Alonso : Les deux dernières courses sont un "grand signal d'alarme" pour Aston Martin

F1. Une baisse de compétitivité au cours des deux dernières courses du championnat devrait sonner l'alarme chez Aston Martin, estime Fernando Alonso, alors que l'équipe avait apporté des améliorations.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Fernando Alonso a connu un week-end difficile à Monaco
© Motors Inside - Alexis Perrin / Fernando Alonso a connu un week-end difficile à Monaco

Aston Martin a apporté un ensemble de mises à jour à Imola, tout comme bon nombre de ses rivaux directs, dans le jeu du développement en cours de saison, mais l'équipe basée à Silverstone n'a pas pu progresser de manière significative.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

La AMR24 s'est également révélée plus difficile à configurer et à piloter, avec des plaintes similaires de la part d'Alonso et de son coéquipier Lance Stroll concernant la difficulté de maintenir la voiture équilibrée dans les virages, passant d'un survirage à l'entrée à un sous-virage en milieu de virage.

Le comportement récalcitrant de l'Aston a été souligné par l'accident inhabituel d'Alonso lors de la troisième séance d'essais libres à Imola, qui a perturbé le reste de son week-end. À Monaco, où la confiance en la voiture est primordiale, Aston Martin n'a guère mieux réussi, les deux pilotes n'étant pas parvenus à se qualifier dans le top 10.

« Ces deux week-ends ont été cruciaux pour comprendre nos faiblesses, comprendre la voiture, s'améliorer », a déclaré Alonso, après avoir terminé à la porte des points. « Dans les difficultés, on tire toujours plus de conclusions que dans les victoires, donc nous apprenons beaucoup pour le reste de l'année, 2025 et 2026. Ces deux courses ont été un grand réveil et cela sera très bénéfique pour nous. »

Fernando Alonso a indiqué qu'il ne s'attendait pas à un redressement rapide, révélant qu'il faudra « quelques courses » aux Verts pour déployer son prochain pack de mises à jour. « Nous avions quelques doutes après Imola et à Monaco, où nous n'avons pas réussi à aller vite, et nous devons essayer de changer cette tendance », a-t-il déclaré. « Cela nous prendra quelques courses avant d'introduire une amélioration significative de la voiture, mais d'ici là, nous devons tout donner et nous devons nous améliorer en piste pour obtenir des résultats. Il y aura des jours meilleurs, des jours pires et nous devons rester unis. »

Interrogé sur son avis concernant les difficultés de la AMR24, Stroll a répondu : « C'est certainement plus difficile de maintenir l'équilibre de la voiture. Un peu de survirage à l'entrée, un peu de sous-virage en virage, la conduite sur les vibreurs, juste les choses habituelles sur lesquelles continuer à travailler. C'est un équilibre un peu plus délicat que celui de la voiture que nous avions l'année dernière. »

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut