Pirelli ouvert pour des pneus spécifiques à Monaco mais reste sceptique

F1. Pirelli se dit prêt à évaluer l'idée de faire du Grand Prix de Monaco de Formule 1 un événement réservé aux pneus tendres, mais doute que cela rende les choses plus excitantes.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Les trains de pneus choisis à Monaoc
© Motors Inside - Alexis Perrin / Les trains de pneus choisis à Monaoc

Le manque d'action et de dépassements lors de la course de Monte-Carlo a été sous le feu des critiques. Les dix premiers pilotes ont terminé à la même position qu'au départ, ce qui a déclenché des appels à des modifications des règles pour pimenter la course.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

Peut-être que l'idée la plus sensée vient du pilote Mercedes George Russell, qui a suggéré d'apporter uniquement des pneus tendres à Monaco, plutôt que les trois composés habituels, afin d'ajouter un peu de risque. Le responsable de la course automobile chez Pirelli, Mario Isola, a déclaré qu'il serait heureux de demander aux équipes de fournir des données de simulation sur la façon dont une course avec seulement des pneus tendres se déroulerait, mais il n'est pas convaincu que cela changerait les choses de manière significative, car cela forcerait une conservation encore plus grande des pneus.

« J'ai entendu la proposition et j'en ai parlé à George, qui m'en a parlé », a déclaré Isola. « Je crois que nous pouvons demander aux équipes de faire une simulation et de voir ce qui se passe. Mais en 2018, lorsqu'ils utilisaient des pneus plus tendres, si je me souviens bien, ils roulaient huit secondes plus lentement que le potentiel des pneus, ce qui était le rythme de la F2. »

Isola a expliqué que fournir des pneus plus tendres pour Monaco n'obligerait pas nécessairement à des arrêts aux stands supplémentaires et ferait probablement que les pilotes ralentissent encore plus pour préserver leurs pneus. « Le problème à Monaco est que vous ne pouvez pas dépasser, donc vous pouvez ralentir de 2/3/4 secondes par tour et personne ne peut vous dépasser », a-t-il noté.

« Ce qui est important, à mon avis, c'est que nous devons considérer non seulement les pneus, mais aussi pourquoi une équipe décide de s'arrêter ou non. C'est une combinaison de dégradation des pneus, de la facilité de dépassement et du temps que vous passez dans un arrêt au stand. Imola est un bon exemple, car si vous prenez 28 secondes pour un arrêt supplémentaire, vous essayez de ne pas le faire. »

Un problème de circuit ?

Isola trouve que les suggestions de mandater un nombre minimum d'arrêts aux stands n'apporteraient rien également, car les équipes se caleraient probablement sur les mêmes stratégies. « Je me souviens qu'il y a de nombreuses années, lorsqu'il y avait cette proposition [d'imposer deux arrêts], nous avons eu la discussion et les équipes ont demandé à leurs ingénieurs de stratégie de faire une simulation. »

« Le résultat était que tout le monde revenait avec plus ou moins la même stratégie. Donc, en ajoutant des contraintes, nous ne les poussons pas à avoir des stratégies ou des approches différentes de la course, mais simplement à converger vers la même. Et ce n'est pas ce que nous voulons. Ce que nous voulons, c'est avoir un mélange d'un arrêt et de deux arrêts, avec différents composés utilisés. Pour résoudre le problème, nous devons travailler ensemble, nous asseoir, examiner toutes les propositions, faire une simulation et comprendre quelle est la meilleure approche. »

Interrogé sur ce qu'il pensait être la meilleure solution pour Monaco, Isola a répondu : « Un circuit plus large, mais vous ne pouvez pas détruire des bâtiments à Monaco. C'est une course unique où tout se décide essentiellement le samedi avec les qualifications, à moins qu'il y ait quelque chose d'imprévisible. Mais pour le reste des circuits urbains, si nous utilisons des pneus plus tendres, nous pouvons peut-être changer un peu l'approche et ouvrir une stratégie à deux arrêts là où il n'y en a qu'un. Je pense aux autres circuits urbains comme Miami et Las Vegas, les nouveaux. C'est possible. Mais pour Monaco, honnêtement, je crois qu'il y a très peu de choses que nous puissions faire. »

Isola a ajouté que Pirelli avait presque finalisé la construction des nouveaux pneus slick pour l'année prochaine, destinés à réduire la surchauffe, après un test à Paul Ricard cette semaine. Il y aura également un composé plus tendre ajouté à la sélection, qui sera spécifiquement destiné aux circuits urbains.

« L'idée est également d'introduire un nouveau composé C6, plus tendre, car le calendrier compte de plus en plus de circuits urbains et nous avons besoin de composés plus tendres. Nous allons déplacer la gamme un peu vers le côté tendre, tout en essayant de réduire la surchauffe »

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut