Gene Haas est mécontent de la dynamique actuelle de son écurie

F1. Günther Steiner a quitté / a été viré de son poste de directeur de Haas. Le PDG du groupe a nommé Ayao Komatsu pour remplacer l'italien. Gene Haas est déçu des derniers résultats de son écurie et le fait savoir lors d'une interview.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
L'écurie étasunienne a terminé dernier du championnat lors des deux dernières saisons
© Haas / L'écurie étasunienne a terminé dernier du championnat lors des deux dernières saisons

L'heure est à la révolution chez Haas. L'écurie qui a vu le jour en 2016 veut repartir sur de nouvelles bases lors de l'exercice 2024. Le constructeur étasunien a décidé de se séparer de son directeur d'équipe Günther Steiner au profit d'Ayao Komatsu.

Motors Inside sans pub ?

Après une succession de saisons compliquées, le PDG Gene Haas veut construire un nouveau projet en s'appuyant sur de nouvelles personnalités. L'équipe a également annoncé le directeur technique Simone Resta.

Essayer une nouvelle direction

Les deux dernières saisons ont été très délicates pour Haas. L'écurie nord-américaine a terminé à deux reprises dernière du championnat. En 2023, l'écurie alors dirigée par Günther Steiner tente le pari d'utiliser deux pilotes expérimentés en la personne de Kevin Magnussen et Nico Hülkenberg. Après l'échec Mick Schumacher, Haas a voulu récupérer de la rigueur et de l'expérience pour se relever d'une saison compliquée. Cependant, le développement n'a pas été à la hauteur. Si en début d'année 2023 les performances n'étaient pas spécialement mauvaises, la concurrence a drastiquement haussé son niveau à défaut d'Haas. L'exercice s'est terminé avec une logique 10e et dernière position comme en 2022.

« Le choix de nous séparer de Günther est lié à une question de performance », a clarifié Gene Haas sur le site de la Formule 1. « Nous en sommes à notre huitième année, sur 160 courses – nous n'avons jamais monté de podium. Ces dernières années, nous étions 10e ou neuvième. Je ne suis pas assis ici à dire que c'est la faute de Günther. C'est vrai, je l'aime bien. C'est une personne vraiment sympa, avec une très bonne personnalité. Mais il semble que c'était le moment approprié pour faire un changement et essayer une direction différente. Il ne semble pas que continuer dans ce sens allait payer. »

Ayao Komatsu choisi pour son expérience

Le choix de Gene Haas s'est tourné vers son ancien directeur de l'ingénierie, Ayao Komatsu. L'ingénieur japonais travaille depuis plusieurs années dans l'entreprise étasunienne. De plus, il est apprécié au sein de toute l'équipe. Son expérience et son unanimité dans le garage ont guidé le PDG d'Haas à le nommer directeur de l'écurie.

« Nous avons regardé de l'intérieur qui avait le plus d'expérience », a expliqué l'homme d'affaires. « Ayao fait partie de l'équipe depuis le premier jour. Il connaît les tenants et les aboutissants. Ma plus grande préoccupation est que lorsque nous irons à Bahreïn, nous devrons nous présenter avec une voiture prête à courir. Peut-être qu'en ayant une approche plus managériale et plus technique, nous verrons si cela présente des avantages. Günther avait une approche plus humaine avec de l'interaction. Il était très bon dans ce domaine. Ayao est très technique. Il se base sur des statistiques pour analyser ce que nous faisons de mal, ou ce que nous pouvons faire mieux. C'est une approche différente. Mais nous avons vraiment besoin de quelque chose de nouveau parce que nous n'étions pas performants. »

Sur le marché, plusieurs anciens directeurs d'écuries étaient disponibles. Otmar Szafnauer, anciennement chez Alpine, ou encore Mattia Binotto qui connaît parfaitement Ferrari. Cependant, Gene Haas a préféré choisir un membre de son effectif. L'homme d'affaires voulait que son directeur d'écurie connaisse la manière de travailler de sa firme. « Lorsqu'on fait venir des gens de l'extérieur, il leur faut du temps pour apprendre, six mois à un an minimum », a déclaré le propriétaire de Haas F1 Team. « Il vaut mieux prendre des gens que vous connaissez, et même s'ils ne correspondent pas parfaitement, au moins vous savez ce que vous allez obtenir. J'aime vraiment avoir des gens que je connais, qui comprennent les opérations quotidiennes et les gens, plutôt que de faire appel à un étranger qui va tout faire bouger et créer le désordre. »

Préserver le lien avec Ferrari

Pour la monoplace de 2023, Haas a bénéficié une fois de plus d'une aide conséquente de Ferrari. Le groupe italien a fourni un groupe motopropulseur, une boîte de vitesses, des suspensions et d'autres éléments mécaniques autorisés par le règlement instauré par la FIA. Cependant, la saison a été bien moins prestigieuse que la marque au cheval cabré. Avec seulement 10 points au compteur, Haas a terminé dernier du championnat quand Ferrari a terminé 3e et remporté le seul Grand Prix lâché par Red Bull.

« Ferrari a été très gentil avec nous », a remercié le PDG Gene Haas sur le site web de la F1. « Ils sont avec nous depuis le premier jour, ils construisent des moteurs incroyables. Nous utilisons une grande partie de leur matériel. Cela fonctionne vraiment bien, ils nous aident vraiment. Je suis gêné que nous n'ayons pas pu faire mieux avec cela, mais à l'avenir, je veux profiter d'un bon équipement que beaucoup d'autres équipes n'ont pas. Les choses vont devenir beaucoup plus compétitives. Je pense que la concurrence va être très intense, donc avoir un partenaire comme Ferrari va être très important. Nous sommes très heureux de rester chez Ferrari. J'espère que nous pourrons les aider en termes de fiabilité. »

Gene Haas compte rester impliqué

L'avenir de Haas pose quelques questions. Arrivé en 2016 au Grand Prix d'Australie, l'écurie américaine et son projet étaient portés par Günther Steiner. Si l'ingénieur italien est un passionné de F1, l'appréciation de Gene Haas sur ce sport pose des questions. Le PDG ne renvoie pas une image d'un président enivré par le championnat. Dans la série Drive to Survive, il renvoie même une image contraire. En 2024, l'écurie. En 2024, l'écurie va changer de direction, a affirmé Gene Haas. Cependant, il compte maintenir une forte implication en Formule 1.

« Je ne suis pas entré en F1 pour vendre l'équipe », a précisé l'homme d'affaires américain. « Je l'ai fait parce que je voulais courir. Günther avait le même point de vue. Nous ne sommes pas là pour encaisser, mais pour courir et être compétitifs. Si vous regardez n'importe quelle équipe, historiquement, elle a connu beaucoup de bonnes et de mauvaises années. Survivre est l'une des caractéristiques de l'amélioration. Tant que vous pouvez survivre, vous avez toujours une année supplémentaire pour prouver votre valeur. C'est un grand changement. Perdre Günther va obliger l'équipe à se concentrer sur d'autres aspects. J'espère que nous en sortirons meilleurs. »

Pour la saison prochaine, le duo de pilotes ne sera pas chamboulé. Nico Hülkenberg et Kevin Magnussen ne seront pas victimes du grand remaniement de l'écurie.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Pilotes concernés

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut