La fin du DRS en F1 en 2026, même si le mode "boost" vient rajouter une inconnue

F1. En 2026, le règlement technique imposera l'arrêt du DRS au sens où on le connait aujourd'hui, mais la F1 sera toujours équipé d'une réduction de trainée et d'un boost. Tout a été remanié, on vous explique.

Logo Mi mini
Rédigé par Par
Le système de DRS pour activer la bascule d'une partie de l'aileron arrière de l'Alpine.
© Motors Inside - Laurent Lefebvre / Le système de DRS pour activer la bascule d'une partie de l'aileron arrière de l'Alpine.

La FIA dans l'annonce des détails techniques sur le règlement 2026 de F1 a fait part de l'arrêt du DRS, cet outils pour "réduire la trainée" mis en place depuis 2011. Cependant, les principes qu'il apportait, c'est à dire d'avoir un aileron mobile et une amélioration de la vitesse en ligne droite, sera conservé sous deux formes distinctes.

Motors Inside sans pub ?
Abonnez-vous

Le DRS était simple de fonctionnement : Si vous êtes assez proche du pilote devant vous, vous appuyez sur un bouton au volant pour ouvrir un mécanisme DRS. Celui-ci changeait l'inclinaison d'une partie de l'aileron arrière afin d'augmenter la vitesse de pointe et donc aider au dépassement.

Le concept, s'il était intéressant, a cependant montré de grosses faiblesses sur le plan du spectacle. En effet, un train DRS se formait régulièrement en course avec des pilotes tous proches, mais tous incapables de se dépasser, chaque pilote étant aspiré par le pilote devant lui.

L'autre effet négatif du DRS est la trop grande différence de vitesse de pointe entre le pilote qui pouvait l'activer et le prédécesseur, annihilant ainsi toute bataille lors des dépassements lorsqu'il y en avait.

Dissocier les effets du DRS sur deux concepts distincts

La FIA conservera donc les deux principes du DRS mais ils seront diviser en deux plans : l'aérodynamique active et le mode boost override.

D'un côté, les F1 seront équipées d'une aérodynamique active avec un aileron amovible à l'arrière comme actuellement, mais aussi à l'avant. Ce premier point permettra d'améliorer la vitesse de pointe en ligne droite et d'améliorer l'autonomie des réservoirs d'essence et des batteries puisque la trainée sera réduite.

Ainsi, tous pilotes aura son aérodynamique améliorée en ligne droite. Pas seulement les pilotes à moins d'une seconde d'un concurrent. L'utilisation d'aéro active ne sera donc pas dans l'intérêt de dépasser en ligne droite, mais seulement d'un point de vue performance et d'économie d'énergie.

Le mode boost "override" pour compenser la perte du DRS

La FIA a donc utilisé différemment le deuxième concept du DRS, celui d'améliorer la capacité de dépasser. Il sera mis en place grâce à l'introduction de override. Un mode "boost". Cette puissance supplémentaire sera donnée seulement aux monoplaces suiveuses, bien qu'on ne connaisse pas encore exactement les détails techniques.

Le DRS ne pouvait être activé que lors de certaines zones et seulement si à l'entrée de ces zones, la F1 suiveuse se trouvait à moins de 1 seconde. En 2026, le mode boost sera donc utilisable sous condition, probablement limité dans le temps à quelques secondes par tour et probablement limité en quantité par course.

Ce mode boost permettra d'obtenir concrètement un demi-joule de puissance délivrée par le moteur électrique en plus que le pilote que l'on suit. Ce mode devra ainsi permettre d'atteindre une meilleure vitesse de pointe progressivement, sans pour autant donner trop d'avantage d'un coup.

« Alors que le déploiement [de l'énergie du moteur électrique] diminuera après 290 km/h, pour atteindre zéro joule à 355 km/h, la voiture suiveuse bénéficiera du MGU-K fournissant 350 kW jusqu'à 337 km/h et +0,5 MJ d'énergie supplémentaire. »

Concrètement, à partir de 290 km/h, la monoplace devant verra son moteur électrique perdre peu à peu de la puissance, demandant de plus en plus à son moteur thermique, tandis que la voiture derrière pourra toujours utiliser à plein régime la puissance de son moteur électrique, avec même 0,5 MJ en plus que la voiture de devant.

Ainsi, à 300km/h, la voiture de devant progressera moins vite à 310 km/h que la voiture de derrière. Ce mode override

Vous nous lisez régulièrement ? Ajoutez Motors Inside dans vos sources favorites sur Google News pour nous soutenir ou inscrivez-vous à notre newsletter.

Votre avis

Vous avez déjà un compte ? Me connecter

Merci de choisir un pseudo.
Votre email est obligatoire pour valider votre commentaire.
Commentaire en attente de publication. Un email vous a été envoyé.
Le formulaire n'est pas valide.

Un e-mail de vérification vous sera envoyé avant la publication de votre commentaire.

Abonnez-vous

Motors Inside, c'est :

Voir les avantages

Breaking news

Ne ratez plus aucune "breaking news" grâce à la nouvelle newsletter Motors Inside. Recevez dans la minute les infos importantes.

Un lien de vérification vous sera envoyé.
Merci de renseigner votre adresse e-mail.
Haut