saison, les deux pilotes Red Bull sont aux coude à coude. Sergio Perez possède un retard de six points sur son coéquipier. Le Mexicain et Max Verstappen se sont partagé les quatre premières victoires, tous deux avec leur propre style de pilotage et de façon très solide.

À l'issue de la séance de qualifications à Miami, le destin semble sourire à Sergio Perez. Alors que le pilote de 33 ans avait signé le meilleur temps en Q3, Charles Leclerc a commis une erreur, s’écrasant en toute fin de séance. Les pilotes ne peuvent plus améliorer leur temps. Max Verstappen, qui avait commis une erreur, se retrouve bloqué 9e sur la grille. Sergio Perez partira de la pole.

La course du dimanche a été cauchemardesque pour Sergio Perez. Les deux équipiers, distancés par huit monoplaces, optèrent pour une stratégie radicalement différente. Pour Max Verstappen, l'objectif est un seul arrêt tandis que pour le Mexicain, l'équipe a privilégié la stratégie pneumatique prônée par Pirelli.

La contre-stratégie de Max Verstappen a finalement été plus que payante. Malgré son retard au départ du Grand Prix, peu de temps après la mi-course et son seul et unique arrêt au stand, le triple champion du Monde va réussir à dépasser son coéquipier.

La stratégie choisie par le camp de Sergio Perez ne permit pas de couvrir celle du Néerlandais et la course devint un calvaire pour lui. Max Verstappen franchit la ligne d'arrivée 11.987 secondes avant son coéquipier. Le rythme du pilote de 27 ans en piste met une claque à celui de Sergio Perez.

Un résultat difficile à accepter

Après ce Grand Prix, tout a semblé plus compliqué pour Sergio Perez. Alors qu'il semblait en mesure de se battre pour le championnat, son coéquipier a surpassé son rythme en partant du milieu de la grille. « Les quatre ou cinq premières courses, il était très, très fort », a déclaré Christian Horner dans les colonnes d'Autosport.

« C’est vraiment après Miami que je pense que cela a été un coup dur psychologique pour lui de perdre cette course. Après cela, il fait une erreur à Monaco en Q1. La confiance est une chose vitale dans ce sport et je pense que cet élan a été touché parce que ses courses en Arabie Saoudite et en Azerbaïdjan étaient vraiment exceptionnelles. En Azerbaïdjan, il réalise le doublé. Puis quand nous sommes retournés en Europe, cela a commencé à se détériorer pour lui et il y a eu des hauts et des bas. »

Si sur certaines courses le dimanche Sergio Perez a montré du mieux après Monaco, les erreurs commises en qualifications n'ont pas aidé le pilote à regagner de la confiance. « Il a fait une course brillante à Monza, et a fait les bons choix à Zandvoort sur le mouillé », a expliqué le directeur de Red Bull. « Puis malheureusement, des erreurs ont commencé à se multiplier à mesure qu'il se mettait davantage de pression. Mais ce qui est positif, c’est qu’il a retrouvé sa forme à la fin de la saison. Et puis il termine vice-champion du monde, ce qu'il n'avait jamais réussi à faire. »

Après le Grand Prix d’Azerbaïdjan, Sergio Perez n'a plus remporté de course ni de sprint. La partie la plus délicate de la saison s'est tenue de Monaco (mai) jusqu'au Brésil (novembre). Pendant cette période, si le Mexicain a tout de même réalisé de bons dimanches, ses samedis sont restés peu convaincants au vu de sa monoplace. Cependant, il conclut la saison avec deux podiums sur les deux dernières courses et une performance très solide à Interlagos, où il a terminé 4e.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :
- 20+ déplacements / saison à travers le monde (F1, WEC, Karting),
- Des journalistes et des photographes,
- Du contenu de qualité depuis 2007,
- Des reportages, insides et des interviews exclusives.

Voir les avantages

Pilotes concernés

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :
- 20+ déplacements / saison à travers le monde (F1, WEC, Karting),
- Des journalistes et des photographes,
- Du contenu de qualité depuis 2007,
- Des reportages, insides et des interviews exclusives.

Voir les avantages
Sans engagement, à partir de 4€ / mois

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut