Ayao Komatsu, nouveau directeur de Haas : "Je n'essaie pas d'être Steiner"

F1. Gene Haas, propriétaire de Haas F1 Team, a fait les gros titres de l'actualité en remplaçant Günther Steiner par Ayao Komatsu au poste de directeur d'équipe. Le Japonais s'est alors projeté sur son nouveau poste et a décrit sa façon de travailler.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Ayao Komatsu dirigera Haas F1 en 2024.
© Haas / Ayao Komatsu dirigera Haas F1 en 2024.

Ayao Komatsu a du pain sur la planche. Nommé directeur d'équipe de Haas F1 Team, le Japonais doit relever une écurie qui ne progresse plus depuis quelques saisons. Pour sa première interview depuis sa prise de fonction, Komatsu s'est exprimé aux médias à la base Britannique de Haas, située à Banbury.

Motors Inside sans pub ?

« Je suis vraiment submergé par le soutien positif que j'ai reçu », a-t-il déclaré. « Tout le monde a été très positif, excité, solidaire, donc je suis vraiment enthousiaste à l'idée de ce que nous pouvons améliorer avec les personnes que nous avons ici. »

« Je sais qu'il y a tellement de gars talentueux et de grande qualité ici, donc je voulais vraiment leur fournir l'environnement et le cadre pour qu'ils puissent montrer le meilleur d'eux-mêmes. Je suis donc vraiment excité. », a dévoilé le nouveau directeur de l'écurie Américaine.

« Je n'essaie pas d'être Steiner »

Günther Steiner, qui a joué un rôle fondamental dans la construction de l'équipe de sa création jusqu'à la fin de saison dernière, est un personnage extravagant devenu une star de la série "Drive to Survive" de Netflix. Komatsu a une personnalité très différente, mais il ne voit pas cela comme un inconvénient. « Bien sûr, je n'essaie pas d'être Günther Steiner ! » manifeste-t-il.

La relation entre les deux hommes a toujours été marquée par un grand respect, sur et en dehors des circuits. Mais Komatsu a une personnalité différente que son ancien directeur, et il ne veut pas s'en emparer.

« Il a des forces et des faiblesses très différentes des miennes. Je n'essaie pas d'être quelqu'un d'autre et Gene le sait, et si Gene voulait un remplaçant de Steiner de cette manière, il aurait nommé quelqu'un d'autre. », exprime-t-il. « Je comprends que Gene veut quelque chose de différent et j'essaierai d'être la meilleure version de moi-même plutôt que d'essayer d'être quelqu'un d'autre. »

Günther Steiner et son remplaçant, Ayao Komatsu.

© Haas / Günther Steiner et son remplaçant, Ayao Komatsu.

Un management plus technique

Tout en reconnaissant son manque d'expérience en tant que directeur d'équipe, Komatsu a constaté lors de la conversation avec le propriétaire Gene Haas que ce dernier aspirait à un changement de cap, préférant un leader axé sur les aspects techniques. Une embauche ultérieure, probablement pour un rôle de directeur des opérations, serait alors envisagée pour prendre en charge d'autres responsabilités. Des responsabilités plus marketing par exemple, un domaine que Komatsu avoue ne pas contrôler.

« Le fait de ne pas avoir de directeur des opérations en ce moment ne nous ralentit pas », dit-il. « Mais si l'on regarde vers l'avenir, nous en avons clairement besoin et cette personne doit diriger ce domaine de manière cohérente. Mais il vaut mieux obtenir la bonne personne que de se précipiter et de se contenter de quelque chose dont on n'est pas sûr. »

« Je pourrais alors me concentrer sur le côté technique, en essayant de mettre en place une organisation pour améliorer le côté technique de l'équipe. », affirme-t-il. « Donc oui, c'est une responsabilité très différente […]. Bien sûr, cette équipe signifie beaucoup pour moi car je suis là depuis le premier jour. Je sais quel potentiel a cette équipe, donc […] il y a de nombreux domaines que nous pouvons examiner pour améliorer l'équipe. »

Des dernières saisons difficiles

Le changement de réglementation en 2026 offrira à Haas une opportunité de faire un pas en avant après une période difficile. Cependant, Komatsu sait qu'il ne peut pas attendre aussi longtemps avant de montrer des améliorations. Son patron est clairement frustré des dernières saisons de son écurie et souhaite voir Komatsu relever le niveau.

« Gene veut actuellement sortir de la queue du peloton », déclare Komatsu. « Évidemment, vous avez vu et entendu à quel point Gene était mécontent. Bien sûr, qui serait heureux de concourir en dernière position ? C'est gênant, vraiment gênant. », admet-il.

Mais le directeur Japonais veut transformer cette frustration que ressent son patron en quelque chose de bénéfique pour toute l'écurie. « Je pense que c'est positif que Gene ne soit pas satisfait de l'endroit où nous sommes. En fait, c'est motivant pour tout le monde ici. D'accord, Gene est sérieux, il veut améliorer l'équipe, alors faisons-le ensemble. »

Komatsu pense tout de même que Gene Haas lui donnera du temps. « Cela fait partie de mon travail de faire en sorte que Gene s'implique et comprenne avec quoi nous avons affaire ici », ajoute-t-il.

Ayao Komatsu en discussion avec Gene Haas, propriétaire de Haas F1 Team.

© Haas / Ayao Komatsu en discussion avec Gene Haas, propriétaire de Haas F1 Team.

Progresser étape par étape

Malgré ces dernières saisons plus compliquées, Komatsu continue de donner une confiance primordiale à toutes les personnes travaillant sur la monoplace. « Je crois vraiment qu'avec ce que nous avons, nous pouvons faire un meilleur travail, c'est sûr », dit-il. « Avec les personnes, avec les idées qu'elles ont, si nous les mettons ensemble, je suis sûr que nous pouvons faire un bien meilleur travail. »

Avant de penser à développer la voiture et à chercher sa limite, le Japonais admet qu'il va d'abord falloir progresser étape par étape et commencer par améliorer ce qui ne va pas aujourd'hui. « Quoi que nous apprenions au cours de l'année 2024, je suis sûr que cela nous aidera à définir très clairement ce que nous faisons dans cinq ans, huit ans, dix ans », annonce-t-il.

Enfin, Komatsu termine sur le domaine de la communication, qui sera toujours un problème chez Haas. Les trois sites à disposition de l'écurie (Kannapolis aux États-Unis, Banbury au Royaume-Uni et Maranello, en Italie) ne vont pas régler ce problème de sitôt, mais il pense que l'écurie peut s'améliorer sur ce point.

« Bien sûr, les désaccords se produisent partout », poursuit-il. « Je pense que c'est important, plutôt que les gens ne comprennent pas pourquoi nous allons dans cette direction […]. Encore une fois, cela vient de la communication. », conclut-il.

Haas lancera sa nouvelle monoplace 2024 lors de deux shakedowns à Silverstone et à Bahreïn avant de commencer les essais de pré-saison sur le circuit de Sakhir le 21 février.

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut